, ,

Les 7 mensonges que les magazines de fitness adorent vous vendre !




Les 7 plus gros mensonges “vendus” par les magasines de fitness !

 

 

++++

 

Pendant des années, je les ai acheté, lu, et relu.

 

Pendant des années, je les ai feuilleté avec une curiosité avide, à la recherche d’informations, d’astuces et de techniques qui me permettraient d’optimiser ma condition physique à travers une nutrition et un programme d’entraînement adaptés.

Pendant des années, j’ai naïvement cru que leur but premier était de m’éduquer, moi, lecteur, conforté en cette idée par les références récurrentes que leurs articles font à la science et à l’opinion (a priori) avisée d’experts de l’industrie du fitness.

Pendant des années, j’y ai cru …

 

… jusqu’au jour où, zieutant la pile astronomique de suppléments dans laquelle je venais une fois de plus d’investir, j’ai enfin pris conscience d’une chose :

 

 

Le but premier des magasines de fitness — et de la presse en général — est certainement moins de nous éduquer que de nous divertir ; l’éducation étant un marché qui rapporte peu ou prou comparé au marché de “l’infotainement” qui, lui, est ultra-rentable !

 

 

[tweetthis display_mode=”box” remove_url=”true”]Le but #1 des magasines de fitness — et de la presse en général — est certainement moins de nous éduquer que de nous divertir ; l’éducation étant un marché qui rapporte peu ou prou comparé au marché de “l’infotainement” qui, lui, est ultra-rentable ![/tweetthis]

 

 

Marché de l'infotainment -Tendance haussière - BODYSSIME.COM

 

J’ai alors immédiatement cessé de les acheter — tous ces Muscle & Fitness, Men’s Health, Flex, etc, … 

À la poubelle ! Fini ! Bye-bye !

 

Cette décision m’a alors été quadruplement bénéfique car … :

 

1. … d’un, cela m’a d’abord permis d’économiser beaucoup de temps et d’argent ; ressources que j’ai ensuite pu investir, à bon escient — notamment dans de la recherche scientifique de qualité ;

 

2. … de deux, par effet de ricochet, cette décision m’a également motivé à créer le site web sur lequel vous êtes présentement en train de naviguer et dont le but est — j’espère que vous l’aurez remarqué — moins mercantile qu’éducatif ;

 

Photos dos, bras, Alex, coaching — BODYSSIME.COM3. … de trois, sur le plan physique, le résultat de ma décision m’a également été bénéfique : en effet, alors que je croyais avoir atteint mon potentiel musculaire naturel maximal, j’ai continué à prendre du muscle, notamment au niveau du dos et des bras, le tout en maintenant un pourcentage de masse grasse très bas durant l’année (< 9%)

Mes performances ont également connu une amélioration substantielle, en témoigne, entre autre, le franchissement du cap des 15 réps ou plus à 100 kilos au développé couché, et ce, malgré un emploi du temps de plus en plus chargé laissant de moins en moins de place à la récup’ ;

 

 

Image à la Une_BDS_Mieux récupérer pour progresser - les 12 clés d'une récupération réussie                                                                                    Image à la Une_BDS_Mieux récupérer pour progresser - les 12 clés d'une récupération réussie

Pour en savoir plus sur l’importance de la récupération dans le cadre de la performance sportive, veuillez cliquer sur les images ci-dessus

 

4. … de quatre, cela m’a aussi et surtout “délivré” du stress de ne jamais “en faire assez” : jamais manger assez de protéines, jamais consommer assez de suppléments (ou ceux qu’il faut), jamais en faire assez à table ou à la salle, “jamais”, “jamais”, “JAMAIS” (!) … Cela m’a également “libéré” de la comparaison avec des “modèles” qui n’en sont pas, “contraints” qu’ils sont de vous cacher le “vrai secret” derrière leur physique surnaturel — au sens propre.

 

… enfin bref, inutile de continuer à vous vendre la mèche.

 

 

Voici, sans plus tarder, les sept plus gros mensonges que les magasines de fitness adorent vous vendre et qui vous empêchent d’avancer dans la bonne direction !

 

 

 

 

Mensonge #7 : Les glucides sont le macronutriment du diable en personne !

(… mais les protéines sont géniales : mangez les toutes !)

 

 

Sans vouloir jouer les démago, les glucides sont, à l’image des musulmans, eux aussi victimes d’une diabolisation outrancière depuis une quinzaine d’années.

En effet, si l’on en croit les articles des magasines de fitness, les glucides seraient … :

 

Attention aux glucides ! - BODYSSIME.COM

1. …un macronutriment inessentiel, donc tout à fait dispensable — la preuve : l’efficacité des diètes cétogéniques qui recommandent de faire totalement l’impasse dessus ;

2. … des agents inflammatoires à la solde des maladies vasculaires et neuro-dégénératives ;

3. … des agents doubles au service du C.I.O — pour Comité d’Instigation de l’Obésité((Autrement dit, il seraient, à eux seuls, responsables de la pandémie de diabésité (diabète+ obésité) qui sévit dans le monde à l’heure actuelle.)) ;

4. … le macronutriment de Lucifer en personne !

