Que vous cherchiez à accélérer votre prise de masse musculaire ou à donner un nouvel élan à vos performances sous la couette, voici la liste des 12 meilleurs aliments (ou classes d’aliments) les plus à-même d’accroître vos niveaux de testostérone, preuves scientifiques à l’appui.

 

1. L’oeuf

 

fried-egg

 

L’œuf est un super booster de testostérone pour tout un tas de raison !

Tout d’abord, son jaune contient du cholestérol HDL (le fameux “bon cholestérol”), un lipide de la famille des stérols dont dérive principalement la testostérone.

Œuf, jaune, cholestérol — Graisses, lipides pires et meilleures — Bodyssime.comDe plus, son jaune contient du zinc (4mg par unité*) et une forme bioactive de vitamine D (la 25(OH)D) (18), deux micronutriments qui participent eux aussi activement à la synthèse endogène de l’hormone mâle.

Enfin, son jaune (toujours!) est très riche en choline, un composé hydrosoluble qui n’agit pas sur vos niveaux de testostérone à proprement parler mais qui participe en revanche à la synthèse d’un neurotransmetteur directement impliqué dans la genèse de l’excitation physique, et sexuelle en particulier : l’acétylcholine (21).

 

Conseil :

Mangez deux œufs par jour plusieurs fois dans la semaine afin de fournir à votre organisme l’ensemble  des micronutriments nécessaires à la constitution de bonnes réserves de testostérone.

À cet effet, ne craignez pas leur supposé méfait sur votre cholestérolémie : il a été en effet démontré que la consommation régulière d’œufs ne provoquait aucune élévation du taux de mauvais cholestérol (6)… Ou en tout cas une élévation certainement moindre que celle que les chips, pâtisseries, fromages et autres réjouissances papillaires que vous avez pour habitude de consommer exercent sur votre organisme …

* Les AJR en zinc sont de 15 mg par jour.

 




2. Les crucifères (chou fleur, de Bruxelles, brocolis)

crucifers-licensed

Les crucifères représentent une véritable super-classe d’aliments en matière de stimulation de la T.

Pour commencer, ils contiennent un phytonutriment particulier – l’indole-3-carbinol (IC3) – qui exerce un effet positif sur la testostérone en réduisant l’activité de l’enzyme aromatase. Cette enzyme a en effet pour fonction de convertir la testostérone libre en œstrogène (l’hormone ♀) : sa sur-expression va donc être responsable d’une diminution des quantités de testostérone disponibles dans votre organisme.

Or, d’après une étude conduite aux États-Unis, la consommation de 500 mg d’IC3 pendant une semaine pourrait réduire de près de moitié l’activité de cette enzyme, et donc les taux de conversion de la testostérone en œstrogène ! (12)

Les crucifères présentent également l’avantage d’être très riches en fibres qui favorisent le maintien d’un poids stable et bas en prolongeant la satiété. Un poids stable et bas étant associé à une moindre sécrétion d’œstrogènes, son maintien va alors crée un terrain propice au maintien à flot* de vos niveaux de T (29).

Enfin, le brocolis, les choux et le kale sont d’excellentes sources de vitamine C, une vitamine qui agit contre l’élévation des niveaux de cortisol dont les hauts niveaux sont inversement corrélés à ceux de la testostérone  (apport accrus en vitamine C →  taux de cortisol ↓  →  taux de testostérone ↑) (420).

 

Notre conseil :

Consommez du brocoli, du chou fleur, des choux de Bruxelles ou du kale dès que vous en avez l’occasion.

Si vous ne le faites pour booster vos niveaux de T, faites le pour booster votre santé. Et si vous ne le faites pas pour booster votre santé, faites-le pour booster votre perte de poids.  Et si vous ne le faites pas pour booster votre perte de poids, alors faites le tout court, sans vous demander pourquoi.   

* Littéralement

 

3. L’avocat

avocados

L’avocat est un androgène naturel pour au moins trois raisons :

1. 80% de ses calories proviennent de graisses (lipides), la plupart mono-insaturées, donc bonnes pour la santé. L’un des lipides de l’avocat, l’acide oléique, agit favorablement sur la baisse du mauvais cholestérol (LDL) et la hausse du bon cholestérol (HDL), un facteur propice à l’élévation des niveaux de testostérone (1).

