Qui a dit que seules les plantes étaient capables de faire de la photosynthèse ? 

Certainement pas nous.

Car l’Homme – et ce, aussi obscurantiste soit-il – a lui aussi besoin de sa dose journalière de soleil pour pouvoir fonctionner au top.

Si votre ombrageux scepticisme interroge le bien-fondé de cette assertion, prière donc de l’éclairer de ces 5 raisons chiantifiquement étayées pour lesquelles vous devriez l’exposer – vous comme lui d’ailleurs – au minimum 20 minutes par jour à la lumière du Grand Astre.

 

 

Raison # 1 : Pour un réveil en douceur et du bon pied !

 

“DRRRRRRRRRRIIIIIIIIIIIIIIIINNNNNNGGGGG !”

alarm-5101Pas besoin d’aller chercher bien loin la raison pour laquelle vous êtes d’une humeur massacrante dès le réveil.

Car en plus de mettre un point final toujours trop précoce à vos nuits de sommeil, le son tonitruant de votre réveil à double cloches aurait de quoi faire sursauter un macchabée.

Enfin … peut-être pas à ce point mais presque.

 

Quelle alternative nous proposez-vous dans ce cas ?

Eteindre le réveil, continuer de dormir puis vous faire parvenir une demande d’indemnisation de licenciement pour retards matinaux abusifs ?!”

 

Pas tout à fait.

De fait, il existe une bien meilleure alternative au réveil … au réveil (!) laquelle serait un réveil naturel à la lumière du soleil.

Une étude publiée en 2001 a par exemple démontré qu’entre des patients internés pour schizophrénie légère, ceux dont les chambres étaient exposées plein Est (i.e. donc exposées à la lumière du soleil levant) ont vu leur temps de rémission raccourci de près de 4 jours en moyenne par rapport à ceux dont la chambre était exposée plein Ouest (i.e donc pas exposée à la lumière de l’aube) (1).

Bien que cette étude n’ait été qu’observationnelle, ses résultats révèlent la profondeur subtile de l’impact que le simple fait d’être réveillé par des rayons lumineux inondant votre visage le matin peut avoir en comparaison à la (g)ifle (pour rester poli) alarmante & alarmiste infligé par un réveil matin !

 

Étude observationnelle : késaco ?

Text book word close-up

Une étude observationnelle est un type d’études dans laquelle l’intervention n’entraine aucune modification de la prise en charge des sujets.

Comme son nom l’indique, ceux-ci ne sont “qu’observés” sans qu’aucune variable (supplément, médicament, protocole, etc.) ne leur soit administré.

Il existe deux grands sous-types d’études observationnelles : 

1. Les études descriptives qui cherchent à décrire l’état de santé de la population ;

2. Les études analytiques qui cherchent à comprendre le lien entre un facteur de risque et la survenue d’une maladie. 

 

 

Raison # 2 : Pour ne plus être déprimé(e)

 

Are you SAD ?

Votre érudition en shakespearien nous impressionne même si “SAD” ne signifie pas tout à fait “triste” ici mais plutôt Seasonal Affective Disorder” (trad. Trouble Affectif Saisonnier).

Rectifions donc vite le tir syntaxique afin de désamorcer à la source les remarques au taquet des plus anglophiles d’entre vous :

 

1293065.large

So, are you suffering from SAD ?

 

Pour le savoir, il vous suffit de jeter un oeil à la liste des symptômes rattachés à ce syndrome et de voir si durant les 5 à 6 mois les plus “sombres” de l’année((La différence avec une dépression classique est que cette dernière est indépendante de la saison et dure généralement bien plus longtemps.)), vous expérimentez la plupart d’entre eux ou pas.

 

Les symptômes de la dépression saisonnière hivernale :

 

• Baisse d’énergie et perte de vitalité

• Perte d’intérêts, en particulier pour les choses qui, d’ordinaire, vous intéressent

• Isolement

• Diminution, voire perte de la libido

• Affaiblissement du système immunitaire

• Majoration de l’appétit, en particulier pour les choses sucrées et les féculents (glucides de manière générale)

• Hypersomnie (i.e. sommeil excessif mais non récupérateur)

 

Maintenant que vous avez pu mettre un nom sur la torpeur moribonde dans laquelle vous semblez vous engouffrez hiver après hiver, reste à savoir comment en sortir ou mieux, comment l’éviter.

Image 1 — Si vous vivez dans un pays où le taux d'ensoleillement est très faible entre novembre et mars, la luminothérapie est un recours artificiel qui peut vous aider à surmonter avec efficacité "le coup de blues" de hivernal.

