,

À Bas la Cellulite (2) : Quel traitement thérapeutique privilégier ?

 

Si vous faites partie des neuf femmes sur dix qui souffrent en ce moment-même de cellulite, fort est à parier que notre petit essai sur l’étiologie de ce fléau du derme (cf. première partie) vous aura laissé un amer goût … d’inachevé !

En effet, quel intérêt de connaitre la ou les cause(s) probable(s) de l’apparition de capitons à la surface de votre peau si ce faisant, aucune solution pratique et efficace ne vous est offerte pour vous en débarrasser ?

L’objet de nos articles n’étant pas tant de vous laisser sur votre faim que de vous mettre en appétit, permettez-nous donc de rectifier le tir en vous proposant, aujourd’hui, un article dont la consistance satisfera certainement votre appétence pour les conseils utiles.

Métaphore filée à l’écart, venons-en au fait : quelles sont les thérapies anticapitons les plus efficaces ?

 

 

1.     L’Électrothérapie

 

Également connue sous le nom de : Électrothérapie, Galvanisme (Faradisme).

Technique : Usage de courants électriques pour vivifier les tissus et aider à briser les capitons. Deux types de courant électriques sont utilisés, le faradique et le galvanique, le premier ayant pour rôle de contracter et tonifier les muscles et le second, de briser la barrière de résistance de la peau afin de dissoudre les graisses et de l’hydrater en profondeur.

Image 1 : L'électrothérapie au service de la lutte contre la cellulite. Les détenteurs de Compex® ne sont pas sans savoir que cet outil multi-usage propose une option « d’Optimisation de l’action anticellulite ». (Source image : www.raindropspa.com)
Image 1 – L’électrothérapie au service de la lutte contre la cellulite. Les détenteurs de Compex® ne sont pas sans savoir que cet outil multi-options propose une option  pour lutter contre la peau d’orange. (Source image : www.raindropspa.com)

Durée et fréquence générale de traitement : d’après les instituts de beauté, compter entre 10 et 12 sessions de 30 à 45 minutes 1 à 3 fois par semaine pour de bons résultats. Pour des résultats (financiers) optimaux (pour lesdits instituts), la durée du traitement recommandée est de 24 sessions en moyenne.

 

Ce qu’en dit la science : 

Les adeptes du traitement de la cellulite par galvanisme prétendent que ce dernier est capable de faire fondre la cellulite rebelle en maximisant les effets des crèmes anticellulite. Il permettrait également de combattre les capitons en luttant contre la rétention d’eau qui est en grande partie responsable de leur apparition à la surface du derme (Gallant, 1978 ; citée dans Livestrong, 2013).

Durée moyenne des effets : 

Jusqu’à six mois.

Efficacité : 

B+ comme dans « Bon traitement si couplé à l’application d’une crème Brise-capitons. »

 

 

2.     L’Iontophorèse [1]

 

Également connue sous le nom  de : Electrolipolyse, Mésothérapie Virtuelle.

Image 2 – Aussi appelée «mésothérapie virtuelle», l’iontophorèse est une technique électro-thérapeutique basée sur la diffusion d’ions et de molécules ionisées à travers la peau utilisant le courant galvanique et ses dérivés. (Source image : www.centrodermatologicoestetico.com)

Technique : diffusion de molécules à travers la peau par le biais d’un courant électrique de faible intensité. L’iontophorèse est également employée pour accroître l’action vasomotrice de la peau.

Durée et fréquence générale du traitement :

compter au minimum 6 sessions de 30 minutes environ espacées entre elles d’une à deux semaines pour des résultats visibles et relativement durables (Mernagh-Ward, Cartwright, 2004).

 

Ce qu’en dit la science: 

Selon les praticiens, l’action vasomotrice de l’iontophorèse aurait un effet bénéfique sur le métabolisme compromis de la peau d’orange (Moussa, 2013).

Durée moyenne des effets :

De 4 à 6 mois généralement.

Efficacité :

A- comme dans probablement « Au moins Aussi efficace que le galvanisme (cf. premier point) mais avec l’Avantage supplémentaire de présenter beaucoup moins de contre-indications que ce dernier. »

 

Vasomotrice : késaco ?

Relatif à ce qui agit sur le diamètre des vaisseaux sanguins.

En l’espèce ici, action des ions qui provoquent dans un premier temps une diminution du diamètre des vaisseaux sanguins (vasocontriction) suivie, dans un second temps, d’une augmentation de leur diamètre (vasodilatation).