 

Bien entendu, à l’instar des poncifs qui concernent la communauté musulmane (et toute autre communauté soit dit en passant), ces allégations ne vont pas plus loin que le bout du nez de leurs auteurs !

 

Car tout d’abord, elles ne font pas la différence — MAJEURE — entre les bons glucides et les mauvais glucides.

 

 

Bon glucide, mauvais glucide — Ectomorphes, règles nutritionnelles — Bodyssime.com

 

De plus, elles occultent totalement les trois GRANDS rôles des glucides, qui sont :

 

a. de fournir de l’énergie hautement disponible à vos muscles et à votre cerveau ;

b. de vous pourvoir des fibres essentielles, garantes d’un bon transit intestinal et d’une bonne santé digestive ;

c. de vous procurer de précieux micronutriments (vitamines, minéraux et oligoéléments), tous indispensables au bon fonctionnement de votre organisme.

 

Concrètement, ne pas manger suffisamment de glucides peut se traduire, à terme, par :

 

• Une difficulté, voire incapacité totale, à prendre du muscle

Tous les glucides ne font pas grossir. La preuve ci-dessus (cliquez sur l'image). 

Les glucides font-ils vraiment grossir ? Pour le savoir, cliquez sur cette image !

• Une difficulté à perdre de la graisse passé un seuil

• Une réduction significative de votre libido

• Des carences micro-nutritionnelles

• Une altération de vos performances

• Une diminution de votre immunité

• Une altération de votre sommeil et de votre bien-être

• etc.

 

Comme vous pouvez le constater, la liste est longue. Et elle l’est d’autant plus en comparaison du tableau encenseur que les auteurs de ces articles dressent des protéines !

 

 

Car si les glucides sont le macronutriment du diable en personne ; alors, les protéines seraient — selon ces mêmes “carb haters” — le macronutriment même de la Providence !

 

 

Protéines, molécule _ BODYSSIME.COM

Dans une certaine mesure, ils n’ont pas tout à fait tort : les protéines sont de fait très importantes pour le corps ! De leurs fonctions structurales à leurs fonctions métaboliques, elles participent de la quasi-totalité des processus enzymatiques et réactions chimiques du corps humain.

 

 

C’est pourquoi il est primordial d’en manger suffisamment si vous voulez avoir la forme et être en forme …

 

… mais PAS dans les proportions affolantes mises en avant par les magasines de fitness !

 

 

Dans ceux-ci, vous trouverez des recommandations pouvant s’élever à 4,4 grammes de protéines par kilo de poids corporel par jour (!), ce qui — pour vous donner un ordre d’idée — correspond à environ 330 grammes de protéines par jour pour un individu de 75 kilos, soit environ 14 doses de whey/jour, soit près de 10 gros steaks de poulet/jour (pour un individu de 75 kilos, je rappelle !).

 

 

Ces chiffres sont à l’évidence surfaits, “hypertrophiant” les résultats d’enquêtes scientifiques dans le but de vous pousser à acheter un maximum de poudres protéinées — lesquelles sont certes intéressantes pour vos objectifs, mais pas dans de telles quantités !  

 

 

Image à la Une_BDS_Consommez-vous trop ou pas assez de protéines -

Pour en savoir plus sur les dangers de “l’hyperprotéinomanie”, cliquez sur l’image ci-dessus !

 

 

 

En vérité :

 

Les glucides ne sont pas la pire invention de Mère Nature, et les protides, la meilleure.

 

Tout comme il existe de bons glucides((/musulmans)) et de mauvais glucides((/musulmans)), il existe de bons protides et de mauvais
protides. Apprenez à faire la différence.

 

Choisissez les bons glucides (apprenez comment ici) : adaptez-en la quantité en fonction de vos objectifs du
moment (perte de gras, prise de muscle, etc.). 

 

Quant aux protéines, n’excédez pas 2,4 grammes par kilo de poids corporel par jour, et ce, quels que
soient vos objectifs. 

 

 

 

 

Mensonge #6 : Le cardio est le meilleur moyen de perdre de la graisse  !

 

Personne suant à grosse gouttes sur le tapis de course, cardio et perte de gras — BODYSSIME.COMJe travaille dans une salle de musculation et tous les jours, quand j’arrive, j’assiste, désolé, au même spectacle : des personnes en surpoids, suant à grosses gouttes sur des tapis de courses, des elliptiques ou des stairmasters dans l’espoir de perdre du poids.

 

Et tous les jours, j’en arrive hélas, plus ou moins, au même constat : leur physique n’a pas évolué d’un iota depuis des mois, voire des années. Pire, il semblerait que pour certaines, ce soient l’inverse, ces personnes ayant carrément pris du poids depuis qu’elles ont commencé à faire du cardio !

