Apprenez à manger pour jouir d’une meilleure santé émotionnelle !

 

 

++++

 

tumblr_nh02t9bpoh1qe0uj3o1_500

 

Si l’infarctus, le cancer et le diabète sont les maladies “physiques” du siècle, alors

pourquoi ne pas considérer le stress, l’anxiété et la dépression comme les maladies

“psychiques” du siècle ? 

 

 

 

Après tout, ces trois fléaux représentent un fardeau tout aussi pesant en termes de coûts économique et humain pour les sociétés modernes.

 

 

 

Rien qu’en 2014, ce sont ainsi pas moins de 104 millions d’années de vie

humaine de qualité (ou DALYs) qui ont été “sacrifiées” sur l’autel du S.A.D à travers

le monde((Autrement dit, 104 millions d’êtres humains ont perdu une année de vie de pleine santé en 2014 en raison du stress, de l’anxiété et/ou de la dépression.)) !

 

 

gens-deprimes-fardeau-de-la-depression-et-du-sad-stress-anxiete-bodyssime-com

 

Et si l’on ajoute à cela les années d’invalidité qui résultent des dommages infligés par le stress chronique à la santé comme les maux de dos, de tête, l’insomnie et l’hypertension artérielle, c’est quelques centaines de millions d’années de vie “gâchées” en plus que l’on peut ajouter à cette sinistre donnée !

 

 

taux-de-prevalence-du-diagnostic-de-la-depression-majeure-par-pays-bodyssime-com

 

 

Bien entendu, beaucoup de théories et d’hypothèses peuvent être émises pour expliquer pourquoi le monde va si mal dans sa tête : l’environnement, tant professionnel que personnel, dans lequel nous évoluons est devenu ultra-compétitif, chaotique, instable ; nous sommes littéralement “bombardés” d’informations qui alternent les trois-quart du temps entre le futile, le spécieux et le macabre ; nous avons milles et une choses à faire à la fois et croulons sous le poids de responsabilités toujours plus lourdes qui nous éloignent de nos objectifs véritables ; nous ne vivons pas la vie que nous rêvons de mener et choisissons de nous contenter de vivoter en suivant les voies tracées d’avance plutôt qu’en cherchant à tracer, avec de l’avance, notre propre voie …

 

 

 … et surtout : nous mangeons mal !

 

 

 

Avec l’appauvrissement des sols, la consécration de l’ère de la malbouffe et l’avènement d’une

culture de la satisfaction immédiate, nous avons en effet de plus en plus de mal à correctement

nous nourrir … ce qui peut sembler paradoxal étant donné la profusion de nourriture — et pire

encore, le gaspillage alimentaire (!!!) — des sociétés dans lesquelles nous vivons.

 

 

Image à la une — FB — Comment mieux manger vous amène-t-il à moins manger

 

Selon un rapport de l’OMS, les déficiences nutritionnelles auraient ainsi coûtées près de 82 millions d’années de qualité de vie humaine au monde en 2014 : autrement dit, le fait de mal se nourrir aurait fait perdre une année de vie de pleine santé à près de 82 millions d’individus dans le monde en 2014 !

 

[tweetthis display_mode=”box” remove_url=”true”]Selon l’OMS, le fait de mal se nourrir aurait fait perdre une année de vie de pleine santé à près de 82 millions d’individus dans le monde en 2014 ![/tweetthis]

 

 

Et je crois pour ma part que ce chiffre est largement sous-estimé.

 

 

Je crois en effet que la malnutrition — qui, contrairement à la dénutrition, touche également les pays riches … et dans de très larges proportions qui plus est — affecte la qualité de vie de bien plus d’individus sur Terre, et ce, tant sur le plan physique que mental.

 

en-europe-la-malnutrition-affecterait-33-millions-dindividus-bodyssime-com

 

 

Un rapport de l’UNICEF publié plus tôt cette année indique à cet effet que près de 2

milliards d’êtres humains ont souffert de malnutrition dans le monde en 2016, malnutrition qui

représente LA cause principale des maladies physiques et psychiques évoquées plus haut, selon ce

même rapport.

