12 bénéfices méconnus de la reine des hormones mâles. 

 

 

En dépit de son statut de Reine des hormones mâles, la testostérone jouit d’une réputation lamentable.

Bien souvent, on ne va la considérer en effet qu’à travers l’angle unidimensionnel de produit dopant qu’elle peut être et qui … :

 

a. … au mieux, accélère la prise de muscle chez ceux qui aspirent à ressembler à des mutants ;

b. … au pire, décélère proportionnellement la capacité à faire preuve d’altruisme, de pacifisme, voire même d’intelligence.

 

Testotérone_Une Triste réputation

 

Vision péjorative

 

 

Simplificatrice, cette réputation est pourtant loin de rendre justice à la quintessence de l’Alpha Mâle.  

 

 

 

Car chez l’homme comme chez la femme((Même si dans une moindre mesure chez elle)), la testo possède un très large rayon d’actions positives sur le plan à la fois physique, mental et comportemental.

 

 

Et ce sont précisément de ces bénéfices, pas toujours très connus, dont je vais vous parler aujourd’hui en espérant vous convaincre ainsi de l’importance d’optimiser naturellement vos taux de T (CF. mes 7 règles pour la booster naturellement) !

 

 

Les 12 Bénéfices de la Testostérone 

 

Bénéfices d'une T Opimale_Petite

 

 

 

 

Aspects physiques

 

Bénéf’ #1  : De bons taux de testostérone favorisent la perte de gras. 

 

L’un des premiers bénéfices méconnus de la testostérone concerne son effet sur la perte de gras.

L’hormone mâle joue en effet un rôle important dans le cadre de la régulation du glucose sanguin, de l’insuline et le métabolisme des acides gras (lipides).

 

 

Ainsi, lorsque nos taux de T diminuent, notre organisme tend à perdre de sa capacité à bien réguler nos niveaux d’insuline et de glucose ainsi qu’à correctement métaboliser les graisses. (20

 

 

 

Accumulation tissu adipeux—Pecs

 

 

Ironie du sort, par un phénomène dit de rétrocontrôle négatif”, cette augmentation de notre masse grasse contribue alors à davantage abaisser nos taux de T. car les graisses qui siègent dans notre tissu adipeux contiennent une enzyme — l’aromatase — dont le rôle est de convertir la testostérone libre en oestrogène((En estradiol E2 plus spécifiquement.)).

 

 

Le hic, c’est que plus nos taux d’œstrogènes augmentent, plus notre masse grasse viscérale (i.e. abdominale) tend à augmenter aussi, ce qui accentue du coup le cycle de conversion de la testostérone en œstrogènes !

 

 

 

Aromatase_Cycle de conversion de la T en O

 

 

Un véritable cercle pervers donc, qui explique d’ailleurs en grande partie pourquoi les personnes en situation de surpoids ont souvent des taux de testostérone inférieurs et des taux d’oestrogènes supérieurs à la normale.

 

 

 

Bénéf’ #2  : De bons taux de T favorisent la prise de masse musculaire et de force.

 

Nous connaissons tous les effets mirifiques de la testostérone sur la prise de masse musculaire et le développement de la force.

En accélérant la synthèse protéique, la testostérone — en particulier celle de synthèse (i.e. produits dopants) — agit de façon marquée sur la vitesse à laquelle nous allons prendre du volume et de la force. (11)

 

 

Les stéroïdes anabolisants, qui accroissent de façon drastique les niveaux de testostérone au sein de l’organisme, peuvent ainsi conduire à une prise de masse musculaire et de force importantes, et ce, SANS même faire de sport ! (4)

 

 

 

Unitorm_

 

Bien entendu, il ne s’agit pas de vous inviter ici à troquer la “barre du faire” contre des dragées de vitamine S.

Il s’agit simplement de vous faire prendre conscience du fait que vous ne devez pas escompter prendre LARGEMENT plus de muscles et LARGEMENT plus de force en boostant naturellement vos taux de T … et ce, quand bien même vous ajouteriez du Tribulus Terrestris, du Boron ou de l’extrait de mes Kharawettes de Licorne (<<<) à votre stack de compléments alimentaires !