 

C’est alors que le “preux pédagogue” qui sommeille en moi :-() ne peux s’empêcher d’aller leur expliquer qu’elles n’arriveront à rien de probant de cette façon — que la musculation et le travail à haute intensité constituent les meilleurs moyens de perdre du gras, ce qui est ce qu’elles recherchent au fond.

 

[tweetthis url=”http://bodyssime.com/10-bonnes-astuces-pour-perdre-du-gras-rapidement-premiere-partie/”]La musculation et le travail à haute intensité constituent les meilleurs moyens de perdre du gras. Voici pourquoi : [/tweetthis]

 

Mais après d’apparentes approbations, lorsque je reviens à la salle le lendemain, je constate, dépité, que mes explications n’ont servi à rien : ces mêmes personnes sont toujours sur leur machine de cardio de prédilection, à s’adonner à leur séance quotidienne de sudation forcée ! :-S

 

Je réalise alors tout le poids d’un conditionnement très fort :

 

 

Celui de décennies de MAUVAIS conseils eut égard de la perte de poids centrés sur la réalisation de longues heures de cardio, lesquels conseils ont produit des millions d’individus surentraînés, en surpoids et en mauvaise santé qui sont désormais bien plus focalisés sur le fait de “brûler des calories” que de trouver ou retrouver la forme physiquement !

 

 

Et il ne s’agit pas là que de mon opinion personnelle, mais d’un fait scientifiquement établi !

 

Si vous avez lu mes 10 meilleures astuces pour perdre du gras (retrouvez la première partie ici et la seconde, !), vous saurez que la science confirme que le cardio n’est pas la meilleure moyen d’en perdre !

 

 

 

 

Raison #1 : il est très facile de “compenser” à table pour les calories que vous brûlez sur le tapis de course ou le vélo statique (et le pire, sans faire attention).

 

Il suffit par exemple d’un simple Twix (492 kcals) pour réduire à néant 45 minutes d’efforts vigoureux sur
un vélo stationnaire((NDA. Si vous pesez environ 70 kilos, car n’oubliez pas que vos dépenses énergétiques sont relatives à votre poids.)).

 

 

Raison #2 : lorsque vous faites du cardio, vous dépensez beaucoup de calories durant l’effort, mais très peu après l’effort, au repos. En revanche, lorsque vous faites de la musculation à haute intensité, vous dépensez moins de calories durant l’effort mais beaucoup plus après, au repos.

 

Puisque votre métabolisme tourne en “sur-régime” lorsque vous vous reposez, vous finissez de ce fait par
brûler plus de calories sur la semaine lorsque vous faites de la musculation ou du HIT que lorsque vous
faites du cardio à un rythme modéré.

 

 

Raison #3 : le cardio ne vous aide quasiment pas à développer votre masse musculaire (ou maigre) contrairement à la musculation qui, elle, si.

 

Or, à la différence de votre masse grasse, vos muscles sont très actifs métaboliquement : ceci signifie que
vos muscles consomment des calories((NDA. Comptez, en moyenne, 100 kcals de calories en plus “brûlées” par jour pour chaque kilo de muscle supplémentaire que vous possédez.)) à l’effort comme au repos, contrairement à vos graisses corporelles
qui, elles, n’en consomment (quasiment) pas.

 

Ici, l’équation est simple :

 

Moins vous avez de muscles = plus votre métabolisme est lent = plus il est lent, moins vous brûlez de
calories = et moins vous brûlez de calories, plus vous avez de difficultés à perdre du gras

 

Cela peut sembler contre-intuitif de prime abord mais c’est la vérité.

 

 

Raison #4 : plus vous effectuez un certain type d’activité physique, plus votre organisme s’y adapte en augmentant son “efficience énergétique”.

 

Ceci signifie que plus le temps passe et moins votre organisme consomme d’énergie lorsque vous effectuez
un effort du même type((Du fait de l’entraînement, votre corps est tout simplement devenu plus “efficient” dans la gestion de ses ressources énergétiques.)). Il faut donc progressivement augmenter l’intensité de cet effort pour que les
dépenses énergétiques de votre organisme demeurent élevées. 

 

 

 

Cette adaptabilité de l’organisme à l’effort est d’ailleurs la raison pour laquelle bon nombre de fanas du cardio tombent des nues le jour où ils réalisent que leurs séances à rallonges sur le tapis de course ou le stairmaster ne les aident plus à perdre du poids.

 

Parce qu’ils refusent d’abandonner, bon nombre de ces fanatiques se mettent alors à répondre à ce problème avec la seule solution qu’ils connaissent : plus de cardio.

 

En cherchant à “soigner le mal par le mal”, ils finissent ainsi par creuser d’eux-mêmes — et à leur insu — leur “propre tombe” : celle du surentraînement et de sa kyrielle de conséquences délétères sur le physique, les performances et la santé.

 

 

Graphique_surcompensation-et-surentraînement_Corrigé

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

 

 

 

En vérité :

 

D’un point de vue santé, le cardio est un bon sport et un excellent moyen de travailler votre appareil cardio-
respiratoire. Cela, on ne peut lui retirer.