2. En plus de la vingtaine de vitamines, minéraux et oligo-éléments qu’il contient, l’avocat est une excellente source de fibres dont nous venons d’évoquer le rôle dans le maintien d’un poids stable et donc la promotion de la T. Un avocat de taille moyenne en contient environ 9 grammes l’unité, ce qui est considérable.

3. Parmi la pléiade de micronutriments qui le composent, l’avocat contient entre autres beaucoup de vitamine B6, de boron et de potassium*. Or, la vitamine B6 est un précurseur de nombreux androgènes, parmi lesquels la testostérone, tandis que le boron inhibe l’activité de la Sex Hormone Binding Globulin (SHGB), une glycoprotéine qui se lie aux molécules de testostérone libre, les empêchant de ce fait d’être “captées” par vos récepteurs androgènes (14).

 

Notre conseil :

Non seulement pour ses effets sur votre libido mais également sur votre santé, notamment cardiovasculaire, l’avocat est un fruit que vous devriez consommer au moins une à trois fois par semaine, seul ou en agrément d’une salade composée.

Bien qu’un avocat de taille moyenne contiennent environ 226 kcal par portion, sa richesse en fibres et en graisses de bonne qualité en font un aliment très rassasiant et satiogène.

Ne l’évitez donc pas à tout prix en cas de régime, au contraire !

* L’avocat contient 35% de plus de potassium qu’une banane (pourtant souvent présentée comme la référence en la matière), un cation dont la déficience est susceptible d’entraver le fonctionnement des enzymes chargées de réguler vos taux de testostérone (26).

 

4. Les noix

WALNUT

En sus de la myriade d’effets mirifiques qu’elle exerce sur la santé et la performance sportive, la noix possède également celui de favoriser la synthèse naturelle du sperme.

En effet, à l’instar de l’avocat, sa richesse en graisses mono et polyinsaturées (56 g/100 g) représente une source de bon cholestérol pour vos cellules de Leydig qui utilisent ce stérol pour produire de la T.

De plus, la noix est riche en sélénium, un oligoélément dont les effets sur la qualité des sécrétions de sperme sont établis scientifiquement (25).

Enfin, le fruit du noyer représente une excellente source d’arginine et de citrulline, deux acides aminés qui accroissent la circulation sanguine en améliorant la vasodilatation périphérique. Or, une meilleure circulation sanguine est associée à de plus longues et à de plus fortes érections*.

Au vu de ses raisons, vous comprendrez dès lors aisément pourquoi la noix fait partie de la famille des fruits à cock**

 

Notre conseil :

Qui de ses effets pro-sperme, qui de ses effets pro-érection, la noix devrait – au même titre que les amandes et les pistaches – faire partie de votre “vulgaire ordinaire” Messieurs, en particulier si vous avez régulièrement du mal à hisser la grand voile.

À l’instar de l’avocat, si vous ne le faites par pour King Kong, faites-le au moins pour votre santé, le fruit du noyer faisant à juste titre parti du top 10 mondial des aliments les plus sains (724).

* C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la plupart des suppléments aphrodisiaques vendus en pharmacie contiennent de l’arginine (parfois même de la citrulline). 
** Ou fruit à coque selon les écoles.

 

5. Les graines (de chia et de lin)

Graines de lin ou de chia

Le potentiel androgène des graines de lin et de chia est en grande partie à rattacher à leur richesse en … :

1. … acide alpha linoléique, l’un des principaux types d’omégas 3 dont les effet inhibiteurs sur la SHBG (et donc positif sur la T) ont entre autres été établi dans le cadre d’une étude japonaise publiée en 2000 (13).

2. … magnésium qui, du fait de son action anti-inflammatoire, antioxydante et électrolytique, exerce un effet bénéfique sur le système gonadique masculin. Le magnésium  favoriserait notamment l’activité de deux enzyme stéroïdogéniques – le delta(5)3bêta-hydroxystéroïde déhydrogénase et le 17 bêta-hydroxystéroide déhydrogénase – qui participent au cycle de production endogène de la T (5). Il réduirait également l’impact délétère des radicaux libres sur les mitochondries et l’ADN, ce qui se solderait par une plus forte production de la T en avale (11).