 

 

Bénéf’ #3 : De bons taux de T pourraient renforcer la santé du cœur.

 

Même si la question des bénéfices de niveaux de testostérone optimaux sur la santé cardiovasculaire est loin de faire l’unanimité au sein de la communauté scientifique …

 

 

… trois études récentes, à la méthodologie rigoureuse, ont confirmé qu’une optimisation des niveaux de testostérone produisait des effets bénéfiques profonds chez les sujets à forts risques de maladies cardiovasculaires. (2, 17, 22)

 

 

Sexe_Cœur

 

Dans le cadre de ces études, des hommes souffrant d’hypogonadisme((Le terme scientifique pour décrire un déficit de production de testostérone par les testicules.)) ont constaté une nette réduction de leurs risques de contracter un infarctus ou un AVC après normalisation de leurs niveaux de T par thérapie de substitution hormonale.

 

 

Une autre étude est même allée plus loin en révélant qu’une optimisation des taux de T permettait non seulement de réduire les risques d’accidents vasculaires mais également les taux de mortalité chez l’homme, et ce, toutes maladies confondues. (24)

 

Dispute cœur_pénis

 

 

 

Bien que des recherches soient toujours en cours pour déterminer le rôle exact de la T sur la santé cardiovasculaire, force est de constater que de plus en plus de preuves semblent s’accumuler en faveur de son rôle cardioprotecteur.

 

 

 

Bénéf’ #4 : De bons taux de T renforcent les os.

 

Compte-tenu de la prévalence de l’ostéoporose chez la femme, on a tendance à oublier que cette maladie peut également toucher les hommes.

 

Ostéoporose

 

Comme la ménopause chez la femme, c’est le déclin hormonal lié à l’âge — la fameuse “andropause” — qui est en grande partie responsable de l’apparition de la maladie chez l’homme. (12)

 

 

Avec le temps, la chute des sécrétions de testostérone, liée à un déficit de la fonction testiculaire (hypogonadisme), va en effet contribuer à diminuer la formation de l’os (minéralisation) et à augmenter sa résorption (destruction). 

 

 

S’ils ne sont pas compensés, ces déficits vont alors être souvent responsables de fractures ostéoporotiques. (27)

 

Tomber sur un os

 

C’est pourquoi, si vous voulez jouir d’os solides lorsque vous serez plus âgé, commencez dès aujourd’hui par booster naturellement vos taux de … >>>

 

 

 

Bénéf’ #5 : De bons taux de T aident à accroitre la libido et à améliorer les érections. 

 

Á la base, la testostérone est une hormone sexuelle. 

 

eff66e21358ce18f5414855793d9f771

 

Vous ne serez donc pas surpris(e) d’apprendre que chez ces messieurs, les “pannes dans le slip”a.k.a troubles de la fonction érectile et de la libido — ont souvent pour origine un déficit en testostérone. 



 

Équivalent de l’œstrogène chez la femme, la T est en effet impliquée dans la genèse du désir sexuel et de la fertilité chez l’homme.

 

Banane anorexique

 

Sur le plan symptomatique, une insuffisance de production peut ainsi se traduire  par une véritable “anorexie sexuelle” ! (18)

 

 

 

Chaud lapin et ascète de la Q

 

Ceci ne veut pas dire que des taux de testostérone bas conduisent systématiquement à une diminution de l’appétit sexuel (ou l’inverse) mais qu’ils prédisposent à un infléchissement relatif du Man Power.

 

 

 

 

Aspects cognitifs et mentaux 

 

Bénéf’ #6 : De bons taux de T peuvent aider à combattre la dépression.

 

 

L'excuse de c'est pas ma faute

 

 

Car à l’instar de vos sautes d’humeur((Et Oléééé qu’ça saute !)), nous aussi, hommes, sommes “otages” de nos fluctuations hormonales !

