, , , ,

7 règles pour booster naturellement vos taux de testostérone !

 

 

Sept règles d’hygiène de vie pour optimiser naturellement vos taux de testo.

 

 

Si vous avez lu mon dernier article sur les 

 

 

Image à la une_BDS_12 bénéfices méconnus de la Testostérone - copie copie

 

naturellement, vous devez vous poser la question qui suit :

 

Comment booster taux de T

 

 

Comme vous l’avez compris, il est en effet tout à fait possible de donner un coup de fouet à votre production naturelle de testo SANS prendre de médicaments, ni de produits dopants, ni suivre de traitement hormonal de substitution.

 

 

Pour ce faire, il suffit de suivre 7 règles de base, lesquelles sont comme par hasard exposées dans cet article :

 

 

Règle # 1 : Gérez mieux le stress et vos niveaux d’anxiété 

large

 

 

C’est bien connu : le stress est un véritable tueur de libido !

 

Et s’il tue la libido, c’est en grande partie parce qu’il affecte la capacité de vos cellules de Leydig à produire de la testostérone.

 

 

 

En effet, lorsque vous stressez / angoissez, votre organisme se met à produire massivement une hormone nommée “cortisol”((≠ de la cortisone !)) dont le rôle est opposé — antagoniste — à celui de la testostérone.

 

 

Yin_Yang_C et T

Par exemple, tandis que le cortisol détruit votre tissu musculaire (catabolisme), la testostérone aide à le reconstruire (anabolisme).

Le hic, c’est que ces deux hormones sont faites à partir du même précurseur chimique, à savoir : la prégnénolone, une molécule que votre organisme synthétise à partir du cholestérol.

 

 

 

En conséquence, dès que vos taux de cortisol augmentent — en raison d’un stress physique ou émotionnel important par exemple —,  ce dernier se met “à accaparer la matière première” à partir de laquelle est produite votre testo, ce qui débouche ipso facto sur une diminution de sa synthèse. (1)

 

testosterone-vs-cortisol_560x324 copie

 

D’où l’importance, si vous souhaitez des gonades qui carburent à plein régime, de … ↓ :

 

 

 

Règle # 2 : Dormez suffisamment, entre 7 et 9 heures par nuit

 

Compte-tenu de son impact sur votre tolérance au stress, un sommeil de qualité, en quantité suffisante, est une condition sine qua non pour jouir de taux au T-op !

 

Couple In Bed, Man And Woman

 

Dans le cas contraire, un manque de sommeil récupérateur va sinon rapidement se traduire par une élévation de vos taux de cortisol, donc de votre vulnérabilité au stress, donc déboucher sur une réduction de vos taux de testostérone. (7)

 

 

 

Voici un guide ⇓ pour retrouver les clés du royaume de Morphée des fois que vous les auriez perdues :

 

Image à la une_BDS_Le Guide pour une nuit de sommeil réussie_960x360

 

 

Règle # 3 : En cas de régime, ne réduisez pas trop les calories (max. <20% des besoins énergétiques)

 

 

Outre la privation de sommeil, une privation excessive de nourriture, lorsqu’elle est prolongée, peut, elle aussi, se traduire par un ralentissement — voire une inhibition totale — de votre production de T. (5)

 

 

Cortisol 3aoud

 

Une restriction calorique sévère va en effet avoir au moins trois impacts délétères sur votre synthèse de testo :

 

⇒ 1. Pour commencer, elle va, elle aussi, se traduire par une élévation de vos taux de cortisol dans la mesure où le corps humain passe “en mode stress” lorsqu’on le nourrit pas, mal ou pas assez. (9)

⇒ 2. Elle va également se traduire par une élévation de vos taux de Sex Hormon Binding Globuline((ou SHBG pour les connoisseurs qui ne friment pas.)), une glycoprotéine qui a l’infâme propriété de se lier à votre testostérone libre (ou circulante), la rendant de ce fait “inactive”, donc inusable par vos cellules. (5)

⇒ 3. Il en résulte également une réduction générale de votre apport en macro et micronutriments, lesquels jouent un rôle de premier plan dans le cycle de production endogène de la T (CF. point suivant). (4)

 

Une restriction calorique modérée n'a pas les mêmes effets sur votre testo !

 

Restriction calorique modérée = élévation de la testo ?

 

Restriction calorique sévère vs. modérée

 (⇑ Ceci est du mauvais humour)

 

Á noter cependant que ces effets ne concernent que les restrictions caloriques sévèresles restrictions caloriques modérées semblant, au contraire, promouvoir une élévation des taux de T. (8)

 

 

 

 

Recommandation # 4 : Faites attention à consommer suffisamment de macro- et de micronutriments

 

Vitamins

Comme je viens tout juste de l’évoquer, une restriction calorique sévère, ce n’est pas seulement diminuer votre apport en calories.

C’est réduire du même coup — et parfois massivement — votre apport en macronutriments (protéines, lipides et glucides) et en micronutriments (vitamines, minéraux, oligoéléments).

 

 

Or, certains macronutriments, en particulier les lipides (ou graisses), et micronutriments (comme le zinc, le magnésium, le sélénium, la vitamine D), sont essentiels au cycle de production de l’androgène ! (6)

 

 

 

Image à la une_BDS_Top 12 des aliments pour booster naturellement votre T

C’est pourquoi, que vous suiviez une diète ou non, soyez particulièrement attentifs à vous supplémenter correctement en ces micronutriments ainsi qu’à surveiller vos apports en graisses alimentaires((Saturées comme mono et poly-insaturées.))

