,

Comment réussir à tenir vos engagements du Nouvel An en huit étapes !

 

 

 

Saviez-vous que dans près de 9 cas sur 10, nous n’honorons pas les résolutions que nous prenons le Jour de l’An ? 

 

 

Ce chiffre, ce n’est pas moi qui l’invente mais une étude américaine qui le révèle, laquelle n’est hélas pas la seule à dresser un bilan aussi pessimiste.

Car selon les statistiques compilées par une seconde étude, toujours américaine, des 50% d’Américains qui se fixent une ou plusieurs résolutions en fin d’année, seulement 8% réussiraient réellement à les tenir.

 

Fréquentation gym début d'année

Et ce n’est pas fini.

 

Au Canada, une étude, non officielle, indique pour sa part que près de 80% des abonnés à un centre de fitness l’auront déjà abandonné à la fin mars.

 

 

 

Bien que ces données concernent essentiellement les Nord-Américains, gardez-vous de penser qu’elles sont exclusivement de leur apanage. Elles ne les concernent que parce qu’eux seuls semblent avoir menés des études sur la question.

En ce sens, il ne me semble d’ailleurs pas trop hasardeux de spéculer qu’elles s’appliquent à une frange majoritaire de la population mondiale (de celle qui fête le Jour de l’An, s’entend).

 

 

Face à ce constat peu réjouissant, en particulier en cette fin d’année, une question se pose :

 

Pourquoi sommes-nous si nombreux à faillir à nos engagements de la Saint-Sylvestre

 

Et la réponse se trouve déjà, quelque part, dans la question :

 

Parce que nous les prenons justement justement à la Saint-Sylvestre

 

Rhétorique à l’écart, il ne s’agit évidemment pas de dire ici que la Saint-Sylvestre ou que la Saint-Glinglin ont une incidence sur notre capacité à honorer nos résolutions. Loin s’en faut.

 

Keep Waiting Cause Change Will Never Come

 

Il s’agit, au contraire, de souligner que si nous échouons à les concrétiser, c’est précisément parce que nous faisons l’erreur de croire que la magie du 31 Décembre va opérer, par elle-même, le changement que ces résolutions sous-tendent.

 

 

Inutile de dire qu’après quelques semaines à se bercer de telles illusions, le constat d’échec est cuisant : nous n’avons rien fait dans le sens de leur concrétisation.

Il faut alors se rendre à l’évidence :

 

Report des résolutions Nouvel An

 

 

 

 

 

Pourquoi échouons-nous à concrétiser nos résolutions ?

 

Outre cette capitalisation illusoire sur la date du 31, voici trois des principales raisons pour lesquelles nous échouons, le plus souvent, à concrétiser nos objectifs de fin d’année.

 

 

Raison #1 : Des objectifs trop optimistes

 

Admettons que vous soyez totalement novice en musculation.

Pensez-vous qu’il est réaliste et raisonnable de penser que dès votre premier jour d’entraînement, vous allez pouvoir pousser 150 kilos au Développé Couché ?

Mr. Squirell

 

Á quelques exceptions génétiques près, vous vous doutez bien que non.

 

Pour en arriver là, vous allez devoir vous entraîner régulièrement et franchir toute une série de paliers jusqu’au jour où, enfin, vous atteindrez (éventuellement) cette marque.

 

Traning the mind

 

Hé bien, sachez que votre mental est lui aussi “un muscle” et qu’à ce titre, il a lui aussi besoin d’être entraîné.

 

 

Mental épuisé par les résolutions

Or, si vous démarrez l’année avec la résolution de cesser de fumer, de commencer à aller au gym, de mieux manger, de perdre du poids, de dépenser moins etc. … c’est comme si vous exigiez à ce “muscle” qu’est votre cerveau de pousser ces 150 kilos sans avoir pris le temps de l’entraîner !

En procédant de la sorte, l’échec est quasi-inévitable, votre mental s’avérant, en toute logique, incapable de supporter “la surcharge de bonnes résolutions” à laquelle vous venez de le soumettre.

 

 

Raison #2 : Des objectifs trop abstraits

 

Mauvaise et bonne formulation_Résolutions

 

Outre leur formulation, pouvez-vous me dire quelle est la différence entre ces deux résolutions ?

Je vous aide :

 

— La première n’est ni liée à un comportement spécifique, ni au résultat escompté par son suivi. Elle est abstraite et ne vous donne rien de tangible sur quoi concrètement vous focaliser.