 

Il s’agit également d’un bon moyen d’augmenter vos dépenses énergétiques et de perdre du poids (= muscle +
gras), mais non d’un moyen efficace de perdre du gras, ce qui est probablement ce que vous recherchez.

 

Image à la Une_Facebook_Perdre du poids et perdre du gras - même combat -

En effet, perdre du poids implique de perdre du gras ET des
muscles ; or, comme nous l’avons vu, perdre des muscles peut finir
par ralentir votre perte de gras !

 

Avec moins de muscles et plus de gras, vous finissez en outre avec
un physique maigrelet mais grassouillet, ce qui n’est peut-être
pas ce que vous recherchez. 

 

Homme COMME femme (CF. mensonge suivant), effectuez donc entre trois et cinq heures de musculation
par semaine (et/ou de travail à haute intensité), couplée à un peu de cardio (2 heures, grand max !), pour
obtenir un physique tonique, musclé, fonctionnel … et avoir la forme quoi !

 

 

[tweetthis url=”http://bodyssime.com/10-bonnes-astuces-pour-perdre-du-gras-rapidement-premiere-partie/”]Perdre du poids implique de perdre du gras ET des muscles ; or, perdre des muscles peut finir par ralentir votre perte de gras. Voilà pourquoi : [/tweetthis]

 

 

 

Mensonge #5 : Les femme doivent éviter la musculation pour ne pas “gonfler” !

 

Vrai … si vous êtes sous stéroïdes !

Image à la Une_FB_7 Règles pour Booster TAutrement, Mesdames, vous n’avez ABSOLUMENT AUCUNE chance d’approcher le physique massif et musclé que vous redoutez tant !

En effet, vous devez d’abord savoir qu’en tant que femme, vous ne produisez environ qu’un tiers de la testostérone qu’un homme produit quotidiennement (Note : vous possédez également des concentrations physiologiques en cette hormone de dix à quinze fois inférieures à celle d’Homo Phallus).

Or, pour bâtir du muscle, vous avez besoin de testostérone car cette hormone est l’un des plus puissants anabolisants((= Stimulant de la croissance musculaire)) naturels du corps humain !

 

 

C’est pourquoi, à moins de décider de vous en injecter en intraveineuse ou d’en consommer

oralement((Ou n’importe quel autre substance dopante.)), vous n’encourrez AUCUNEMENT “le risque” de ressembler à ces culturistes

féminines bodybuildées que vous trouvez dans les pages des magasines de muscu’ ! 

 

 

Ces femmes là consomment des produits dopants dans le but d’élever leurs concentrations physiologiques en testostérone (et pas que), raison pour laquelle elles possèdent ce physique androgyne hypermusclé.

 

 

Autrement dit, c’est donc la consommation de produits dopants ET NON le fait qu’elles fassent de la musculation qui est à l’origine de leur physique anormalement bodybuildé !

 

 

Impossible de ressembler à une culturiste bodybuildée sans dopage — Les 7 mensonges des magasines de fitness — BODYSSIME.COM

 

À cause de ça, beaucoup de femmes croient que de faire de la muscu’ va les transformer, d’un coup “d’haltère magique”, en Schwarzeneguette ! 

 

Nombre d’entre elles refusent donc obstinément de s’y mettre, par crainte de “gonfler” d’un seul coup.

 

Mais rassurez-vous : 

 

Cela n'arrivera tout simplement pas, transformation, femmes, schwarzeneguette, sept mensonges - BODYSSIME.COM

 

 

 

Car oui, Mesdames, contrairement à ce que vous pourriez penser, bâtir du muscle

ne se fait pas du jour au lendemain !

 

À titre d’information, vos gains musculaires SANS DOPAGE peuvent s’élever AU

GRAND MAXIMUM à +4,5 kilos de muscle au cours de votre meilleure année d’entraînement,

soit seulement 375 grammes de muscles en plus maximum par mois !

 

 

Étant donné que vous possédez un muscle squelettique inférieur en taille à celui de l’homme et que vous sécrétez moins de testostérone que ce dernier, votre potentiel de masse musculaire est, en effet, un peu plus “limité” que le nôtre. 

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la majorité des culturistes femmes se voient “dans l’obligation” de recourir au dopage, afin de dépasser ces “barrières” physiologiques naturelles et obtenir ainsi ce “physique d’homme” qu’elles ne pourraient jamais obtenir sans dopage !

 

 

En clair : vous ne pourrez jamais obtenir un physique bodybuildé si vous ne

vous dopez pas contrairement à un homme qui, lui, pourra s’en approcher sans

dopage grâce, entre autre, à ses sécrétions naturelles plus élevées en testostérone !

 

 

amanda-bingson-700

 

Quant au look massif et trapu que vous pourriez redouter, vous ne l’obtiendrez qu’à partir du moment où vous êtes musclée ET que votre pourcentage de masse grasse est élevé (>23-24%).