Image 1 — Si vous vivez dans un pays où le taux d’ensoleillement est très faible entre novembre et mars, la luminothérapie est un recours artificiel qui peut vous aider à surmonter avec efficacité “le coup de blues” de l’hiver.

Et la réponse à cette question est d’un naturel déconcertant : en vous exposant tout bêtement un peu chaque jour à la lumière du soleil !

Une revue de la littérature scientifique publiée en 2005 dans The American Journal of Psychiatrie a par exemple révélé que le fait de s’exposer quotidiennement à la lumière du soleil, ou à celle d’un simulateur d’aube, était tout aussi efficace que de prendre des antidépresseurs chimiques pour traiter une dépression hivernale, voire une dépression classique (4).

 

 

La luminothérapie : “Que la Lumière Soit !”

 

L’usage de la lumière — en particulier celle du soleil — à des fins thérapeutiques ne se limite d’ailleurs pas qu’au traitement de la dépression : elle fait également partie du traitement de choix de nombreuses pathologies physiques et mentales allant des maladies de la peau((Eczéma, psoriasis, acnée, certains cancers, etc.)) au syndrome de fatigue chronique, en passant par la fibromyalgie et le traitement de fond des insomnies chroniques (9).

On parlera alors ici de “luminothérapie”.

 

 

Raison # 3 : Pour améliorer vos performances intellectuelles de la matinée

 

Comment réduire le temps passé à rédiger votre article, votre rapport ou votre devoir de la matinée ?

Une fois de plus, la réponse devrait a priori se trouver bien en évidence quelque part dans le ciel.

brain-light-550x405Le soleil, ou la luminothérapie matinale en son absence, est en effet un excellent booster cognitif. 

Une étude d’ores et déjà évoquée sur ce site a notamment mis en relief les bénéfices qu’un réveil naturel à la lumière du soleil ((ou ceux d’un réveil à la lumière artificielle d’un simulateur d’aube)) pouvait exercer sur votre réactivité, votre vitesse de calcul et votre vigilance au cours de la matinée.

Couplez-le à une bonne nuit de sommeil et à un café dosé selon votre convenance et vous aurez là le meilleur booster pre-work((outdu boulot vite fait par optimisation de votre productivité)) qui puisse exister.

 

 

Raison # 4 : Pour booster naturellement vos taux de vitamine D

 

Contrairement à la majorité des vitamines, la meilleure source naturelle de vitamine D ne se situe pas dans votre assiette mais est perchée, en suspension, à quelques 150 millions de kilomètres de notre planète.

Le soleil est en effet la principale source naturelle de vitamine D pour l’Homme car les rayonnements UVB qu’il émet permettent la formation de vitamine D3 à partir du 7-déhydrocholestérol, un dérivé du cholestérol normalement présent dans notre organisme.

 

sources-vitamine-D

 

Image 2 — Principales sources naturelles de vitamine D (la vitamine D3 est la forme bio-active — donc utilisable — de la vitamine D / Crédit image : Asfoder.net) 

 

Or, comme nous l’avons déjà couvert, le “rayon” d’action de la vitamine D3 (ou cholécalciférol) est très large, ne se limitant pas qu’à “la simple fixation du calcium sur les os”.

Ainsi, des taux adéquats de vitamine D3 ont été entre autre associés à :

 

Vitamine D et effets sur la santé

 

1. Une réduction du délitement de la densité osseuse (ostéoporose) et des risques de fractures avec l’âge ;

2. Une diminution des risques de contracter certains cancers, parmi lesquels celui du sein et le cancer colo-rectal ;

3. Une diminution sensible des risques de contracter une maladie cardio-vasculaire ;

4. Une diminution des risques de bronchiolite (une maladie potentiellement mortelle) et de sous-poids chez le nouveau-né ;

5.  Une réduction des risques de contracter un diabète ou la maladie d’Alzheimer ;

6.  etc.,  …

 

En bref, la vitamine D est une vitamine (ou pro-hormone selon certains) essentielle au bon fonctionnement de l’organisme. 

C’est pourquoi, si vous ne voulez pas être carencé(e) et que l’idée d’avaler une cuillère à soupe d’huile de foie de morue dès le réveil vous rebute, nous vous suggérons de vous exposer 20 minutes par jour à la lumière du soleil((Recommandation valable si vous n’exposez que 20 à 30% de votre surface corporelle aux rayons lumineux d’un soleil d’hiver. Pour plus de détails, se référer à l’encart : “S’exposer à la lumière du soleil : mode d’emploi.”)).