 

 

3.     La Thermothérapie

 

Également connue sous le nom  de : Traitement par Infrarouges

Image 3 : En matière de traitement contre la cellulite, les rayons infrarouge ont démontré des résultats plus que contradictoires (Moussa, 2013). (Source image : www.appareil-cellulite.com)
Image 3 – En matière de lutte contre la cellulite, les rayons infrarouge ont démontré des résultats plus que contradictoires (Moussa, 2013). (Source image : www.appareil-cellulite.com)

Technique : Utilisation de rayons infrarouges qui, par la chaleur qu’ils génèrent, rendent les amas de graisse plus liquides et plus souples, ce qui permettrait de s’en débarrasser plus facilement par la suite. La chaleur générée favorise également une meilleure circulation de la lymphe et du sang censée permettre une meilleure évacuation des toxines.

Durée et fréquence générale de traitement : compter entre six à huit sessions de 30 minutes pour des résultats visibles.

 

Ce qu’en dit la science :

Plusieurs experts questionnent l’efficacité de la chaleur infrarouge dans le cadre du traitement de la cellulite. Certaines expertises font d’ailleurs état d’une aggravation du phénomène au terme d’une série de traitements par rayons infrarouges. Les experts pensent que la dénaturation des protéines provoquée par les hautes températures serait responsable de ce phénomène (Moussa, 2013).

Durée en moyenne des effets : 

De quelques semaines à trois mois selon les allégations des instituts de beauté. 

Efficacité :

C+ comme dans « un traitement Convenable pour résorber les couches de graisses sous-cutanées mais manquant de Crédibilité scientifique pour en faire un traitement de Choix dans le Cadre de la lutte contre les Capitons ».

 

 

4.     L’Accoustico-thérapie

 

Également connue sous le nom de : Ultrasons

Image 4 : Les ultrasons représentent un traitement anticellulite de premier choix si l’on en croit les résultats de l'étude menée par Russe-Wirfingsdeder et.al (2011). (Source image : www.auféminin.com)
Image 4 – Les ultrasons représentent un traitement anticellulite de premier choix si l’on en croit les résultats de l’étude menée par Russe-Wirfingsdeder et.al (2011). (Source image : www.auféminin.com)

Technique : Utilisation d’ondes acoustiques pour détruire les cellules graisseuses. Généralement, le médecin ou kinésithérapeute appliquent du gel sur la zone à traiter. Ensuite, des plaques génératrices d’ultrasons basse-fréquences sont placées sur la cellulite. À l’instar de l’infrarouge, ces plaquent vont chauffer et détruire les graisses, qui seront ensuite éliminées naturellement. Les ultrasons peuvent être suivis d’un massage de type « palper-rouler » pour renforcer l’effet du drainage.

Durée et fréquence générale de traitement : compter au minimum 6 séances de 30 minutes à raison de deux séances hebdomadaires. Pour des résultats visibles, compter une dizaine de séance.

 

Ce qu’en dit la science :

Certaines études démontrent que les ultrasons peuvent activer la lipolyse (= fonte adipeuse) et donc faciliter le drainage des graisses hors des adipocytes. Lors d’un essai clinique, Russe-Wirfingsededer et.al ont par exemple démontré que les ultrasons agissaient directement sur les tissus sous-cutanés, produisant « une nette amélioration […] de la fermeté et texture de la peau, [et] de la taille des capitons de la zone traitée » (Russe-Wifingseder, 2013).

Durée moyenne des effets :

De 6 mois à 1 an selon les individus (Shelton, 2011).

Efficacité :

A comme dans « À placer en pôle position dans votre Arsenal d’Approches thérapeutiques Anticellulite. »

 

 

5.     La Vacuothérapie

 

Également connue sous le nom  de : Pressothérapie, Endermologie

Image 5 : Quoi de plus intimiste et excitant que des massages réalisés par un appareil spécialement conçu pour activer la circulation sanguine et le drainage de la lymphe ? … La main ?  Qui a dit la main ?!… Pfff … Trop anachronique ! Trop XXème (siècle) ! (Source image : www.bloc.com)
Image 5 – Les résultats visibles de la vacuothérapie ne durent généralement qu’une à deux semaine(s), faisant d’elle une technique assez peu efficace lorsque pratiquée de façon isolée ! (Source image : www.bloc.com)

Technique : Massages réalisés à la main ou avec un appareil dont l’objectif est double : 1) – aider la peau à se décharger du liquide qui s’est accumulé dans les tissus ; et 2)- activer le retour veineux.  Cette technique est également employée pour traiter le drainage des œdèmes veineux, lymphatiques ou mixtes des membres.