Car s’il est bas et que vous êtes musclée, vous paraîtrez au contraire svelte et élancée !

Ce changement d’apparence tient au fait que la graisse s’accumule sur et dans vos muscles et que plus vous ajoutez des deux à votre physique, plus vous paraissez “baraquée”. 

 

 

 

En vérité :

 

La clé pour ne pas paraître “baraquée”, Mesdames, n’est donc pas de vous interdire de prendre du muscle mais bel et bien de perdre de la graisse.

[tweetthis display_mode=”button_link” remove_url=”true”]La clé pour ne pas paraître baraquée, Mesdames, n est donc pas de vous interdire de prendre du muscle mais bel et bien de perdre de la graisse.[/tweetthis]

Plus vous avez de muscles et plus vous devez en effet faire attention à posséder un pourcentage de masse grasse
bas — entre les 17 et 20 % — afin de ne pas paraître “massive”.  

 

Mais plus vous avez de muscles aussi et plus votre physique devient ferme et tonique ! 

 

Aussitôt que votre pourcentage de masse grasse s’affaisse (< 20%), vos muscles peuvent enfin apparaître au grand
jour. Au lieu d’avoir un physique maigrelet mais “flasque”, vous possédez un physique svelte et tonique : vos
fesses adoptent une forme rebondie, vos jambes décrivent de magnifiques courbes tandis que vos bras
paraissent d’emblée mieux définis.

 

Image à la une_BDS_Les 10 commandements pour vous tailler de belles fesses

Cliquez ci-dessus pour avoir accès au programme d’entraînement ultime pour les fesses !

 

Or, le meilleur moyen d’avoir des muscles est de faire de la musculation, en particulier avec des charges
lourdes.

 

 

La preuve avec cette vidéo mettant en avant l’entraînement de femmes qui possèdent parmi la plus belle plastique

au monde : les modèles bikinis ⇓. 

 

 

 

 

Mensonge #4 : Il est possible d’obtenir le physique de l’acteur X ou du modèle de fitness Y en s’inspirant de son (soi-disant) programme d’entraînement et/ou de sa diète.

 

Chris Hemsworth pour Thor, Brad Pitt pour Troie, Gerard Butler pour 300, Hugh Jackman pour X-Men, The Rock pour Fast and Furious, Henry Cavill pour Man of Steel …

 

Acteurs Hollywood, blockbusters, couverture magasines de fitness — BODYSSIME.COM

 

 

À chaque sortie d’un nouveau blockbuster mettant en scène un acteur à la plastique de super-

héros, vous pouvez être certain(e) que vous trouverez des dossiers spéciaux dans les magasines de

fitness consacrés à la présentation du programme d’entraînement et/ou de la diète qu’il ou elle a soi-

disant suivi(e) pour camper son rôle.

 

 

Fadaises !

 

 

Si vous lisez qu’un type a réussit à prendre 12 kilos de muscles en 4 mois, la première chose que devriez suspecter, c’est la prise de stéroïdes !

 

 

Et non : il ne s’agit pas de l’opinion “haineuse” d’un sombre auteur en mal de reconnaissance mais d’un argument démontrable scientifiquement.

 

 

La recherche scientifique démontre en effet que sans dopage, il est impossible de prendre plus de 12 kilos de muscles en un an !

 

 

 

[tweetthis url=”http://bodyssime.com/a-quelle-vitesse-vos-muscles-peuvent-ils-grossir-naturellement-2/”]La recherche scientifique démontre en effet que sans dopage, il est impossible de prendre plus de 12 kilos de muscles en un an ![/tweetthis]

 

 

Toutes conditions optimales, entraînement, nutrition, supplémentation, coaching, âge — BODYSSIME.COM

Et encore faut-il pour cela qu’il s’agisse de votre première année d’entraînement (la meilleure en termes de gains musculaires), que vous soyez jeune, doué génétiquement et que vous suiviez religieusement un programme d’entraînement et un plan alimentaire parfaitement adaptés !

Car passé le cap de votre première année d’entraînement, pensez à revoir vos prévisions à la baisse, en les divisant par deux minimum (vous pouvez compter prendre +5-6 kilos de muscles MAX au cours de votre deuxième année d’entraînement). Puis encore par deux au cours de votre troisième année d’entraînement (+2,5-3 kilos MAX cette année). Puis encore par deux au cours de votre quatrième année d’entraînement (+1-2 kilo MAX cette année), et ainsi de suite …

Non, non, vous ne vous cauchemardez pas Messieurs : prendre des muscles SANS se doper prend AUTANT de temps !

 

 

Sans dopage, il faut en effet compter 4 ans d’entraînement intense minimum pour gagner les 12 à 15 kilos de masse musculaire que les coachs de ces acteurs se targuent d’avoir été capables de faire gagner à leur poulain, “naturellement”, en six à huit mois (!).