 

 

Raison # 4(bis) : Pour doper votre libido (+ fertilité)   

 

Si vous ne le faites pas pour votre santé, faites-le donc pour votre libido !

En effet, s’exposer quotidiennement à la lumière du soleil est un moyen efficace et naturel de redonner de l’allant à une libido en berne, Messieurs.

La recherche scientifique démontre à cette enseigne une corrélation positive entre les taux de vitamine D corporels et les taux de testostérone : en clair, lorsque vos concentrations sériques en D augmentent, vos concentrations sériques en T en font de même.

C'est d'ailleurs pour cela probablement que les "taux de conception" des populations de ces pays là atteignent leur pic chaque année vers la fin de l'été, l'organisme des hommes ayant alors eu toute la saison estivale pour stocker de la vitamine D en abondance, impactant ipso facto leur fertilité (Bjerrum).

Image 3 — Les bénéfices de la vitamine D sur la fertilité se font notamment ressentir chaque année vers la fin de l’été, période durant laquelle les “taux de conception” atteignent un pic systématique dans les pays occidentaux, l’organisme des hommes ayant alors eu toute la saison estivale pour faire le plein de la vitamine D (2).

L’impact de la D sur la T est particulièrement prononcé chez les sujets présentant une carence initiale en cette vitamine (78), laquelle est très courante si l’on s’en réfère aux résultats d’enquêtes épidémiologiques ayant fait état d’un taux de D-ficience dépassant les 40% au sein des populations américaines et européennes (5).

La carence en vitamine D étant tout à fait réversible, vous tâcherez néanmoins de privilégier la voie naturelle (i.e. l’exposition au soleil) à la voie chimique (i.e. la supplémentation), une étude conduite à la fin des années 30 ayant démontré que d’exposer directement “ses parties génitales” à des rayons UVB pouvait presque doubler la production endogène de T ! (6)

 

 

 

Raison # 5 : Pour (re)calibrer votre horloge biologique

 

Enfin, dernier bénéfice majeur d’une exposition quotidienne matinale à la lumière du soleil : le calibrage (ou recalibrage) de votre horloge biologique.

En effet, vous n’êtes probablement pas sans savoir que notre organisme possède sa propre horloge interne, laquelle va naturellement vous imprimer l’heure à laquelle il faut que vous vous couchiez et l’heure à laquelle il faut que vous vous réveilliez  (cycles de sommeil-éveil).

Plus spécifiquement, ce rythme biologique — également dit “rythme circadien” — contrôle le flux de vos sécrétions hormonales quotidiennes (appétit, température corporelle, etc.) en plus d’influençer directement le timing de votre endormissement.

 

horloge-biologique

 Image 4 — Horloge biologique et rythme circadien (Crédit image : bluejean.fr)

 

C’est ce rythme qui explique notamment pourquoi, chaque jour, vous êtes victime quasiment aux mêmes heures de la journée d’un “coup de barre”.

Or, chez de nombreuses personnes, ce cycle d’éveil-sommeil (ou rythme circadien) est perturbé, l’horloge biologique étant alors désynchronisée eu égard des contraintes horaires imposées par la vie en société.

Ces personnes ayant du mal à s’endormir et à se réveiller aux heures jugées “normales”, l’altération de leur sommeil qui en découle finira dès lors inéluctablement par impacter leur productivité et leur humeur de la journée (pour avoir une idée précise des conséquences délétères d’une privation de sommeil, cliquez ici).

C’est ce que l’on appelle en langage savant (de Marseille) : “un trouble du sommeil par altération du rythme circadien”.

Or, la recherche scientifique démontre depuis plusieurs années déjà que l’exposition matinale à la lumière du soleil — ou la luminothérapie à défaut — est l’un des moyens les plus efficaces pour lutter contre ce type de troubles qui concernent aussi bien les personnes dont l’endormissement est toujours trop précoce que celles dont l’endormissement est toujours trop tardif (3).

 

Un bain de soleil matinal pour vous endormir plus vite le dimanche soir !

 

insomnie-01 

Vous ne souffrez peut-être d’aucun trouble du sommeil mais il en est un que vous avez au moins du expérimenter (ou expérimentez encore) une fois dans votre vie : l’incapacité à vous endormir rapidement le dimanche soir, en particulier lorsque vous rentrez de vacances !

Ce syndrome de retard de phase ponctuel est en effet très commun, la plupart des individus profitant du week-end ou des vacances pour se coucher et se lever plus tard qu’à l’accoutumé.