Chances de faillir à la mettre en pratique : très fortes. 

 

— La seconde est à la fois liée à un comportement spécifique (>>> “zapper la cigarette que je fume après le petit-déjeuner”) et au résultat escompté par sa mise en application (>>> “ne plus avoir mauvaise haleine durant la matinée”).  Elle est concrète et vous donne quelque chose de tangible (>>> zapper les deux cigarettes) sur lequel vous focaliser.

Chances de faillir à la mettre en pratique : beaucoup moins fortes.

 

 

 

Plus qu’une simple question de formulation, sachez que de cette capacité à “traduire” vos résolutions en comportements concrets et en résultats spécifiques dépend, dans une large mesure, votre capacité à les honorer !

 

 

Pour apprendre “à traduire” vos résolutions de la bonne façon, prière de vous référer à la page suivante.

 

 

Raison #3 : Des objectifs qui nous importe peu (ou pas assez)

 

Comment être motivé(e) par une résolution éloignée de ce qui nous préoccupe le plus ?

 

 Telle est la dernière pierre d’achoppement sur laquelle bute le plus souvent la concrétisation de nos objectifs :

 

 

Nous ne choisissons tout simplement pas ceux qui nous importent le plus ! 

 

Vous croyons en nos résolutions

 

 

Il faut dire qu’en ce sens, la télévision ne nous aide pas.

Chaque fin d’année, c’est en effet le même manège : des slogans publicitaires nous bombardent littéralement de résolutions toutes faites qui insistent pernicieusement sur la nécessité “de ne plus attendre”, que “cette année, c’est enfin la bonne !” et que quoi de mieux “pour la démarrer du bon pied que d’adopter le produit X ou d’entamer le programme Y”. 

 

 

town-hall-media-spoonfeeding-cartoon-campaign-commercials-citizens-united_zpse02455f0

Et nous, téléspectateurs, avalons goulument ce prêt-à-porter existentiel, comme si notre bonheur immédiat en dépendait, préférant sacrifier ainsi notre libre-arbitre sur l’autel du consumérisme et de la joie éphémère plutôt que de consentir à analyser les choses réellement susceptibles de nous rendre heureux.

 

 

 

 

 

 

Comment réussir à honorer vos résolutions ?

 

Si vous vous êtes fixé(e) de grandes résolutions pour la nouvelle année, voici les 8 étapes à suivre pour maximiser vos chances de vous y tenir :

 

 

 Étape #1 : Commencez par choisir une résolution qui a un sens pour vous

 

Picasso QuotePour qu’un processus de changement réussisse, il faut nécessairement commencer par s’appuyer sur les choses qui nous tiennent le plus à coeur.

Il ne s’agit donc pas de s’aligner sur les résolutions des autres mais de prendre celles qui ont véritablement un sens pour nous.

 

 

C’est pourquoi, si vous souhaitez trouver la force de vous engager avec succès dans un processus de transformation (comme arrêter de fumer, commencer à faire du sport ou perdre du poids, etc.), vous devez d’abord vous demandez ce que vous VOULEZ changer à la place de ce que vous DEVEZ changer.

 

 

En misant sur les bons choix, vous saurez ainsi diriger votre attention et votre énergie à les saisir quand ils se présentent, tous les jours.

 

 

 La technique des “3 Pourquoi” ?

 

Á cette fin, voici un moyen relativement simple de savoir si une résolution a un sens particulier pour vous. Je l’appelle la technique des “3 pourquoi((Notez que je n’invente rien ici, cette méthode étant une adaptation de la technique des “5 pourquoi” utilisée en contrôle de qualité.)) ?”.

 

Admettons que vous vouliez commencer à faire du sport.  En suivant cette technique, vous vous poseriez ainsi les questions suivantes :

 

Question 1 : “Mais pourquoi est-ce-que je veux faire du sport ?”
Si la réponse est “parce que je veux perdre du poids”, demandez-vous ensuite :

 

Question 2 : “Mais pourquoi est-ce-que je veux perdre du poids ?”
Si la réponse est “parce que je veux pouvoir rentrer dans mes vêtements”, demandez-vous ensuite :

 

Question 3 : “Mais pourquoi est-ce-que je veux rentrer dans mes vêtements ?”
Et si la réponse est “parce que je veux me sentir mieux dans ma peau” …

 

… vous voyez qu’on en arrive rapidement à quelque chose de beaucoup plus profond (Notez que pour certain(e)s, il faudra peut-être se poser plus de fois la question “pourquoi” avant d’en arriver à une réponse probante). 