Durée et fréquence générale de traitement : compter 2 séances par semaine pendant environ 5 semaines, puis une séance par semaine pendant les 5 semaines suivantes. Pour une cure intensive, compter douze à quinze séances minimum.

 

Ce qu’en dit la science :

Selon le Docteur Caroline Gaucher, la vacuothérapie présente l’inconvénient de n’être efficace que si renouvelée chaque semaine. C’est une technique auxiliaire qui peut néanmoins s’avérer efficace en tant que complément d’un autre traitement, comme l’accoustico-thérapie par exemple.

Durée moyenne des effets :

3 à 6 mois selon les personnes.

Efficacité :

C comme dans « technique Correcte mais aux effets beaucoup trop Courts pour en faire autre chose qu’une technique Complémentaire ».

 

 

6.     Le Drainage Lymphatique[2]

 

Également connu sous le nom  de : Drainage lymphatique

Technique : massages doux et rythmés qui aident la lymphe à circuler, ce qui permettrait de favoriser les processus chimiques et la régénération des cellules, et participerait donc de la résorption de la cellulite.

Image 6 : Nonobstant sa popularité, le drainage lymphatique ne semble pas offrir de solutions durables à la problématique de la peau d'orange. (Source image : www.mondorf.lu)
Image 6 – Nonobstant sa popularité, le drainage lymphatique ne semble pas offrir de solutions durables à la problématique de la peau d’orange. (Source image : www.mondorf.lu)

Durée et fréquence générale du traitement : compter entre 10 et 12 séances de 60 minutes pour commencer à voir apparaitre les premiers résultats visibles (NOTA :  les résultats variables d’un individu à un autre et dépendent en grande partie de l’ampleur de la surface de peau à traiter).

 

Ce qu’en dit la science :

Dans une étude publiée en 2010, Bayracki et.al ont démontré que le drainage lymphatique était une technique efficace pour réduire les pourcentages de masse grasse des zones du corps affectés par la cellulite, mais qu’il l’était néanmoins moins que la vacuothérapie et la manipulation structurelle(2010). Aucune étude scientifique rigoureuse ne semble par ailleurs avoir réussi à démontrer les effets persistants de cette technique sur l’amélioration de la texture de la peau d’orange. 

Durée moyenne des effets :

Données non-disponibles.

Efficacité :

B comme dans « Bonne technique pour réduire les couches de graisses sous-cutanées mais qui, à l’instar de thermothérapie, semble Butter sur la problématique de l’amélioration de l’aspect Boursouflé caractéristique de la peau d’orange ». (Pour rappel, la cellulite n’est pas tant une question de quantité de graisses que de présence ou non des éléments structurels – collagène et élastine – permettant de la maintenir à sa place sous la peau.)

La lymphe : kesaco ?

La lymphe est un liquide jaunâtre, formé de plasma et de globules blancs, circulant dans les vaisseaux lymphatiques qui parcourent tout le corps humain.

 

 

7.     La Mésothérapie

 

Également connue sous le nom  de : Mésothérapie

Technique : la mésothérapie consiste à injecter de faibles doses de médicaments ou d’autres produits dans la peau, à l’aide d’une aiguille longue de 4 à 13 mm ou d’un pistolet injecteur électronique. Une séance de mésothérapie peut comporter plusieurs centaines d’injections (Ministère des Affaires Sociales et de la Santé, 2012).

Image 7 : Si vous n'avez pas peur des gros pistolets, et que vous n'éprouvez du reste aucune crainte à l'idée de vous faire injecter pléthore de substances à l'efficacité douteuse sous la peau, la mésothérapie est faite pour vous. (Source image : www.ma-grande-taille.com)
Image 7 – Si vous n’avez pas peur des gros pistolets – et que vous n’éprouvez du reste aucune crainte à l’idée de vous faire injecter pléthore de substances à l’efficacité douteuse sous la peau –, la mésothérapie est faite pour vous. (Source image : www.ma-grande-taille.com)

Durée et fréquence générale du traitement : selon les instituts, compter entre 3 et 5 sessions pour commencer à voir les premiers résultats apparaître, et entre 10 et 15 sessions pour des résultats optimaux (la durée/fréquence du traitement dépendant derechef de l’individu et de la surface de peau à traiter).

 

 

Ce qu’en dit la science :

D’après le ministère français des Affaires Sociales et de la Santé français, « il n’existe, actuellement, aucune validation scientifique de l’efficacité et l’innocuité de la mésothérapie, […] ce qui doit inciter à la prudence » (2012). En effet,  la plupart des protocoles implémentés dans le cadre de la mésothérapie incluent l’injection de phosphatidylcholine dans les tissus adipeux. Or, il a été démontré que les phosphatidylcholines – une catégorie de phospholipides qui compose la membrane de nos cellules – étaient susceptibles de promouvoir certaines maladies cardiovasculaires en le dépôt de plaque d’athérome dans les artères coronaires (Wang et.al, 2011). 