 

Notre conseil :

Du fait de leur richesse en omégas 3 et en magnésium (390 mg pour 100 g de la première / 390 mg pour 100 g de la seconde), les graines de lin et de chia devraient trouver dès aujourd’hui une place dans votre cuisine*.

Utilisez-les pour agrémenter vos salades, vos yaourts ou vos plats en sauce**.

Deux précautions toutefois : d’une part, si vous êtes allergiques aux graines de sésame, il est fort probable que vous le soyez également aux graines de lin et de chia, auquel cas mieux vaut les éviter ; d’autre part, les graines de lin sont à éviter en cas d’occlusion intestinale et de diverticule à l’intestin (19). 

* Les conserver à l’abri de l’humidité, dans un bocal en verre de préférence.
** […] Vous veillerez à broyer les graines de lin afin de pouvoir pleinement profiter de leurs vertus.

 

6. L’huile de coco

Coconut oil

 

Une étude conduite en 2009 par G. Hurtado de Catalfo et ses collègues a démontré que l’huile de coco permettait d’optimiser la production de testostérone en augmentant l’activité de deux enzymes impliquées dans la synthèse de cette hormone  : l’enzyme 3-bêta-HSD et 17-bêta-HSD (évoquée dans la diapositive précédente) (8).

L’huile de coco est également très riche en graisses saturées* qui sert de précurseur à la synthèse du cholestérol dont dérive directement la T.

Attention toutefois à ne pas en abuser car un apport trop élevé en graisses saturées est associé à une diminution de la circulation sanguine.

Une étude a par exemple démontrée que la consommation d’huile de coco vierge extra (organique) engendrait une diminution de 32% de la vasodilatation périphérique dans les trois heures suivant sa consommation (17).Or, si vous avez bien lu les diapo précédentes, vous saurez qu’une circulation sanguine ralentie représente un facteur susceptible d’entraver l’érection chez l’homme.

 

Notre conseil :

Pour (re)devenir un Rocco, consommez du coco” en visant un apport maximal d’une à deux cuillère(s) à soupe de son huile par jour. 

Nous vous recommandons d’utiliser ladite (huile) pour cuire vos viandes et vos poissons, en mettre directement dans votre shake ou dans votre café, … ou vous l’injecter directement en intraveineuse comme certains fondamentalistes du paléo[thétique] vous suggéreraient presque de le faire.  

À noter que l’huile de coco est l’une des seules huiles qui soit composée de triglycérides à chaîne moyenne (TCM), une catégorie d’acide gras dont les effets sur l’oxydation des graisses et la perte de poids ont été suggérés par quelques études scientifiques (28, 31).

 * 86% de sa composition !

 

7. Beurre frais*

freispruch-fur-die-butter,30484_m_n

 

 

Le beurre frais présente plusieurs atouts en ce qui a attrait à la stimulation de la testostérone.

Pour commencer, il est riche en graisses, parmi lesquelles de l’acide linoléique conjugué (ALC), un acide gras de la famille des oméga-3 dont nous avons évoqués le potentiel androgène.

Il représente également l’une des meilleures sources alimentaires de vitamine A. Or, d’après des études conduites sur des rats mâles, la concentration en testostérone des testicules serait étroitement corrélée à celle en cette vitamine, cette dernière ayant pour effet d’inhiber la conversion de la testostérone en œstrogène (23) .

Pour finir, le beurre constitue une bonne source de vitamine D (9 UI par c. à soupe**). Pour rappel, cette vitamine possède des propriétés naturellement anabolisantes, lesquelles seraient en partie dues au rôle qu’elle joue dans le cycle de production de la testostérone (spermatogénese).

Des études ont ainsi démontré que les niveaux de T et de 25(OH)D – la forme bioactive de la vitamine D – étaient étroitement corrélés et qu’ils tendaient à varier concomitamment au gré des saisons***  (2232).

 

Notre conseil :

À l’instar des œufs, le beurre a pendant longtemps eût mauvaise presse en raison de sa richesse en graisse saturées qui élèvent le taux de mauvais cholestérol.

Cependant, comme ces derniers, il commence peu à peu à être réhabilité depuis que certaines autorités (pas nécessairement publiques) ont pris conscience qu’il représentait un bouc émissaire facile destiné à couvrir les vrais “coupables” de la prévalence actuelle des maladies cardiovasculaires : les produits raffinés et/ou transformés industriellement.     