 

Bien qu’a priori cocasse, cette assertion est loin d’être dénuée de fondements.

 

 

De nombreuses études scientifiques ont par exemple observé que les hommes qui souffrent de dépression présentent généralement un fort déficit en testostérone. (1425)   

 

 

Bien que les scientifiques soient incapables de dire si c’est la déficience en testostérone qui cause la dépression (H1) ou bien la dépression qui cause la déficience en testostérone (H2), le fait que des hommes souffrant d’hypogonadisme deviennent irritables et déprimés dès qu’ils arrêtent un traitement à base d’injections de testostérone et que leur humeur s’améliore rapidement après la reprise du traitement semble plaider en faveur de la première de ces hypothèses((Ce qui n’invalide pas la seconde pour autant.)) (T ↓ ⇒ dépression). (29)

 

T leads to D

 

 

Plus encore que la dépression, il semblerait que ce soient surtout les troubles de l’humeur (dysthimies) qui soient les plus directement liés aux effondrements des taux de T chez l’homme.

 

 

Dysthimique

 

Ainsi, une récente étude a pu constater que les hommes dysthimiques présentaient des taux de testostérone plus faibles que ceux victimes de dépressions majeures ou exempts de toute pensée négative. (23)

 

 

 

Bénéf’ #7 : De bons taux de T boostent les capacités intellectuelles et réduisent les risques d’Alzheimer

 

Hypertrophie cerveauHé oui, avec ce bénéfice, un mythe tombe, je sais : celui du malabar totalement décérébré dont la taille des muscles serait inversement proportionnelle à celle de sa matière grise …

 

Car la testostérone — qui est souvent associée, dans l’inconscient commun, à une hypertrophie des muscles — est loin d’être corrélée, dans la réalité, à une atrophie du cerveau !

 

 

De nombreuses études ont ainsi révélé qu’une élévation des taux de testostérone pouvait se traduire par une amélioration des capacités cognitives, en particulier chez les hommes âgés ! (5)

 

 

Chez des hommes âgés souffrant de troubles de la concentration, de la mémoire ou de l’élocution (i.e. faculté à trouver leurs mots), l’administration de testostérone de synthèse permettrait, par exemple, de réduire l’incidence de ces troubles. (13, 19)

 

 

En outre, des rapports indiquent que les hommes, jeunes comme âgés, qui souffrent d’hypogonadisme sont, en moyenne, plus vulnérables aux troubles de la concentration et de la mémoire que ceux qui ne souffrent d’aucun déficit de la fonction testiculaire.  (15)

 

 

Hippocampe

Du fait de ces corrélations, beaucoup de scientifiques pensent que la testostérone joue un rôle neuroprotecteur en ralentissant le sénescence neuronale et vasculaire, en particulier au niveau des cellules de l’hippocampe (= siège de la mémoire dans le cerveau).

 

 

C’est d’ailleurs pour cette raison précise que l’insuffisance de production de testostérone est aujourd’hui considérée comme un facteur de risque de la démence sénile et de la maladie d’Alzheimer. (713, 16)

 

 

 

 

 

Aspects comportementaux 

 

Bénéf’ #8 : Des taux de T élevés accroissent la soif de compétition.

 

Si ces Mesdames se demandent pourquoi la plupart de ces Messieurs aiment à se défier dans des jeux de “baballe” ou de “guéguerre” en apparence plus idiots les uns que les autres, sachez que c’est parce que ces Messieurs ne font qu’obéir à la Loi incoercible de leurs …

 

Bouboules

 

En effet, la testostérone que ces dernières produisent quotidiennement est en grande partie responsable de la soif typiquement, mais pas exclusivement, masculine de compétition. 