 

 

 

Étape #2 : N’en choisissez qu’une seule, pas plus

 

Une fois que vous avez réussi à identifier quelques résolutions qui ont un sens pour vous, la seconde étape consiste à choisir la plus importante à vos yeux et à provisoirement écarter les autres. 

Vouloir “courir plusieurs lièvres à la fois” en vous fixant trois à quatre grandes résolutions pour la nouvelle année est une stratégie ambitieuse certes, mais risquée car grandes sont les chances que vous ne réussissiez à n’en honorer aucune au final !

 

bookcover3

Dans son ouvrage The Power of Less, l’auteur américain, Leo Babauta, indique à cet effet que lorsqu’une seule nouvelle habitude est adoptée par mois, le taux de succès à la maintenir s’élève, en moyenne, à 80%.

 

 

En revanche, lorsque plus d’une habitude est adoptée par mois, le taux de succès à la maintenir chute d’un coup sous la barre des 20% !

 

 

Capture d’écran 2015-12-30 à 15.26.00

Rien d’anormal, vous dirais-je((⇐ Voyez : je l’ai dit. … :-P)) : la plupart d’entre nous avons tellement de “priorités en concurrence” que lorsque nous en ajoutons de nouvelles — et majeures de surcroît —, nous nous créons dès lors une “surcharge de priorités contradictoires” très-très difficilement conciliables.

 

Failure to launch_Rocket

 

Au final, à vouloir “viser la lune”, nous nous retrouvons tellement intimidé(e)s par l’ampleur des changements à entreprendre que nous nous avérons tout bonnement incapable de trouver la force de “décoller” ! 

 

 

 

Étape # 3 : Traduisez-la en comportement(s) et en résultat(s) concrets et spécifiques 

 

Après avoir identifié la résolution sur laquelle vous allez vous concentrer, une autre étape PRIMORDIALE consiste à la “traduire” en comportements et en résultats concrets et spécifiques.  

 

Quelques exemples ... :

 

Voici quelques exemples :

 

Velléité # 1 : “Je vais mieux manger !”

>>> Résolution concrète #1 : “Je vais écarter tous les produits transformés de mon alimentation. J’espère ainsi être plus en forme !”

 

Velléité #2 : “Je vais prendre du muscle !”

>>> Résolution concrète #2 : “Je vais faire 100 pompes, 100 squats et 100 abdos par jour pour tonifier ma silhouette.”

 

Velléité #3 : “Je vais mieux gérer ma colère !”

>>> Résolution concrète #3 : “Je vais m’allouer entre 5 à 10 minutes par jour pour méditer et faire le break !”

 

 

 

 

En “traduisant” chacune de vos résolutions de la sorte, vos chances de réussir à les mettre en pratique vont automatiquement augmenter ! 

 

 

focus-282741_960_720

Pour le cerveau humain, qui est orienté-objectif, il est en effet beaucoup plus facile de se concentrer sur une chose à faire de tangible et impliquant une récompense à la clé que sur une velléité abstraite, sans échéances, ni résultats précis.

 

 

Étape # 4 : Optez pour une approche progressive, “par petits pas”

 

Baby steps

Une fois votre résolution “convertie” en comportements et en résultats spécifiques, décomposez-la autant que se faire se peut en petites tâches, aussi petites que possible.

Selon Léo Babauta, vous devez en effet faire en sorte que les premières tâches dans lesquelles vous allez vous investir soient si simples qu’il vous est littéralement impossible de vous décourager.

 

Exemple :

 

Exemple

 

arreter_de_fumer

Par exemple, si votre résolution est “d’arrêter de fumer”, après avoir traduit cette résolution en  un comportement clair et en un résultat spécifique (“Je vais arrêter de fumer la cigarette que je me fume généralement après le petit-déjeuner et le déjeuner pour ne plus avoir mauvaise haleine durant la journée.”), vous pourriez la décomposer de la manière suivante :

 

→ Étape #1 : “Ne plus laisser traîner mon paquet de clopes en évidence sur le plan de travail de la cuisine pour ne plus être tenté(e) le matin.” 