C’est pourquoi, nous vous recommandons d’en consommer modérément**** mais régulièrement, car à l’image du produit dérivé de la poule, le beurre représente l’une des sources alimentaires les plus populaires de vitamine D auprès des populations des pays froids dont la majorité est (fortement) est carencée l’hiver.

* À noter que si elle ne vous rebute pas, l’huile de foie de morue surclasse très-très largement le beurre en matière d’apports en vitamine A et D**. **  Compter 13502 UI de vitamine A (270% les AJR) et 1350 UI de vitamine D (338%) pour une seule cuillère à soupe (14 grammes) de cette huile au goût si … particulier !
** Les AJR en vitamine D sont de 400 UI (1000 UI selon les nouveaux standards de la commission européenne).
*** Vous produisez naturellement de la vitamine D lorsque vous exposez votre peau directement à la lumière du soleil.
****  Tâchez de le consommez frais, sans le faire cuir.

 

8. Les flocons d’avoine

270680-oats

Avez-vous déjà vu un cheval en érection ? Impressionnant, n’est-ce-pas ?

Or, d’après vous, que mangent les chevaux (principalement) ?

Et oui, c’est bien ça : de l’avoine* ! 

D’après une étude datant de 2012 (mais jamais publiée), la consommation régulière d’avoine favoriserait en effet l’élévation des niveaux de T.

D’après les scientifiques en charge de l’enquête, les effets androgène de cette réputée céréale serait à rattacher à la présence d’un composé – l’avénacoside – qui réduirait les niveaux de la Sex Hormone Binding Globulin (SHGB), permettant ainsi à la testostérone de circuler plus librement à travers votre organisme.

L’avoine contient également des saponines, de petites molécules qui ont pour rôle d’ordonner à votre glande pituitaire de libérer une hormone dite “lutéinisante”. Cette hormone lutéinisante (ou LH) va à son tour ordonner à vos cellules de Leydig de produire de la testostérone à l’intérieur de vos si chaires testicules.

Enfin, l’avoine est riche en arginine dont l’effet sur la vasodilatation, et donc la circulation sanguine, et donc la qualité de vos érections, a déjà été discuté prélavablement.**

 

Notre conseil :

Besoin d’un remède de cheval qui vous permettent de remonter en selle rapidement Messieurs (“Hue Hue Da-dames”) ?!

Pensez donc à l’avoine au petit-déjeuner, en particulier si celui-ci peut se substituer à ces (in)fameuses céréales sucrées dont le matraquage publicitaire vous ferait presque croire qu’elles sont bonnes pour la santé.

* De là à établir un rapport de cause-à-effet, il y a un saut (de cheval) que nous ne prendrons pas le risque de précipiter.
** À noter que l’avoine contient également beaucoup de magnésium et de sélénium dont les effets sur la testostérone ont également été abordés. 

 

9. Le céleri

Health-Benefits-of-Celery

En sus de sa très faible teneur en calories (16 kcal/100  grammes) et de sa richesse en fibres, deux facteurs propices au maintien d’un poids stable, le céleri est une excellente source de vitamine K.

Or, d’après une étude publiée* en 2011 dans le journal Food Function, un apport alimentaire accru en vitamine K permettrait de prévenir la chute de la production de la testostérone (30).

Le céleri représente également, au côté de la betterave, l’une des meilleurs sources alimentaires de nitrates, un composé indispensable à la synthèse de l’oxyde nitrique (le fameux “NO” si cher à votre pump musculaire entre autres).

Étant donné qu’une bonne synthèse d’oxyde nitrique est elle-même indispensable à la genèse d’un bon pump sous le slip, vous comprendrez pourquoi une étude publiée en 2013 a révélé qu’une minuscule goutte (1 mm) de cette molécule s’avérerait plus efficace que du viagra pour lutter contre les troubles de l’érection chez l’homme (27).

 

Notre conseil :

Dans une soupe ou dans une sauce, dans un jus de fruits frais ou dans une omelette, le céleri peut venir rehausser à peu près n’importe laquelle de vos préparations.

Si son goût particulièrement intense vous rebute encore plus intensément, sachez que le céleri représente l’un des rares aliments dont la digestion nécessiterait (presque) plus de calories qu’elle n’en procure à votre organisme (15).

Alors à quand la mode du “régime céleri” ?