 

 

Recommandation # 5 : Éviter de consommer trop de médicaments 

 

Statines, antidépresseurs, bêtabloquants, opioïdes (vs. douleur), antihistaminiques (vs. allergies) …

 

 

La liste des médoc’s ayant pour effet secondaire de diminuer les taux de testostérone est longue et inclus, hélas, parmi les principes actifs les plus prescrits dans le monde (2) puisque … :

 

 

 

pills>>> Les statines sont préconisées aux très nombreux patients qui souffrent d’hypercholestérolémie (i.e. excès de cholestérol) ;

>>> Les antidépresseurs, aux très nombreuses personnes qui souffrent de troubles psychiatriques divers (dépression, trouble bipolaire, maniaco-dépression, etc.) ;

>>> Les bêtabloquants, aux légions qui souffrent d’anxiété ou d’hypertension artérielle ;

>>> Les opioïdes sont, en outre, à la base de tous les analgésiques (antidouleurs) vendus dans le monde tels que les célèbres morphine, codéine, doliprane, etc.

>>> Les antihistaminiques sont, enfin, prescrits à ceux qui souffrent d’asthme et d’allergies.

 

 

État de santé florissant de l'industrie pharmaceutique_Bodyssime.com

 

 

Recommandation # 6 : Faites du sport régulièrement, en particulier de la muscu’.

 

Puisque j’en ai parlé récemment, je ne m’étalerais pas en long et en large sur ce point sinon pour vous rappeler que …

 

1. … par la réduction des niveaux de stress (↓ cortisol) qu’elle permet,

2. … l’amélioration du débit sanguin qu’elle engendre, en particulier au niveau des organes génitaux,

3. … et l’accélération de la synthèse d’hormones anaboliques (IGF-1, testo, GH, etc) qui en résulte, …

 

 

Bijoux de famille

la pratique d’une activité physique régulière — et plus particulièrement celle de la musculation avec des charges lourdes — est l’un des meilleurs moyens de redonner du lustre à vos bijoux de famille ! 

 

 

 

6 bonnes raisons de vous mettre à la muscu'_BDS_Image à la Une

 

 

Pour plus de détails sur ce point >>>

 

 

 

 

Recommandation # 7 : “Faites du sexe” ;-)

 

stock-photo-cartoon-sex-men-and-women-in-bed-113053693

 

Bien entendu, ne zappez jamais les prolongations à la section Chambre du “Département des Affaires qui se Règlent Sans Faire de Phrases”. 

 

 

Mains mickey_sexe

Avoir une activité sexuelle régulière est en effet un très bon moyen de stimuler naturellement la T, les personnes qui s’adonnent régulièrement à des parties de jambes en l’air affichant, en moyenne, des taux matinaux en cette hormone plus élevés que ceux qui passent leur vie à ne faire rien d’autres que sauter les étapes. (3)

 

 

 

Sur cette fin d’un ineffable lyrisme, je vous souhaite à tous une bonne op-T-misation !

 

Messieurs-dames.

 

_____________________________________________________________________________________________________________

 

(1) Brownlee KK,  Moore AW, Hackney AC. Relationship Between Circulating Cortisol and Testosterone: Influence of Physical Exercise. J Sports Sci Med. Mar 2005 ;  4(1) :  76–83. Epub 1er Mars 2005

 

(2) C&EN Supplement. The Top Drugs of 2014. Retrouvé le 30 Janvier 2016 sur < http://cen.acs.org/content/dam/cen/supplements/CEN-supplement092014.pdf >

 

(3) Dabbs JM Jr, Mohammed S. Male and female salivary testosterone concentrations before and after sexual activity.  Physiol Behav. Juil 1992 ; 52(1) : 195-7.

 

(4) Damms-Machado A, Weser G, Bischoff SC. Micronutrient deficiency in obese subjects undergoing low calorie diet. Nutr J. 1 Juin 2012 ; 11 : 34. 

 

(5) Cangemi R, Friedmann AJ, Holloszy JO, Fontana L. Long-term effects of calorie restriction on serum sex-hormone concentrations in men. Aging Cell. Avr 2010 ; 9(2) : 236-42. Epub 20 Jan 2010.

 

(6) He F, Feng L. Effects of some micronutrients on partial androgen deficiency in the aging male. Zhonghua Nan Ke Xue. Oct 2005 ; 11(10) : 784-6.

 

(7) Leproult R, Copinschi G, Buxton O, Van Cauter E. Sleep loss results in an elevation of cortisol levels the next evening. Sleep. Oct 1997 ; 20(10) : 865-70.

 

(8) Sitzmann BD, et.al. Effects of moderate calorie restriction on testosterone production and semen characteristics in young rhesus macaques (Macaca mulatta). Biol Reprod. Oct 2010 ; 83(4) : 635-40. Epub 7 Juil 2010.

 

(9) Tomiyama AJ, Mann T, Vinas D, Hunger JM, Dejager J, Taylor SE. Low calorie dieting increases cortisol. Psychosom Med. Mai 2010 ; 72(4) : 357-64. Epub 5 Avr 2010.