 

→ Étape #2 : “Partir dès la fin du petit-déjeuner au travail et voir si ça me permet d’oublier ma cig’ du matin.”

 

→ Étape #3 : “Si j’ai du mal à m’en passer au départ, ne fumer qu’une demi-cigarette pour commencer.” 

 

→ Étape #4 : “Finalement, en arriver à zapper la cigarette d’après petit-déjeuner.”

 

→ Étape #5 : “Essayer d’en faire de même pour la cigarette d’après déjeuner.” etc …

 

 

 

Cette approche par “petits pas” est un excellent moyen d’éviter de tomber dans le piège usuel du sur-engagement et de la surcharge mentale qui conduisent, dans l’écrasante majorité des cas, à l’abandon, donc à l’échec.

 

 

Étape # 5 : Faites en sorte que vos résolutions soient mesurables 

 

Citation — Napoléon HillAprès avoir décomposé les comportements induits par votre résolution en étapes, aussi petites que possibles, votre prochain mot d’ordre doit être de vous assurer que ces étapes sont mesurables et qu’elles se basent sur un échéancier.

Encore une fois, le but ici est de vous assurer que vous avez un ensemble d’objectifs concrets et précis sur lesquels vous focaliser car les objectifs concrets et précis amènent à des prises de décisions et d’actions concrètes et précises.

 

Exemple :

 

Exemple

 

Par exemple, si votre résolution est “de devenir mince”, après l’avoir traduite en un comportement clair (“je vais m’inscrire au gym à côté de chez moi”) et en un résultat spécifique (“pour mieux me sentir dans mes pantalons”), voici ce à quoi une série d’étapes mesurables pourrait ressembler :

 

→ Étape # 1 : “Je vais m’inscrire au gym à côté de la maison le second lundi de Janvier.” (échéancier)

 

→ Étape # 2 : “J’irais m’entraîner tous les mardis et jeudis soirs durant 30 minutes (pour commencer).” (échéancier + mesurable)

 

→ Étape # 3 : “Mon objectif est d’avoir perdu une à deux taille(s) de pantalon d’ici trois mois” (échéancier + mesurable)

 

 

 

En corrélant vos résolutions à des métriques mesurables et à un échéancier préétabli, vous en assumerez dès lors davantage la responsabilité des résultats ainsi que celles des actions à entreprendre pour les mener à bien.

 

 

Étape #6 : Écrivez-le puis faites-en part aux autres

 

Ceci fait — votre résolution ayant été traduite en étapes claires, réalisables et mesurables, reportez l’ensemble de ces étapes à l’écrit((Á noter que vous pouvez le faire de façon concomitante avec les étapes précédentes.)) puis partagez-les avec vos proches, amis ou famille.  

 

 

D’après la recherche scientifique, le fait de reporter ses objectifs à l’écrit, puis de les rendre publique, est un moyen très efficace d’augmenter son engagement à les accomplir. 

 

 

Doublez vos taux de réussite en écrivant et partageant, vos objectifs !

 

Doublez votre taux de réussite en écrivant puis partageant vos objectifs !

 

Dans le cadre d’une étude récemment conduite par le Département de Psychologie de l’université Dominicaine de Californie, 267 personnes issues d’horizons professionnels différents ont été subdivisées en cinq groupes. 

 

Aux participants du premier groupe, il a simplement été demandé de penser mentalement aux objectifs liées à leur activité professionnelle qu’ils aimeraient accomplir au cours du mois à venir, puis de classer ces objectifs — toujours mentalement — selon leur niveau d’importance, leur degré de difficulté, le niveau de motivation et d’engagement requis pour les mettre en œuvre, etc. 

 

Aux participants du second groupe, il a été demandé d’en faire de même mais de reporter ces objectifs à l’écrit

 

Aux participants du troisième groupe, il a été demandé de reporter ces objectifs à l’écrit en plus de transposer, également à l’écrit, les actions concrètement susceptibles d’y mener.

 

Aux participants du quatrième groupe, il en a été demandé de même (qu’au groupe 3) en plus de partager ces objectifs avec un proche.

 

Aux participants du cinquième groupe enfin, il en a été demandé d’en faire de même (qu’au groupe 4) en plus d’envoyer un rapport hebdomadaire à ce proche faisant état de leur progression par rapport à leurs objectifs. 