 

* Notons toutefois que cette dernière a été conduite sur des rats chez qui le processus de la spermatogenèse est différent de celui de l’homme

 

10. Les huîtres

oyster-hi-res__72926.1405431595.1280.1280

La principale raison pour laquelle les huîtres représentent un must en matière de stimulation de la T. réside dans leur très forte teneur en zinc. De fait, six huîtres* suffisent à elles seules à couvrir deux fois vos Apports Journaliers Recommandés** en ce précieux oligoélément !

Précieux en effet car le zinc est impliqué dans plus de 300 réactions chimiques dans l’organisme, allant de la stimulation des défenses du système immunitaire à celle de la libido.

De nombreuses études ont ainsi démontré que la supplémentation en zinc favorisait l’élévation des niveaux de testostérone tandis que sa carence était associée à une diminution de sa production ainsi qu’à un sous-développement des testicules (hypogonadisme) (1623).

L’huître représente également une excellente source de vitamine B12 et d’omégas 3, dont les bas niveaux sont associés à de moindre taux de testostérone chez l’homme.

 

Notre conseil :

Dans Alice au Pays des Merveilles, consommez au moins entre six et huit huîtres fraîches deux à trois fois par semaine afin de couvrir vos besoins en zinc.

Dans Alice se Réveille Enfin (a.k.a la réalité), substituez-les par du germe de blé (16,7 mg /100 g) – beaucoup plus accessible et moins rebutant (pour la majorité) – ou de la viande rouge – en particulier du foie de veau (12 mg/100g) – car ces derniers constituent également d’excellentes sources alimentaires de zinc.  

* Six huîtres vous apporteront environ 33 mg de zinc (compter entre 80 et 120 mg de zinc pour 100 grammes d’huîtres)
** Les AJR en zinc sont de 15 mg chez l’homme et la femme.  
Rappel : en consommer largement plus ne signifie pas que vous produirez largement plus de T. Ceci est également valable pour tous les autres micronutriments cités dans cet article.

 

11. La viande de bœuf bio*

grass-fed-beef-good-trans-fat

La viande de bœuf bio possède trois avantages nutritionnels qui jouent en faveur de l’élévation de vos niveaux de T.

1. D’un, elle est riche en graisses saturées qui, comme nous l’avons dit et redit, sont essentielles à la synthèse du cholestérol, lui-même indispensable à la biosynthèse de la T.

2.  De deux, elle est riche en protéines. Or, une étude conduite en l’an 2000 auprès de personnes d’âge mur [40 à 70 ans] a révélé qu’un “régime pauvre en protéines était susceptible d’élever les niveaux de SHBG et donc, de réduire la biodisponibilité de la testostérone” (10).

3. De trois, elle contient moins d’oméga-6 que le viande de bœuf industrielle. Dans l’alimentation occidentale classique, qui est essentiellement basée sur l’usage des huiles de tournesol, de maïs ou de palme, les oméga-6 représentent la part du lion des apports en acides gras essentiels. Or, un apport massif en oméga-6 est susceptible d’abaisser la concentration de vos tissus en oméga-3 dans la mesure où ces deux acides gras entrent en compétition pour les mêmes enzymes de conversion (9).

Les oméga-3 ayant eux aussi un effet inhibiteeur sur la SHBG, vous comprendrez aisément pourquoi la viande de bœuf nourri à l’herbe est un choix plus avisé que son pendant industriel dans le cadre de la stimulation de vos niveaux de testostérone.

 

Notre conseil :

Dans la mesure de vos moyens, essayez de remplacer la viande de bœuf industrielle par de la viande de bœuf élevé en plein air. 

À l’image de l’huile de coco, évitez d’en consommer trop et trop souvent, un excès de graisses saturées n’étant ni bon pour le cœur, ni pour le chibre.    

 

12. Le saumon

108045-821x585-salmonfilet

Au moins cinq facteurs font du saumon un allié de choix dans le cadre de la prévention et du traitement de l’impuissance ayant pour origine un déficit en testostérone :

1. Il est riche en graisses, la plupart insaturées (15 %), donc sans danger sur la santé cardiovasculaire.

2. Il renferme des omégas 3 en abondance.

3. Il constitue une bonne source naturelle de zinc (0,9-1,4 mg/100 grammes).

4. Il représente l’une des meilleures sources alimentaires de vitamine D (15-23 µg/100 grammes).

5. Il est riche en protéines de qualité (40%).

Pour savoir quel rôle chacun de ces micronutriments joue dans le cadre de la biosynthèse de la T, prière de vous en référez aux diapositives précédentes.