 

 

Image à la Une — BDS — Á quelle vitesse (2)

Cliquez sur l’image ci-dessus pour en savoir plus sur la vitesse à laquelle vos muscles peuvent grossir sans dopage 

 

 

 

Maintenant, si l’on ajoute un peu de science et beaucoup de stéroïdes à l’équation, voici ce que les prévisions que je viens de vous présenter donnent :

 

Dopage, effets stéroïdes anabolisants sur prise de masse, science — BODYSSIME.COM• Dans le cadre de cette étude, l’administration d’un stéroïde anabolisant durant 10 semaines s’est traduite par des gains musculaires QUATRE fois supérieurs chez ceux qui se sont entraînés ET dopés((Les sujets de ce groupe ont, en moyenne, pris 6,1 kilos de masse musculaire au cours des dix semaines de l’intervention.)) en comparaison à ceux qui se sont entraînés SANS se doper((Les sujets de ce groupe ont, en moyenne, pris 1,9 kilos de masse musculaire, au cours des dix semaines de l’intervention.)). Note : dans le cadre de cette même étude, ceux qui se sont dopés sans s’entraîner (+3,2 kilos de masse musculaire, en moyenne) ont connu des gains musculaires deux fois supérieurs à ceux qui se sont entraînés sans se doper (+1,9 kilos de m.m).

 

• Dans le cadre de cette revue exhaustive de la littérature scientifique, des bodybuilders expérimentés ayant utilisé des stéroïdes anabolisants ont réussi à prendre entre 2 et 5 kilos de masse musculaire en moins de dix semaines d’entraînement. Les plus gros gains enregistrés dans le cadre de cette étude ont été de 7 kilos de masse musculaire gagnée par un des sujets dopés sur une période de seulement six semaines.

 

• Enfin, dans le cadre de cette étude de cas, des scientifiques ont suivi un bodybuilder d’élite durant l’année précédant une compétition. À l’exception de quatre semaines, ce bodybuilder s’est dopé durant toute la durée de l’intervention. À la fin de l’année, ces gains musculaires se sont élevés à 7 kilos environ, ce qui représente trois fois la quantité de muscles qu’il aurait été capable de gagner naturellement.

 

Ces gains outrageusement importants n’auraient jamais pu être réalisés sans dopage.

 

 

Maintenant que vous avez une idée du potentiel anabolisant des stéroïdes, revenons-en à nos acteurs et aux raisons pour lesquelles les suspicions de dopage sont légitimes en ce qui les concernent (au même titre que celles qui concernent les modèles de fitness) :

 

Raison #1 : la radicalité de leur transformation physique 

 

IhUgCe5Dans les magasines de fitness, il n’est pas rare de voir des coachs d’acteurs prétendre que leur poulain a réussi à prendre 12 kilos de muscles en six mois à peine grâce à un programme d’entraînement ultra-intensif et un plan alimentaire ultra-rigoureux.

Or, vu que ces acteurs penchent beaucoup plus souvent vers la trentaine, voire quarantaine, que la vingtaine((Votre âge influe sur la vitesse à laquelle vous allez pouvoir prendre du muscle.)) et qu’il est en outre impossible de prendre plus de 8 kilos de muscles purs en six mois (et encore : je suis ultra-optimiste !), soit ces coachs camouflent le “vrai secret” de la prise de masse de leur client (i.e. prise de stéroïdes), soit ils commettent une erreur de langage : leur client a pris 12 kilos de masse (= donc de muscle ET de graisse — ce qui est possible, surtout pour la graisse) en six mois et non 12 kilos de muscles seuls !

 

Raison #2 : la pression de la réussite

 

Argent, films, dicaprio, gloire, réussite, célébrités — BODYSSIME.COMMettez-vous un peu à la place d’un acteur ou d’un modèle de fitness : des milliers (voire millions) de dollars sont en jeu et l’on vous propose une opportunité qui pourrait propulser votre carrière avec à la clé,  la possibilité de gagner des titres et des récompenses.

On est en outre prêts à vous donner accès à l’un des tous meilleurs entraîneurs personnels du pays, ainsi qu’à un docteur spécialisé en sport, afin de vous superviser dans votre programme. Car le seul impératif du job pour lequel vous venez d’être choisi(e), c’est afficher, dans les six mois, un physique irréprochable dont vous êtes aujourd’hui encore très loin.

Réussiriez-vous à résister longtemps à la tentation du dopage ?

 

 

Cet argument ne prouve rien certes, mais il permet en tout cas de mieux cerner les réalités auxquels les acteurs et modèles de fitness se trouvent confrontés.

 

 

En vérité :

 

ATTENTION : il ne s’agit pas de vous dire ici que TOUS les acteurs ou que TOUS les modèles de fitness se
dopent((NDA. De fait, dans la liste d’acteurs que je vous ai proposé ci-dessus, il n’y en que un dont je suis sûr qu’il se dope et un autre pour lequel j’ai de fortes suspicions. Sinon, tous les autres me semblent “clean”.)). Ce serait tellement facile (et arrangeant pour certains) ! 