 

Résultats : au terme des quatre semaines de l’intervention, seulement 35% des participants du groupe 1 ont avoué avoir accompli leur but (ou être à mi-chemin de leur mise en œuvre). Á titre de comparaison, ils ont été plus de 62% à le faire dans le groupe 4 (report à l’écrit + partage avec un ami), soit près du double((Les participants du cinquième groupe ont encore fait mieux en étant près de 75% à reconnaître avoir accompli une partie ou l’intégralité de leurs objectifs.)) !

 

 

 

Taux de réussite après écrit et partagé un objectif

 

Par conséquent, si vous voulez maximiser vos chances de réussir à accomplir vos résolutions cette année, faites en sorte … :

Fuck this shit — Me casse en antarctique

 

1. … de les planifier concrètement soit en tenant un journal écrit, soit en remplissant une feuille de calcul sur ordinateur, soit en remplissant un tableau de graphiques et d’images.

2. … de les partager avec vos amis et/ou votre famille afin d’accroître votre peur d’échouer et trouver un soutien éventuel parmi eux.

 

 

Étape # 7 : Focalisez-vous sur la carotte, pas le bâton 

 

Une fois vos objectifs écrits et criés haut et fort sur la place publique, l’heure est à l’action. 

Dès lors, ne faites pas l’erreur classique de vous focaliser uniquement sur les sacrifices et la discipline requis pour atteindre vos objectifs. Pensez plutôt aux bénéfices que vous en retirerez une fois qu’ils l’auront été.

 

la-carotte-au-bout-du-baton

 

En d’autres termes, focalisez-vous sur la carotte, pas sur le bâton !

 

 

Plus facile à dire qu'à faire m’objecterez-vous.

 

Il est vrai que si vos résolutions sont ambitieuses — comme d’arrêter de fumer ou de perdre du poids —,  il va vous falloir probablement compter plusieurs mois avant de constater un changement positif probant.

Nombreux sont celles et ceux qui trouveront ce laps de temps beaucoup trop long pour ne abandonner avant. Par conséquent, comment réussir à tenir le cap ?

 

Comment réussir à ne pas “perdre de vue la carotte” au cours de cet intervalle d’efforts difficiles ?

 

Récompense à la clé

 

Et la réponse est simple : en vous offrant des mini-récompenses chaque fois que vous franchissez une petite étape-clé !   

 

 

Cette démarche de renforcement((ou rétroaction)) positif est en effet un excellent moyen “de maintenir votre motivation à flot” au cours du processus de changement.

Si vous la couplez à un peu d’auto-feedback positif, elle constitue en outre un moyen pertinent de vous rappeler que même si vous n’avez pas encore totalement atteint vos objectifs, vous continuez de progresser dans le bon sens, ce qui est très important !

 

Renforcement positif et autofeedback

 

 

 

Chemin parcouru

Combien d’entre nous avons en effet cette fâcheuse manie, lorsque nous œuvrons vers nos objectifs, de ne voir que ce que nous voudrions accomplir et de perdre totalement de vue ce que nous avons déjà réussi à accomplir ?

 

 

C’est pourquoi, s’offrir de petites récompenses à intervalles réguliers tout en se félicitant de ce que l’on vient d’accomplir — aussi minuscule que cela puisse paraître aux yeux des autres — me paraît être une étape cruciale si vous voulez réussir à tenir le cap de vos engagements.

 

 

Étape #8 : Utilisez l’échec comme un moteur, et non comme un frein

 

Jusqu’ici, je vous ai décrit une démarche visant à maximiser vos chances de réussir à tenir vos résolutions en les décomposant en petites étapes concrètes, spécifiques, mesurables et surtout réalisables.

 

 

Mais quid de l’approche à adopter si chemin faisant, vous vous retrouviez tout de même confronté(e) à des revers auxquels vous n’étiez pas préparé(e) ? Comment vous comporter face à de telles situations ?

 

 

Inspirée de ma propre expérience, voici l’approche que j’adopterais à votre place :

 

Comment appréhender l'échec ? Mon approche perso ...