Par conséquent, si vous voulez éviter que votre nuit du dimanche ne se transforme systématiquement en course effrénée et frénétique derrière le marchand de sable (frénésie que l’état de vos draps du lundi matin ne fait que révéler), tâchez de vous exposer entre 20 et 30 minutes dans la matinée du dimanche à la lumière du soleil tout en évitant de trop prolonger vos grâce (grasses ?) matinées dominicales.

Comme nous l’avons déjà évoqué (dans notre Guide Pratique pour retrouver le Sommeil du Juste !), n’oubliez pas qu’une bonne nuit de sommeil se prépare dès le matin au réveil.

 

 

S'exposer à la lumière du soleil : mode d'emploi

 

Grosso modo, deux cas de figure peuvent se présenter :

 

1. Cas # 1 : vous vivez dans un pays où le taux d’ensoleillement est faible, en particulier l’hiver :

 

413Dans ce cas de figure, nous vous recommandons vivement d’investir dans un simulateur d’aube (ou une lampe ou des lunettes de luminothérapie) et un supplément de vitamine D.

Vous utiliserez le premier (ou la première) essentiellement le matin au réveil afin de calibrer votre horloge biologique et vous réveiller en douceur.  

Quant au second, vous en consommerez chaque matin aussi à hauteur de 1000 à 2000 UI ((ou 10000 à 14 000 UI d’un coup par semaine car contrairement à la plupart des micronutriments, il semblerait que la vitamine D soit mieux absorbée par doses massives et irrégulières.)).

Vous ferez ceci au moins durant le dernier mois de l’automne, tout l’hiver et le premier mois du printemps avant d’opter pour la voie naturelle, autrement dit, le soleil.   

 

2. Cas # 2 : vous vivez dans un pays où le taux d’ensoleillement est élevé, même l’hiver :

 

Dans ce cas de figure, inutile d’investir dans l’un des produits susmentionnés.

Vous tâcherez simplement de vous exposer chaque matin (ou à midi quand vous êtes trop à la bourre) à visage nu et à bras découverts durant vingt minutes directement à la lumière du soleil((Si vous pouvez exposer une plus grande surface de votre peau, ce serait idéal !)).

Par “directement”, nous entendons qu’il ne doit y avoir aucun élément qui fasse écran entre vous et les rayons du soleil : ni verre, ni tissu, ni film plastique (par ex., s’exposer dans une véranda ne marchera pas). 

Faites cela au moins trois à quatre fois par semaine en modulant votre durée d’exposition selon votre fréquence d’exposition à la lumière du soleil (plus fréquemment vous vous exposerez, moins longtemps aurez vous à le faire et vice-versa). 

 

 

__________________________________________________________________

Références

 

(1) Benedetti F, Colombo C, Barbini B, Campori E, Smeraldi E. Morning sunlight reduces length of hospitalization in bipolar depression. J Affect Disord. Fév 2001 ; 62(3) : 221-3.

(2) Bjerrum PJ, Blomberg Jensen M, et.al. Vitamin D is positively associated with sperm motility and increases intracellular calcium in human spermatozoa. Hum Reprod. Juin 2011 ; 26(6) : 1307-17. Epub 22 Mar 2011.

(3) Flinders University. Resetting the Body Clock and Other research and insomniac treatment contacts. School of Psychology. Retrouvé le 02 Mai 2015 sur < http://flinders.edu.au/sabs/psychology/research/labs/sleep/bas.cfm >

(4) Golden RN, et.al. The efficacy of light therapy in the treatment of mood disorders: a review and meta-analysis of the evidence. Am J Psychiatry. Avr 2005 ; 162(4) : 656-62.

(5) Hossein-Nezhad A, Holick MF. Vitamin D for Health: A Global Perspective. Mayo Clin Proc. Juil 2013 ; 88(7) : 720–755. Epub 18 Juin 2013.

(6) Myerson A, Neustadt R. Influence of ultraviolet irradiation upon excretion of sex hormones in the male. Epub 1 Juil 2013.

(7) Pilz S, Frisch S, et.al. Effect of vitamin D supplementation on testosterone levels in men. Horm Metab Res. Mar 2011; 43(3) : 223-5. Epub 10 Déc 2010.

(8) Wehr E, Pilz S, Boehm BO, März W, Obermayer-Pietsch B. Association of vitamin D status with serum androgen levels in men. Clin Endocrinol (Oxf). Août 2010 ; 73(2) : 243-8. Epub 29 Déc 2009.

(9) Wikipedia. Light Therapy. Retrouvé le 02 Mai 2015 sur < http://en.wikipedia.org/wiki/Light_therapy >