 

Il ne s’agit pas non plus de condamner ceux qui le font car chacun a le droit de faire ce qu’il veut avec son
corps.

 

Demandez-vous en outre si à leur place, vous n’en feriez pas de même. :-/ 

 

Non, là où ça me dérange, c’est lorsque la transformation physique de ces acteurs ou “modèles” de fitness
sert à vendre des programmes d’entraînement, des régimes ou des suppléments qui ne marchent pas car la
raison #1 derrière leurs transformations physiques remarquables, c’est bel et bien la prise de produits dopants
et non l’efficacité du programme X ou de la diète Y !

 

Retenez donc ceci la prochaine fois où vous lirez qu’Untel s’est entraîné sept jours sur sept, pendant deux heures
par jour pour son rôle dans “Super Hada — Le Retour”, et qu’il a, en sus, effectué plus d’une dizaine d’heures
d’entraînement par semaine pour sa condition physique … le tout en mangeant plusieurs milliers de calories par
jour … et qu’il en est sorti, en à peine trois mois, avec un physique non seulement plus massif, mais également
plus sec et plus musclé … sachez simplement ce à quoi vous avez affaire !

 

 

 

 

Mensonge #3 :  Le supplément  XYZ est “révolutionnaire” !

 

Permettez-moi d’être clair d’entrée de jeu :

 

 

Il n’existe absolument aucun supplément qui permette, à lui seul, de transformer radicalement le physique ou la santé. 

 

Aucun !

[tweetthis display_mode=”button_link” remove_url=”true”]Il n’existe absolument aucun supplément qui permette, à lui seul, de transformer radicalement le physique ou la santé. Aucun ![/tweetthis]

 

Pour atteindre n’importe lequel de vos objectifs — qu’il s’agisse d’une meilleure santé, de meilleures performances, ou d’une meilleure composition corporelle —, le meilleur “supplément” au monde réside avant tout dans ce que vous mettez dans votre assiette (i.e. votre alimentation) et ce que vous faites à la salle (i.e. votre programme d’entraînement). Ni plus, ni moins.

 

Meilleure santé, meilleures performances, meilleure composition corporelle, nutrition, sport — BODYSSIME.COM

 

 

De fait, la supplémentation demeure un facteur secondaire par rapport à l’alimentation et la pratique d’une activité physique régulière, en particulier si ces dernières sont intelligemment pensées((NDA. J’ai tendance à dire que la supplémentation compte pour environ 10% de la rapidité avec laquelle vous allez atteindre vos objectifs, et ce, loin derrière l’entraînement (30%) et très loin derrière une bonne hygiène alimentaire et de vie (60%).)).

 

 

Supplement-Image

 

 

Cela ne veut évidemment pas dire que les suppléments ne servent à rien.

 

La bonne combinaison des bons suppléments peut et va vous aider à atteindre vos objectifs plus rapidement.

 

 

Cela dit, le problème, c’est que la majorité des suppléments promus par les magasines de fitness ne sont pas les bons suppléments.

 

De fait, 8 fois sur 10, ces produits ne sont que pur marketing !

 

 

Comme je l’euphémise dans l’article présenté ci-dessous (dont vous pouvez trouver la première partie ici), pour la plupart, ce sont de véritables “gag-dgets” qui ne servent à rien … sinon à vous vider les poches !

 

 

Image à la une_BDS_6 gadgets brûle-graisse qui ne servent à rien

Pour apprendre à identifier les compléments qui ne servent à rien, cliquez sur l’image ci-dessus !

 

 

En vérité :

 

Contrairement aux produits dopants, ne vous attendez pas à une transformation physique spectaculaire grâce
à la prise de suppléments (= compléments alimentaires).

 

Au mieux, si vous savez les choisir, ces produits vous aideront-ils à atteindre vos objectifs (un peu) plus
rapidement mais en aucun ne vous permettront-ils de réaliser la transformation physique, les gains de
performances ou de santé radicaux que vous pourriez escompter.

 

Seul le suivi, avec persévérance, d’un plan alimentaire et d’un programme d’entraînement cohérents pourra vous
aider à atteindre vos objectifs. Plus vite vous épouserez cette réalité et plus vite vous progresserez. 

 

 

 

Mensonge #2 : Faire des centaines d’abdominaux est le meilleur moyen d’obtenir un ventre plat (ou une belle tablette de chocolat)

 

100, 101, … pff… 102, 103, 104, … pfff … 105, 106 … pfff …

 

Femmes effectuant des crunchs, abdos — BODYSSIME.COMJe les vois.

Chaque jour, je les vois, toutes ces personnes qui, à la salle, enchaînent des centaines et des centaines de crunchs et de sit-ups dans l’espoir de voir enfin apparaître leur sangle abdominale. Et j’ai mal pour eux.

Mal pour eux non pas en raison de la difficulté de leurs efforts (Remember : “no pain, no gain”) mais mal pour eux en raison de l’inanité de leurs efforts.