 

Notre conseil :

Parce qu’il représente à lui seul le combo parfait des principaux micronutriments impliqués dans le cycle de la spermatogenèse, le saumon frais ou fumé devrait faire son apparition dans votre menu au moins une fois par semaine.

Idem pour la sardine et le maquereau dont le profil nutritionnel est très similaire à celui du salmonidé. 

 

Références

 

(1) Allman-Farinelli MA, Gomes K, Favaloro EJ, Petocz P. A diet rich in high-oleic-acid sunflower oil favorably alters low-density lipoprotein cholesterol, triglycerides, and factor VII coagulant activity. J Am Diet Assoc. Juil 2005 ; 105(7) : 1071-9.

 

(2) Appling DR, Chytil F.Evidence of a role for retinoic acid (vitamin A-acid) in the maintenance of testosterone production in male rats. Endocr. Juin 1981 ; 108(6) : 2120-4.

 

(3) Boon P, Chew J. Effects of Supplemental @-Carotene and Vitamin A on Reproduction in Swine. Sci. 1993. 71 : 247-252 

 

(4) Brownlee KK,  Moore AW,  Hackney AC. Relationship between circulating cortisol and testosterone: influence of physical exercise. J Sports Sci Med. Mar 2005; 4(1) : 76–83. Epub 1 Mar 2005.

 

(5) Chandra AK, Sengupta P, Goswami H, Sarkar M. Effects of dietary magnesium on testicular histology, steroidogenesis, spermatogenesis and oxidative stress markers in adult rats. Indian J Exp Biol. Jan 2013 ; 51(1) : 37-47.

 

(6) Fernandez ML. Dietary cholesterol provided by eggs and plasma lipoproteins in healthy populations. Curr Opin Clin Nutr Metab Care. Jan 2006 ; 9(1) : 8-12.

 

(7) Fitness Magasine. The 10 Healtiest Food on the Planet. Retrouvé le 8 Décembre 2014 sur < http://www.fitnessmagazine.com/recipes/healthy-eating/superfoods/the-10-healthiest-foods-on-the-planet/?page=2 >

 

(8) Hurtado de Catalfo GE, de Alaniz MJ, Marra CA. Influence of commercial dietary oils on lipid composition and testosterone production in interstitial cells isolated from rat testis. Lipids. Avr 2009 ; 44(4) : 345-57. Epub 8 Jan  2009.

 

(9) Lands WE. Biochemistry and physiology of n-3 fatty acids. FASEB J. Mai 1992 ; 6(8) : 2530-6.

 

(10) Longcope C, Feldman HA, McKinlay JB, Araujo AB. Diet and sex hormone-binding globulin. J Clin Endocrinol Metab. Jan 2000 ; 85(1) : 293-6.

 

(11) Maggio M, et.al. The Interplay between Magnesium and Testosterone in Modulating Physical Function in Men. Int J Endocr. 3 Mar 2014 ; 2014.  

 

(12) Michnovicz JJ, Adlercreutz H, Bradlow HL. Changes in levels of urinary estrogen metabolites after oral indole-3-carbinol treatment in humans. J Natl Cancer Inst. 21 Mai 1997 ; 89(10) : 718-23.

 

(13) Nagata C, Takatsuka N, Kawakami N, Shimizu H. Relationships between types of fat consumed and serum estrogen and androgen concentrations in Japanese men. Nutr Cancer. 2000 ; 38(2) : 163-7.

 

(14) Naghii MR, Mofid M, Asgari AR, Hedayati M, Daneshpour MS. Comparative effects of daily and weekly boron supplementation on plasma steroid hormones and proinflammatory cytokines. J Trace Elem Med Biol. Jan 2011 ; 25(1) : 54-8. Epub 3 Déc 2010.

 

(15) Nestle M, Nesheim MC. Why Calories Count: From Science to Politics. University of California Press. 2012.

 

(16) Netter A, Hartoma R, Nahoul K. Effect of zinc administration on plasma testosterone, dihydrotestosterone, and sperm count. Arch Androl. Août 1981 ; 7(1) : 69-73.