 

 

Chez l’homme, des taux de testostérone supérieurs ont ainsi été associés à un désir accru de pouvoir et de reconnaissance sociale. (8b)

 

 

Fight

 

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle avant un combat ou une compétition, nos taux de T ont tendance à croître — afin d’augmenter nos chances de victoires. (4b)

 

 

 

En outre, après un combat ou une compétition, nos taux de testostérone détermineraient dans une large mesure notre propension à vouloir, oui ou non, “remettre le couvert”. 

 

 

Ainsi, on constate que l’envie de rejouer une partie est beaucoup moins forte chez les hommes chez qui les niveaux de T ont chuté entre le début et la fin d’une partie (CF. “De bons taux de T accroissent le goût du risque” ↓). (15b)

 

 

Femme, testostérone et soif de compétition

Strength-woman-arms

Á noter que la femme — dont l’organisme produit chaque jour de la testostérone à hauteur de 60% de la production masculine((Le pléonasme ne dit-il pas que “nulle n’est parfaite” ?)) — est également drivée par les effets de cette hormone sur sa soif de compétition. (2b

 

 

 

Bénéf’ #9 : Des taux de T élevés accroissent le goût du pouvoir et le désir de domination. 

 

Que la testostérone accentue le désir de domination chez l’homme ne vous surprendra probablement pas.

 

Mâle alpha

 

 

De nombreuses études font ainsi état du rôle prépondérant que la T joue dans le cadre du gain et du maintien du statut social chez l’homme. (22b)

 

De fait, la T est le substrat principal de l’ambition, son essence.

 

 

Alors certes, ce désir de domination peut être perçu de façon négative lorsqu’il conduit à des comportements délictueux (corruption, tricherie, mensonge) ou criminels (homicides, assassinats, viol, etc.) mais lorsqu’il pousse l’homme … 

 

C'est une toute autre histoire

 

 

Bénéf’ #10 : Des taux de T élevés accroissent le goût du risque. 

 

 

Consubstantiel à ce goût du pouvoir qu’ils nourrissent, de bons taux de testostérone accroissent également le goût du risque.

 

 

Ceci est particulièrement vrai chez les hommes qui ne jouissent que de peu de pouvoir et d’un faible statut social.

 

 

Si vous ne partez de rien

Chez ces derniers, de haut niveaux de T ont en effet été associés à une prise de risques plus importante dans le cadre de la quête du statut et du pouvoir qu’ils n’ont pas. (4c)

 

 

 

A contrario,  chez les hommes qui possèdent déjà le statut et le pouvoir et chez qui la synthèse de T est également au T-op, la prise de risques aurait plutôt tendance à être évitée afin de justement préserver cette pôle position dans la hiérarchie sociale.

 

T. et prise de risques

 

 

Bénéf’ # 11 : De bons taux de T sont associés à un comportement plus honnête et plus juste

 

T_justice

 

Tranchant de cette image d’hormone “de la victoire à tout prix” et “de l’ambition sans foi, ni loi” qui pourrait transparaître,  la testo et ses sécrétions ont également été associées à des comportements plus honnêtes et plus justes. 

 

 

Les hommes à qui l’on a administré un gel à base de testostérone sont par exemple moins enclins à tricher au cours d’une partie de dés que des hommes à qui l’on a administré un placebo. (28)

 

 

Par ailleurs, mieux nan-T-i est un individu (homme comme femme), plus fortes sont les chances de le voir faire des propositions justes, satisfaisants les deux parties, au cours de négociations. (9)

 

Image à la Une_BDS_La T rend-elle plus honnête

 

Pour en savoir plus sur les effets vertueux de la testo, je vous invite à cliquer sur  l’image ci-contre ⇒

 

 

 

Bénéf’ #12 : De bons taux de T peuvent vous aider à séduire une femme.

 

 

Checklist bénéfices T

 

 

Pas étonnant que des taux de testostérone à ras la verge soient la garantie d’une certaine popularité auprès de la gente féminine !

 

 

Et ceci n’est pas qu’une opinion personnelle mais un état-de-fait, et scientifique qui plus est !

