Toujours la tête dans le coltard le matin ?

N’attendez plus des heures pour émerger et utilisez la lumière du soleil en guise de réveil ! Selon une étude récemment publiée par la London College University, ce procédé naturel favoriserait en effet les performances cognitives et physiques matinales (Thompson et.al, 2014).

C’est ce que Thompson et ses collègues ont ainsi réussi à démontrer en exposant huit volontaires (4 hommes, 4 femmes, âge médian de 24 ans de +/- 9 ans) à un simulateur d’aube – une lumière artificielle simulant la luminosité du soleil à l’aube – durant la demi-heure précédant leur réveil. Après leur avoir fait subir une batterie de tests physiques (un test de réactivité) et cognitifs (une épreuve de calculs), les scientifiques ont pu établir que les performances physiques et intellectuelles des sujets étaient positivement affectées par leur exposition au simulateur, en atteste leur temps de réaction plus court ( – 4,7%) et l’amélioration significative de leur vitesse de calcul.

À la ‘lumière’ de ces résultats, Thompson et.al concluent que :

« Une exposition à une lumière de 300 lux ou plus durant les 30 dernières minutes du sommeil peut accroitre la vigilance subjective et améliorer les performances cognitives et physiques après le réveil » sans pour autant affecter la quantité, ni l’efficacité du sommeil.

Une bonne nouvelle donc pour tous ces allergiques du réveil et autres rétifs du décrochage d’oreiller dont le passage de la position allongée à … avachie requiert l’administration quotidienne d’une dose substantielle de stimulants (caféine, nicotine, cocaïne et tutti quanti) sous peine de se retrouver condamné à végéter dans un état catatonique durant le restant de la journée.

Quant à ceux que l’amélioration de leurs performances physiques et intellectuelles matinales n’intéresseraient pas plus que çà, sachez que de nombreuses études ont démontré l’efficacité des simulateurs d’aube dans le cadre du traitement de la dépression saisonnière (Avery, 1993 & 2001) ou encore la régulation du cortisol matinal (Thorn, 2004), une hormone stéroïde dont les hauts niveaux à ce moment de la journée ont été corrélés à une moindre adiposité et une moindre circonférence du tour de taille (Champaneri, 2013).

En clair, que vous cherchiez à perdre du gras ou à retrouver la banane, la solution est simple : investissez dans un simulateur d’aube ou mieux encore, dormez les volets ouverts [1] !

 

 

[1] NDA : vous aurez bien évidemment noté qu’il s’agit d’un raccourci délibérément simpliste dans la mesure où corrélation (“le fait que la lumière du soleil soit associée à une plus grande secrétion de cortisol dans la matinée …) n’est pas causalité et vice-versa (… ne signifie pas nécessairement que la lumière du soleil soit la cause de cette élévation et encore moins, que cette dernière favorise votre perte de gras” ).

 

 ____________________________________________________________________

Références

Avery DH, et al. “Dawn simulation treatment of winter depression: a controlled study.” Amer J Psy. 1993 ; 150 : 113-113.

Avery DH, et al. “Dawn simulation and bright light in the treatment of SAD: a controlled study.” Biol Psy. 2001 ; 50.3 : 205-216.

Champaneri S, et al. Diurnal Salivary Cortisol is Associated With Body Mass Index and Waist Circumference: The Multi-Ethnic Study of Atherosclerosis. Obes. Janv 2013; 21(1) : E56-E63.

Thompson A, et al. “Effects of dawn simulation on markers of sleep inertia and post-waking performance in humans.” Eur J App Physio. 2014 : 1-8.

Thorn L, et al. “The effect of dawn simulation on the cortisol response to awakening in healthy participants.” Psychoneuro. 2004 ; 29(7): 925-930.