 

 

 

En bref — et pour dire les choses simplement : beaucoup trop de gens gaspillent beaucoup trop de leur temps de vie, chaque année, à être déprimé(e), angoissé(e) ou physiquement malade à cause du stress et des (très) mauvaises habitudes alimentaires qui, bien souvent, font le lit de ces maladies, voire parfois, les provoquent carrément !

 

 

a16e04b7d3850796cf129afc25f34a98

 

 

Comme évoqué icimieux manger représente, de fait, l’un des meilleurs moyens d’élever naturellement votre “seuil de tolérance et de résistance” au stress, à l’anxiété et à la dépression, donc de renforcer votre santé émotionnelle, donc finalement, d’améliorer votre qualité de vie !

 

[tweetthis display_mode=”box” remove_url=”true”]Mieux manger représente l’un des meilleurs moyens de booster votre santé émotionnelle ![/tweetthis]

 

 

image-a-la-une-bds-mieux-manger-peut-il-vous-rendre-heureux

Pour comprendre les effets profonds de ce que vous mangez sur votre santé émotionnelle, cliquez sur l’image ci-dessus !

 

Car après tout, si une bonne santé physique est gageure d’une meilleure qualité de vie, pourquoi en serait-il autrement d’une meilleure “santé émotionnelle” ?  Ne vous prédispose-t-elle pas, elle aussi, à une vie plus heureuse et plus épanouie ?

 

Si vous êtes d’accord avec ce raisonnement de pur bon sens, reste alors à savoir comment manger pour être, devenir et rester en “meilleure forme émotionnellement”.

 

existe-t-il-une-nutrition-du-bonheur-bodyssime-com

 

 

Et la réponse est oui, elle existe … au même titre qu’il en existe une “de la déprime” !

 

 

L’infographie qui suit vous en illustre les principaux fondements :

 

infographie-la-nutrition-du-bonheur-ou-comment-manger-pour-renforcer-votre-sante-emotionnelle-bodyssime

 

 

 

_____________________________________________________________________________________________________________

Andrews PW, Bharwani A, Lee KR, Fox M et Thomson JA. Is serotonin an upper or a downer ? The evolution of the serotonergic system and its role in depression and the antidepressant response. Neuroscience & Biobehavioral Reviews, 2015 ; 51: 164.

Audet, M-C., Anisman, H. Interplay between pro-inflammatory cytokines and growth factors in depressive illnesses. Front Cell Neurosci. 2013 ; 7: 68.

Berk, et al. So depression is an inflammatory disease, but where does the inflammation come from ? BMC Medicine. 2013 (11) : 200.

Bornstein, J. Serotonin in the gut: what does it do ? Front Neurosci. 2012 ; 6: 16.

Brigitta, B. Pathophysiology of depression and mechanisms of treatment. Dialogues Clin Neurosci. Mar 2002 ; 4(1) : 7-20.

Canlli, T. Reconceptualizing major depressive disorder as an infectious disease. Biology of Mood & Anxiety Disorders. 2014; 4(1)

Carabotti M,et.al. The gut-brain axis: interactions between enteric microbiota, central and enteric nervous systems. Ann Gastroenterol. Avr-Juin 2015 ; 28(2) : 203–209.

Dantzer, R., et al. Review: From inflammation to sickness and depression : when the immune system subjugates the brain. Nat Rev Neurosc. 2008 ; 9, 46-56.

Eby GA, Eby KL. Rapid recovery from major depression using magnesium treatment. Med Hypotheses. 2006 ; 67(2) : 362-70. Epub 20 Mar 2006.; 

European Food Information Council. Mesurer le fardeau des maladies – le concept de QALY et celui de DALY. Retrouvé le 02 Octobre 2016 sur < http://www.eufic.org/article/fr/artid/Mesurer-fardeau-maladies-concept-QALY-DALY/ >

Evrensel A, Ceylan ME. The gut-brain axis : the missing link in depression. Clin Psychopharmacol Neurosci. Déc 2015 ; 13(3) : 239–244. Epub 31 Déc 2015.

Felger, J.C., Lotrich, F.E. Inflammatory cytokines in depression: neurobiological mechanisms and therapeutic implications. Neurosc. 2013 ; 246:199-229.

Friedrich, M. J. Research on psychiatric disorders targets inflammation. JAMA. 2014 ; 312(5).