La preuve >>> à des groupes de jeunes universitaires à qui l’on a demandé de se livrer à une petite compétition pour attirer des Mam’zelles (en détresse), l’assertivité de ces Messieurs, leur capacité à contrôler la conversation — et donc, au final, leur capacité à séduire lesdites damoiselles((Qui, de ce fait, voient leur détresse disparaître.)) — se sont toutes avérées être étroitement corrélées à leur taux de testostérone d’avant compétition.

 

 

Donc wai les zamis

 

 

Supra Working Androgenic Gesticules

 

 

_____________________________________________________________________________________________________________

 

(1) Alexander GM, et.al. Androgen-behavior correlations in hypogonadal men and eugonadal men. II. Cognitive abilities. Horm Behav. Avr 1998 ; 33(2) : 85-94.

 

(2) Baillargeon J, et.al . Risk of Myocardial Infarction in Older Men Receiving Testosterone Therapy. Ann Pharmacother. 2 Juil 2014 ; 48(9) : 1138-1144. 

 

(2b) Bateup HS et.al. Testosterone, cortisol, and women’s competition. Evol Hum Behav. Mai 2002 ; 23(3) : 181-192.

 

(3) Beauchet O. Testosterone and cognitive function: current clinical evidence of a relationship. Eur J Endocrinol. Déc 2006 ; 155(6) : 773-81.

 

(4) Bhasin S, et.al. Testosterone dose-response relationships in healthy young men. Am J Physiol Endocrinol Metab. Déc 2001 ; 281(6) : E1172-81.

 

(4b) Booth A, Shelley G, Mazur A, Tharp G, Kittok R. Testosterone, and winning and losing in human competition. Horm Behav. Déc 1989 ; 23(4) : 556-71.

 

(4c) Booth A, et.al. Testosterone and social behavior. Social Forces. Sep 2006 ; 85(1) : 167-191.

 

(5) Borst SE, et.al. Cognitive effects of testosterone and finasteride administration in older hypogonadal men. Clin Interv Aging. 12 Août 2014 ; 9 : 1327-33. 

 

(6) Brodsky IG, Balagopal P, Nair KS. Effects of testosterone replacement on muscle mass and muscle protein synthesis in hypogonadal men–a clinical research center study. J Clin Endocrinol Metab. Oct 1996 ; 81(10) : 3469-75.

 

(7) Chu LW, et.al .Bioavailable testosterone predicts a lower risk of Alzheimer’s disease in older men. J Alzheimers Dis. 2010 ; 21(4) : 1335-45.

 

(8) Cueva C, et.al. Cortisol and testosterone increase financial risk taking and may destabilize markets. Scien Rep. 10 Avr 2015 ; 5. Epub 2 Juil 2015. 

 

(8b) Dabbs JB, Dabbs MG. Heroes, Rogues, and Lovers: Testosterone and Behavior Hardcover. Hardcover. 25 Juil 2000. 

(9) Eisenegger C, et.al. Prejudice and truth about the effect of testosterone on human bargaining behaviour near-final version. Nature. 21 Jan 2010 ; 463 : 356-359. Epub 8 Déc 2009.

 

(10) Goudriaan AE, et.al. The influence of high-normal testosterone levels on risk-taking in healthy males in a 1-week letrozole administration study.  Psychoneuroendocrinology. Oct 2010 ; 35(9) : 1416-21. Epub 14 Mai 2010.

 

(11) Griggs RC, et.al. Effect of testosterone on muscle mass and muscle protein synthesis. J Appl Physiol (1985). Jan 1989 ; 66(1) : 498-503.

 

(12) Henzen C. L’ostéoporose masculine : importance de l’axe gonadotrope. Retrouvé le 23 Janvier 2016 sur < http://www.medicalforum.ch/docs/smf/2013/39/fr/fms-01647.pdf >

 
(13) Hogervorst E, et.al. Low free testosterone is an independent risk factor for Alzheimer’s disease. Exp Gerontol. Nov-déc 2004 ; 39(11-12) : 1633-9.

