Selon une étude récente publiée dans le Journal of Strenght and Conditionning Research, la prise  de caféine avant l’entraînement permettrait de réduire l’incidence des courbatures différées chez les personnes qui s’entraînent intensivement.

Après avoir consommé 400 mg de caféine pure en pré-workout (soit l’équivalent de deux à trois tasses moyennes de café), les sujets l’étude d’Hurley et.al. ont été amenés à réaliser 4 séries de curls pour les biceps au pupitre suivies d’une cinquième série où ils devaient réaliser le maximum de répétitions possible (2013). Cet entraînement a été réalisé deux fois : la première,  sans ingestion de caféine avant la séance et la seconde après l’ingestion de 5mg/kg caféine dans l’heure précédant la séance. Pour permettre aux effets durables de la caféine de totalement s’estomper, les scientifiques ont également inséré une période de “sevrage” d’une semaine entre ces deux séances.

Lorsqu’ils ont ensuite comparé les paramètres de performances, de perception de l’effort et de courbatures musculaires différées chez les sujets de l’étude, ils ont constaté que la prise de 5mg/kg de caféine avant la séance avait non seulement considérablement réduit l’incidence de leurs courbatures musculaires mais qu’aussi, elle avait réduit leur perception de la difficulté de l’effort à fournir et qu’elle s’était soldée de surcroît par une amélioration objective de leur performances.

On la savait stimulante, on la saura donc désormais régénérative ! La caféine, que d’aucuns considèrent comme le supplément ergogénique le plus populaire au monde, n’a manifestement pas fini de nous révéler tous ses secrets …

 

____________________________________________________________________

Référence

Hurley CF, Hatfield DL, Riebe DA. The effect of caffeine ingestion on delayed onset muscle soreness. J Strength Cond Res. Nov 2013 ; 27(11):3101-9.