Fromm L, Heath DL, Vink R, Nimmo AJ. Magnesium attenuates post-traumatic depression/anxiety following diffuse traumatic brain injury in rats.

Gloth FM, Alam W, Hollis B. Vitamin D vs broad spectrum phototherapy in the treatment of seasonal affective disorder. J Nutr Health Aging. 1999 ; 3(1) : 5-7.

Guowei, L., et al. Efficacy of vitamin D supplementation in depression in adults: a systematic review protocol. Syst Rev. 2013 ; 2: 64.

Ilardi, S. S. The depression cure : The 6-step program to beat depression without drugs. Da Capo Press. 2009.

Jacka FN, Overland S, Stewart R, Tell GS, Bjelland I, Mykletun A. Association between magnesium intake and depression and anxiety in community-dwelling adults: the Hordaland Health Study. Aust N Z J Psychiatry. Jan 2009 ; 43(1) : 45-52.

Kaplan, B.J., et al. The emerging field of nutritional mental health: inflammation, the microbiome, oxidative Stress, and mitochondrial Function. APS. 2015. 1-17.

Kaplan, G. Total recovery: How we get sick, why we stay sick, how we can recover. Rodale Inc. 2014.

Notre temps. Le magnésium, contre la spasmophilie. Retrouvé le 6 septembre 2016 sur < http://www.notretemps.com/sante/arthrose/magnesium-troubles-nerveux,i8544 >

Pasco, JA, et al. Dietary selenium and major depression: a nested case-control study. Complement Ther Med. 2012. 20(3) :119-23.

Puntis JWL. Malnutrition in developed countries. Ann Nestlé. 2009 ; 67 : 65–72. 

Riedel WJ, Klaassen T, Schmitt JA. Tryptophan, mood, and cognitive function. Brain Behav Immun. 2002 Oct ; 16(5) : 581-9.

Ruusunen, A. Diet and depression – an epidemiological study. University of Eastern Finland. 2013.

Sartori SB, Whittle N, Hetzenauer A, et Singewald N. Magnesium deficiency induces anxiety and HPA axis dysregulation: Modulation by therapeutic drug treatment. Neuropharmacology. Jan 2012 ; 62(1) : 304–312.

Setiawan, E., et al. Role of translocator protein density, a marker of neuroinflammation, in the brain during major depressive episodes. JAMA Psychiatry. 2015;72(3):268-275.

Slyepchenko A, Carvalho AF, Cha DS, Kasper S, McIntyre RS. Gut emotions – mechanisms of action of probiotics as novel therapeutic targets for depression and anxiety disorders. CNS Neurol Disord Drug Targets. 2014 ; 13(10) : 1770-86.

Picard, M., et al. Mitochondria impact brain function and cognition. PNAS 2013; 111: 7-8.

Schnabel, J. Blog post: The Brain Inflamed. 2014, Sept. The Dana Foundation.

Toker L, Amar S, Bersudsky Y, Benjamin J, Klein E. The biology of tryptophan depletion and mood disorders. Isr J Psychiatry Relat Sci. 2010 ; 47(1) : 46-55.

Unicef. Global nutrition report : From promise to impact  — ending malnutrition by 2030. Retrouvé le 01 Septembre 2016 sur < http://data.unicef.org/wp-content/uploads/2016/06/130565-1.pdf

University of Cambridge. Research summary: Mind and body: Scientists identify immune system link to mental illness. University of Cambridge Research News. 2014, August.

University of Otago. New study shows strong link between low selenium levels and depression. University of Otago : News at Otago (Online). http://www.otago.ac.nz/news/news/otago082203.html.

Vulgaris. Alcool. Effets sur le système nerveux central. Retrouvé le 07 Septembre 2016 sur < http://www.vulgaris-medical.com/encyclopedie-medicale/alcool-effets-sur-le-systeme-nerveux-central >

World Health Organization. Global Health Estimates 2014, summary tables. Genève, Suisse. DALY by cause, age and sex ; 2000-2012. Retrouvé le 01 Octobre 2016 sur < http://www.who.int/healthinfo/global_burden_disease/en/ >

 

 

5 réponses

Les commentaires sont fermés.