On attribue souvent à son alter égo, le thé vert, une myriade d’effets bénéfiques sur la santé tout en le considérant, lui, comme le parent pauvre de l’équation. Et pourtant, il semblerait que le café possède des effets anti-diabétiques que son asiatique de cousin ne possède pas. Pour preuve, les résultats de cette étude récente conduite par des chercheurs du Centre National de Médecine et de Santé Générale de Tokyo, au Japon (2013).

Après avoir collecté les données de sondages épidémiologiques conduits en 2009 et en 2012 auprès d’employés en bonne santé de l’administration nippone, Pham et.al ont ainsi réussi à établir un lien significatif entre consommation régulière de café et niveaux de HOMA-IR – un instrument utilisé pour quantifier la résistance à l’insuline – bas. Autrement dit, une consommation régulière de café serait associée à un meilleur métabolisme du glucose et à une plus grande sensibilité des récepteurs ß, situés sur le pancréas, à l’insuline. Pour rappel, c’est la résistance de ces récepteurs à l’action de l’insuline qui est à l’origine du diabète.

Chose encore plus surprenante, c’est l’effet radicalement inverse qui a été constaté chez les sujets de l’étude qui avaient pour habitude de boire régulièrement du thé vert (1 à 4 tasses/jour). Au sein de ce groupe,  les niveaux de HOMA-IR relevés ont été plus élevés que la moyenne. Les scientifiques suspectent la qualité du thé vert japonais, dont les concentrations en plomb, un métal toxique, sont de quatre fois supérieures (20 mg/kg) aux limites de l’apport maximal tolérable européen (5 mg/kg), d’être en partie à l’origine de cet effet pro-diabétique du thé vert.

Même si elle ne doit pas en plomber la réputation, cette étude semble en tout cas confirmer la litanie de celles n’ayant réussi à démontrer “aucune association entre la consommation régulière de thé vert et la régulation de la glycémie à jeun” chez les sujets diabétiques.  (Pham et.al, 2013). Elle n’est en aucune façon un appel à stopper net votre consommation de thé vert, ni à augmenter radicalement celle de café, si vous souffrez ou craignez de souffrir un jour de diabète. Il ne s’agit là que de rendre justice à un universel breuvage, “le p’tit noir“, dont la richesse en antioxydants et les effets bénéfiques sur la santé semblent souvent occultés par son populaire et non-moins sain cousin, le so britishfive o’ clock“.

____________________________________________________________________

Références

Wang X, Tian J, Jiang J, Li L, Ying X, Tian H, Nie M. Effects of green tea or green tea extract on insulin sensitivity and glycaemic control in populations at risk of type 2 diabetes mellitus: a systematic review and meta-analysis of randomised controlled trials. J Hum Nutr Diet. 8 nov 2013. doi: 10.1111/jhn.12181. [Epub ahead of print].