Durée moyenne des effets :

Données non-disponibles.

Efficacité :

D- comme dans « en raison des Dangers potentiels qu’elle peut représenter pour votre santé, ce qui s’ajoute à son efficacité non D-émontrée, cette technique semble Dédiée aux adeptes des Disciplines exotiques Dispendieuses (compter de 30 € à 75 € la séance). »

 

 

8.     La Chirurgie Plastique

 

Également connu sous le nom  de : Liposuccion, lipoaspiration, liposculpture.

Technique : La liposuccion consiste en un remodelage de la silhouette par l’aspiration des amas graisseux profonds. Elle exige d’avoir recours à une anesthésie qui sera soit générale, soit locale, dépendamment de l’importance et de la multiplicité des zones à traiter.  

Image 8 : Preuve supplémentaire que la liposuccion n'a que peu d'effets sur l'aspect de la peau d'orange, cet « Avant-Après » mis en avant sur le site esthétiquechirurgie.fr suite à une liposuccion pratiquée sur l’une de leur patiente. Certes, le résultat en termes de fonte adipeuse est saisissant, mais en ce qui concerne les capitons, vous constaterez qu’ils sont autant présents sur l’Avant que sur l’Après (pour celles et ceux qui auraient tendance à toujours voir le verre « à moitié plein », nous attirons leur attention sur le fait que les jeux de lumière y font pour beaucoup dans l’atténuation de l’aspect capitonné de la peau de la femme sur la photo « Après ». Vous noterez par exemple que la lumière est moins de face et surtout, de bien plus faible intensité que sur la photo « Avant »).  (Source image : www.esthétiquechirurgie.fr)
Image 8 – Preuve supplémentaire que la liposuccion n’a que peu d’effets sur l’aspect de la peau d’orange, cet « Avant-Après » mis en avant sur le site esthétiquechirurgie.fr suite à une liposuccion pratiquée sur l’une de leur patiente. Certes, le résultat en termes de fonte adipeuse est saisissant, mais en ce qui concerne les capitons, vous constaterez qu’ils sont autant présents sur l’Avant que sur l’Après [3]. (Source image : www.esthétiquechirurgie.fr)

Durée et fréquence générale du traitement : compter 1 à 2 consultations au préalable avec le chirurgien plasticien, plus 1 consultation avec un anesthésiste en cas d’anesthésie générale. Prévoir ensuite une hospitalisation pouvant aller de 1 à 3 jours.  

 

 

 

Ce qu’en dit la science :

Le principal problème de la liposuccion consiste à retirer la bonne quantité de graisse à la bonne profondeur sans toucher le muscle. Si cette intervention réduit considérablement la masse graisseuse, les experts s’accordent à dire qu’elle n’a en revanche que peu d’effets sur l’aspect peau d’orange (Moussa, 2013).

Durée moyenne des effets :

Définitifs sur les amas graisseux (si le (la) patient(e) s’engage à adopter un mode de vie sain par la suite). Peu d’effets sur la cellulite.  

Efficacité :

D+comme dans « inutilement Dispendieuse si votre objectif est d’améliorer la texture de votre peau d’orange mais Directement recommandée si votre objectif est de Diminuer les amas graisseux pour ensuite vous attaquer au problème de font (en surface). »

 

 

Traiter oui, mais pourquoi ne pas prévenir plutôt ?

 

En définitive, si l’on en croit la science, il semblerait que les traitements anticellulites les plus efficaces soient ceux basés sur l’utilisation de courants électriques de faibles intensités (électrothérapie et iontophorèseou l’usage des ultrasons (accoustico-thérapie).

Les traitements basé sur les massages – à l’instar du très populaire drainage lymphatique, peuvent également s’avérer efficaces mais qu’en compléments d’une des trois techniques suscitées dans la mesure où leurs effets sur la résorption de la cellulite sont généralement peu durables.

Quant à la mésothérapie à visée esthétique, dont l’efficacité est plus que suspecte, c’est une technique non anodine qui peut représenter des risques d’infections virales ou bactériennes sérieux en raison de son mode opératoire basé sur des injections intradermiques. C’est pourquoi nous l’avons sanctionné d’un “D” dans notre évaluation, au même titre que la liposuccion, dont les risques intrinsèques sont moindres certes, mais dont l’objectif ne consiste pas tant à traiter le phénomène de la peau d’orange per se qu’à réduire l’excédent de graisse chez les personnes souffrant d’une surcharge pondérale.