 

(14) Kurita N, et.al. Low testosterone levels, depressive symptoms, and falls in older men: a cross-sectional study. J Am Med Dir Assoc. Jan 2014 ; 15(1) : 30-5.

 

(15) Lašaitė L, Ceponis J, Preikša RT, Zilaitienė B. Impaired emotional state, quality of life and cognitive functions in young hypogonadal men. Andrologia. Déc 2014 ; 46(10) : 1107-12. Epub 8 Déc 2013.

 

(15b) Mehta PH, Josephs RA. Testosterone change after losing predicts the decision to compete again. Horm Behav. Déc 2006 ; 50(5) : 684-92. Epub 22 Août 2006. 

 

(16) Moffat SD, et.al. Free testosterone and risk for Alzheimer disease in older men. Neurology. 27 Jan  2004 ; 62(2) : 188-93.

 

(17) Nettleship JE, Jones RD, Channer KS, Jones TH.Testosterone and coronary artery disease. Front Horm Res. 2009 ; 37 : 91-107.

 

(18) O’Carroll R, Bancroft J. Testosterone therapy for low sexual interest and erectile dysfunction in men: a controlled study. Br J Psychiatry. Août 1984 ; 145 : 146-51.

 

(19) O’Connor DB1, Archer J, Hair WM, Wu FC. Activational effects of testosterone on cognitive function in men. Neuropsychologia. 2001 ; 39(13) : 1385-94.

 

(20) Pitteloud N, et.al. Relationship between testosterone levels, insulin sensitivity, and mitochondrial function in men. Diabetes Care. Juil 2005 ; 28(7) : 1636-42.

 

(21) Rosario ER, Carroll J, Pike CJ. Testosterone regulation of Alzheimer-like neuropathology in male 3xTg-AD mice involves both estrogen and androgen pathways. Brain Res. 4 Nov 2010 ; 1359 : 281-90. Epub 2010 Aug 31.

 

(22) Saad F. Androgen therapy in men with testosterone deficiency: can testosterone reduce the risk of cardiovascular disease ? Diabetes Metab Res Rev. Déc 2012 ; 28 Suppl 2 : 52-9.

 

(22b) Schaal B, Tremblay RE, Soussignan R, Susman EJ. Male testosterone linked to high social dominance but low physical aggression in early adolescence. J Am Acad Child Adolesc Psychiatry. Oct 1996 ; 35(10) :1322-30.

 

(23) Seidman SN, Araujo AB, Roose SP, Devanand DP, Xie S, Cooper TB, McKinlay JB. Low testosterone levels in elderly men with dysthymic disorder. Am J Psychiatry. Mar 2002 ; 159(3) : 456-9.

 

(24) Sharma R, et.al. Normalization of testosterone level is associated with reduced incidence of myocardial infarction and mortality in men. Eur Heart J. 2015, 203. Epub 6 Août 2015.

 
(25) Shores MM, et.al. Low testosterone levels predict incident depressive illness in older men: effects of age and medical morbidity.  J Clin Psychiatry. Jan 2005 ; 66(1) : 7-14.


(26) Stanton SJ1, Liening SH, Schultheiss OC.  Testosterone is positively associated with risk taking in the Iowa Gambling Task. Horm Behav. Fév 2011 ; 59(2) : 252-6. Epub 2010 Dec 15.

 

(27) Stoll D, Puder J, Lamy O. Testostérone et os : indications et limites. Rev Med Suisse. 2011 : 1311-1315.

 

(28) Wibral M, Dohmen T, Klingmüller D, Weber B, Falk A. Testosterone administration reduces lying in men. PLoS One. 2012 ; 7(10) : e46774. Epub 10 Oct 2012. 

 

(29) Zarrouf FA1, Artz S, Griffith J, Sirbu C, Kommor M.Testosterone and depression: systematic review and meta-analysis. J Psychiatr Pract. Juil 2009 ; 15(4) : 289-305.

 

1 réponse

Les commentaires sont fermés.