Winston Churchill Quote

 

Étape # 1 : commencer par reconnaître que l’échec est une condition sine qua non de la réussite. Qu’importe la nature des objectifs que vous vous êtes fixé(e), ayez pour certitude qu’avant de les atteindre, vous allez vous retrouver confronté(e) à des revers et situations désagréables que vous n’aviez pas anticipé. C’est inévitable ! Il ne s’agit évidemment pas de dire qu’il faut vous résigner à l’échec mais plutôt qu’il est bien plus pertinent de l’accepter comme partie intégrante du processus de réussite. En effet, le plus tôt aurez-vous accepté cet état-de-fait, le plus tôt serez-vous en mesure de passer à la seconde étape-clé de cette approche, laquelle est de …

 

Étape #2 : … considérer chaque petit échec comme un revers temporaire et non comme une raison de tout abandonner. Lorsque vous aurez pris conscience que l’échec est une réalité consubstantielle de la réussite (et même de la vie), il vous sera dès lors bien moins difficile de considérer chaque revers comme un simple accident de parcours, à terme surmontable. C’est pourquoi, ne faites pas tout un pataquès de la moindre déconvenue que vous essuyez. En pareils cas, votre déception est compréhensible mais ne justifie en aucun cas le fait de tout lâcher((Sauf si votre échec porte sur des choses que vous ne pouvez pas du tout contrôler.))

 

Étape #3 (niveau avancé) : utiliser la peur de l’échec comme un moteur et non comme un frein. Après avoir pris conscience du caractère inéluctable, mais provisoire, de l’échec((Tant qu’il n’y a pas abandon définitif.)) et vous y être confronté(e) avec courage empiriquement, dans la vraie vie , la peur qui l’accompagne devrait vous être un tantinet plus familière. Profitez-en dès lors pour prendre l’ascendant dessus et la sublimer. En clair : faites de votre peur de l’échec un catalyseur du changement positif, de votre changement. Et mieux encore : utilisez la frustration qui en découle comme une raison supplémentaire de vous pousser à accomplir vos objectifs et non comme une excuse pour tout abandonner !

 

 

 

 

 

 

La force de volonté n’est pas un trait de caractère : c’est une habitude qui se forge !

 

Si tout cette prolixité pouvait amener à quelque chose d’utile — et de concis (!) —, voici les trois choses essentielles que j’aimerais que vous retiriez de la lecture de cet article :

 

Chose #1 : La première, ce sont les six caractéristiques majeures d’une bonne résolution (ou d’un bon objectif) — c’est-à-dire, d’une résolution dont le taux de réussite est important (> 80%) :

6 caractéristiques d'un bon but

 

Chose #2 : La seconde, c’est qu’il n’y pas échec tant qu’il n’y a pas abandon. Vous n’échouez pas le jour où vous tombez ou trébuchez mais le jour où vous cessez de vous relever. 

 

Vince Lombardi Quote

 

Chose #3 : La troisième enfin, c’est que la volonté n’est pas quelque chose d’inhérent à certains individus — “les gens ne naissent pas persévérants et déterminés, ils le deviennent”. Corollaire de cela : vous êtes tout aussi capable que n’importe qui d’accomplir vos objectifs pourvu d’entraîner, petit-à-petit, votre “muscle” de la volonté. 

 

La volonté est un muscle

 

 

Et pour finir, voici une vidéo inspirante sur l’importance de prendre de vraies décisions, au Nouvel An comme à n’importe quel moment de l’année. Je la dédicace à toutes celles et ceux qui, pour de mauvaises raisons (peur d’échouer, de réussir, de ne plus être accepté, etc.), procrastinent à mettre en application les choses qui leur tiennent vraiment à cœur. En espérant qu’elle saura faire son effet.

 

D’ici là, bonne année 2016 ! 

Alex

 

 

 

______________________________________________________________________________________________________________

 

INFORMATIONS SUR LA VIDÉO 

Auteur

Ping Pong Studio – Ping Pong Studio

Orateur

P. Diddy, Les Brown, Eric Thomas

Musiques

(0:00 – 2:50″) Confidential Music CMX — Venus Rising

(2:51″ – 5:58″) Confidential Music CMX — Unashamed

Extraits vidéos

Southpaw, Whiplash, Diversion, National Geography,  …

 

RÉFÉRENCES DE L’ARTICLE

 

Leo Babauta. The Power of less : the fine art of limiting yourself to the essential … in business and in life. Hardcover. 1er Janvier 2009. 

Matthews G. Study focuses on strategy for achieving goals, resolutions. Retrouvé le 28 Décembre 2015 sur < http://www.dominican.edu/dominicannews/study-highlights-strategies-for-achieving-goals >

 

1 réponse

Les commentaires sont fermés.