 

(17) Nicholls SJ, Lundman P, Harmer JA, Cutri B, Griffiths KA, Rye KA, Barter PJ, Celermajer DS. Consumption of saturated fat impairs the anti-inflammatory properties of high-density lipoproteins and endothelial function. J Am Coll Cardiol. 15 Août 2006 ; 48(4) : 715-20. Epub 24 Juil 2006.

 

(18) Ovesen L, Brot C, Jakobsen J. Food contents and biological activity of 25-hydroxyvitamin D: a vitamin D metabolite to be reckoned with? Ann Nutr Metab. 2003 ;47(3-4) : 107-13.

 

(19) Passeport Santé. Lin (Graines et Huile). Retrouvé le 09 Décembre 2014 sur < http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=lin_huile_graines_ps >

 

(20) Peters EM, Anderson R, Nieman DC, Fickl H, Jogessar V. Vitamin C supplementation attenuates the increases in circulating cortisol, adrenaline and anti-inflammatory polypeptides following ultramarathon running. Int J Sports Med. Oct 2001 ; 22(7) : 537-43.

 

(21) Phillis JW. Acetylcholine release from the cerebral cortex: its role in cortical arousal. Brain Res. Mar 1968 ; 7(3) : 378-89.

 

(22) Pilz S, Frisch S, Koertke H, Kuhn J, Dreier J, Obermayer-Pietsch B, Wehr E, Zittermann A. Effect of vitamin D supplementation on testosterone levels in men. Horm Metab Res. Mar 2011 ; 43(3) : 223-5. Epub 10 Déc 2010.

 

(23) Prasad AS, Mantzoros CS, Beck FW, Hess JW, Brewer GJ. Zinc status and serum testosterone levels of healthy adults. Nutr. Mai 1996 ; 12(5) : 344-8. 

 

(24) Rodale News. The 11 Healtiest Foods in the World. Retrouvé le 8 Décembre 2014 sur < http://www.rodalenews.com/worlds-healthiest-foods?page=11 >

 

(25) Safarinejad MR, Safarinejad S. Efficacy of selenium and/or N-acetyl-cysteine for improving semen parameters in infertile men: a double-blind, placebo controlled, randomized study. J Urol. Fév 2009 ;181(2) : 741-51. Epub 16 Déc 2008.

 

(26) Sánchez-Capelo A, Cremades A, Tejada F, Fuentes T, Peñafiel R. Potassium regulates plasma testosterone and renal ornithine decarboxylase in mice. FEBS Lett. 25 Oct 1993 Oct ; 333(1-2) : 32-4.

 

(27) Soni SD, Song W, West JL, Khera M. Nitric oxide-releasing polymeric microspheres improve diabetes-related erectile dysfunction. J Sex Med. Août 2013 ; 10(8) : 1915-25. Epub 10 Juin 2013.

 

(28) St-Onge MP, Jones PJ. Physiological effects of medium-chain triglycerides: potential agents in the prevention of obesity. J Nutr. Mar 2002 ; 132(3) : 329-32.

 

(29) Sue L, et.al. Relationships between body mass index, endogenous estrogen levels, and patterns of estrogen metabolism in Asian-American women. FASEB J. Avr 2009 ; 23 (Abs). 551.33.

 

(30) Takumi N, Shirakawa H, Ohsaki Y, Ito A, Watanabe T, Giriwono PE, Sato T, Komai M. Dietary vitamin K alleviates the reduction in testosterone production induced by lipopolysaccharide administration in rat testis. Food Funct. Juil 2011 ; 2(7) : 406-11. Epub 13 Juin 2011.

 

(31) Tsuji H, Kasai M, Takeuchi H, Nakamura M, Okazaki M, Kondo K. Dietary medium-chain triacylglycerols suppress accumulation of body fat in a double-blind, controlled trial in healthy men and women. J Nutr. Nov 2001 ; 131(11) : 2853-9.

 

(32) Wehr E, Pilz S, Boehm BO, März W, Obermayer-Pietsch B. Association of vitamin D status with serum androgen levels in men. Clin Endocrinol (Oxf). Août 2010 ; 73(2) : 243-8. Epub 39 Déc 2009.

 

 

 

1 réponse

Les commentaires sont fermés.