Ceci étant dit, vous aurez remarqué, fort(e) de votre esprit critique acerbe, qu’un dénominateur commun à l’ensemble des traitements suscités est qu’ils agissent sur le phénomène de cellulite une fois celui-ci installé.

Or, comme chez Bodyssime, nous préférons avant tout prévenir que guérir, nous considérerions cette saga sur la cellulite incomplète si nous ne la concluions pas d’un troisième volet qui lui, soit consacré à sa prévention. Et d’après vous, quels sont les principaux facteurs qui permettent d’en prévenir la disgracieuse apparition à la surface de votre peau ?

Qui a dit les « fessées préventives » ?!

Charmant … mais mauvaise réponse !

Alors ?

Hé oui, c’est bien ça, fidèle lectrice de Bodyssime qui venez de nous susurrer l’évidence de la réponse à l’oreille : la nutrition (supplémentation) et le sport sont deux armes redoutables pour contrer (l’apparente) fatalité de la cellulite !

Dans notre prochain numéro, nous vous expliquerons comment les utiliser intelligemment  afin de minimiser vos chances d’en souffrir un jour, ou d’en diminuer l’incidence si vous en souffrez déjà. Rendez-vous est pris !

 

 

 _________________________________________________________________

[1] « L’iontophorèse » est une technique électro-thérapeutique que nous avons voulu traiter séparément en raison de sa technique particulière qui la situe quelque part entre l’électrothérapie et la mésothérapie.
[2] À noter que le drainage lymphatique constitue une forme de « sous-discipline » de la vacuothérapie. Cela dit, compte tenu de sa popularité auprès des personnes souffrant de cellulite, nous avons préféré lui consacrer une section entière plutôt que de l’aborder sommairement dans la section qui le précède.
[3] Pour celles et ceux qui auraient tendance à voir le verre à moitié plein, nous attirons votre attention sur le fait que l’éclairage entre l’Avant et l’Après présenté ici n’est pas de la même intensité, le photographe ayant délibérément opté pour un éclairage plus fort sur la photo “Après” afin d’effacer en partie l’aspect capitonné de la peau de l’arrière-train de la patiente.

 

____________________________________________________________________

Références

Bayrakci Tunay V, Akbayrak T, Bakar Y, Hayihan H, Ergun N. Effects of mechanical massage, manual lymphatic drainage and connective tissue manipulation techniques on fat mass in women with cellulite. J Eur Acad Dermatol Venereol. Juillet 2009,13;24(2):138-142.

DGS. Mésothérapie. Ministère des affaires sociales et de la santé. Septembre 2012. Web. 21 Septembre 2013.

École de réadaptation. Contre indication de l’infrarouge. Faculté de médecine de l’université de Montréal. 2013. Web. 18 Septembre 2013

Mernagh-Ward D, Cartwright J.  Health and Beauty Therapy: A Practical Approach for NVQ. SPA and Specialized Treatments. Web. 18 Septembre 2013.

Moussa, A. The etiology of cellulite, genetical and behavioural risk factors? Physical and supplemental treatment strategies & their efficacy. SuppVersity,  Juil 2013. Web. 18 Septembre 2013.

Reid, DC. Possible Contraindications and Precautions Associated with Ultrasound Therapy. Proceedings of International Symposium on Therapeutic Ultrasound, Canadian Physiotherapy Association. 1981.

Russe-Wilflingseder K, Russe E, Vester JC, Haller G, Novak P, Krotz A. Placebo controlled, prospectively randomized, double-blinded study for the investigation of the effectiveness and safety of the acoustic wave therapy (AWT®) for cellulite treatment. J Cosmet Laser Ther. 2013 Juin;15(3):155-74.

Shelton, R. Ultherapy may provide long term results. Realself. 2011. Web. 20 Septembre 2013.

Tarr Kent, L. Galvanic cellulite treatement. Livestrong. Août 2013, 16. Web. 20 Septembre 2013.

Wang Z, Klipfell E, Bennett BJ, Koeth R, Levison BS, Dugar B, Feldstein AE, Britt EB, Fu X, Chung YM, Wu Y, Schauer P, Smith JD, Allayee H, Tang WH, DiDonato JA, Lusis AJ, Hazen SL. Gut flora metabolism of phosphatidylcholine promotes cardiovascular disease. Nat. Avril 2011,7 ; 472(7341):57-63.