 

Car permettez-moi de vous révéler un secret (de polichinelle) :

 

 

Tant que vous avez du ventre, faire 10 000 abdos par jour ne sert à rien !

[tweetthis url=”http://bodyssime.com/les-5-meilleurs-exercices-pour-des-abdos-ciseles/” display_mode=”button_link”]Tant que vous avez du ventre, faire 10 000 abdos par jour ne sert à rien ![/tweetthis]

 

Contrairement à ce que recommande la kyrielle de très mauvais conseils qui fleurissent dans les magasines de fitness et sur le web, avoir une belle tablette de chocolat ne consiste pas seulement à … :

 

1. … travailler vos abdos tous les jours, en variant les exercices … c’est faux !

2. … ne faire que des exercices polyarticulaires tels que le squat ou le deadlift, pour les travailler indirectement … c’est faux aussi !

3. … éviter de manger du sel et boire de l’eau pour éviter la rétention d’eau … faux itou !

4. … éviter de manger des glucides et ne manger que des protéines … faux aussi !

5. … perdre du poids … faux !

6. … investir dans les trois derniers brûles-graisses à la mode … faux aussi !

 

Pour avoir de beaux abdos, le secret est, en fait, assez simple. Il suffit que :

 

a. Vous n’ayez pas de ventre ; en d’autres termes, que vous possédiez un pourcentage de masse gras bas, en particulier au niveau de l’abdomen.

b. Que vous possédiez une ceinture abdominale musclée

 

Pour savoir comment vous tailler des abdos au laser, je vous invite à lire l’article accessible en cliquant sur l’image ci-dessus !

 

 

 

En vérité :

 

Ce qu’il faut retenir de ceci, c’est que pour avoir de beaux abdos, la règle #1 est de posséder un pourcentage
de masse grasse bas. Et le meilleur moyen d’avoir un pourcentage de masse gras est de bien manger, et non
d’investir dans le supplément brûle-graisse XY ou d’acheter le dernier appareil pour les abdos promus, tard le
soir, sur Crook TV

 

Reste à savoir ce qu’avoir un pourcentage de masse grasse bas signifie.

 

En règle générale, on dit que chez l’homme, le 4-pack commence à poindre en deçà de 12% de masse grasse, le 6-
pack à 10% et en dessous, tandis que le 6 pack ciselé avec veines apparentes apparaît à moins de 8% de masse
grasse.

 

Quant aux femmes, les abdos apparaitraient chez elles aux alentours de 20% de masse grasse tandis que le
look ciselé apparaîtrait à 15% de masse grasse et moins. 

 

 

[tweetthis display_mode=”box” remove_url=”true”]Pour avoir de beaux abdos, la règle #1 est de posséder un pourcentage de masse grasse bas. Et le meilleur moyen d’avoir un pourcentage de masse gras est de bien manger. [/tweetthis]

 

Voici un tableau pour vous donner une petite idée de la réalité physique à laquelle chaque pourcentage de masse grasse renvoie :

 

Pourcentage de masse grasse, hommes et femmes — Les 7 mensonges que les magasines de fitness adorent vous vendre — BODYSSIME.COM

 

 

Mensonge #1 : Il est possible de perdre de la graisse et/ou de prendre du muscle en un rien de temps

 

Capture d’écran 2016-08-26 à 12.33.35

 

C’est tout bonnement le mensonge le plus gros, le plus éhonté et le plus néfaste que les magasines de fitness aiment vous vendre : celui selon lequel perdre du gras et/ou prendre du muscle pourrait se faire en un rien de temps (ou les doigts dans le nez((Bonjour la technique ! :-S))).

 

Et le pire, c’est que ça marche !

 

 

Beaucoup de gens continuent de croire aux régimes miracles et aux programmes / suppléments

qui promettent de perdre 8 kilos de graisses en 10 jours ou de prendre 12 kilos de muscles en autant

de semaines ! 

 

 

Loin de moi le désir de leur jeter la première pierre cela dit puisque j’ai moi-même, pendant longtemps, cru à ces balivernes. Car oui, Messieurs-dames, il s’agit de pures balivernes et voici pourquoi :

 

 

 

Raison #1 : ces magasines font exprès de ne pas faire la différence entre perte de gras et perte de poids. 

 

Notez que plus haut, je parle de perte de gras et non de perte de poids (muscle + gras).

Car en réalité, perdre du poids est très facile : il suffit que vous fassiez “la grève de la faim” et je peux vous garantir, expérience à l’appui, que vous réussirez à perdre beaucoup de poids en très peu de temps.

Cela dit, si cette expérience vous tente, gardez en tête que vous risquez de perdre beaucoup plus de muscles que de gras !

 

Poids différent de gras

 

 

Car à l’instar de la prise de masse musculaire, la vitesse à laquelle vous pouvez perdre de la

graisse est, elle aussi, “bridée” naturellement. 

[tweetthis display_mode=”button_link”]À l’instar de la prise de masse musculaire, la vitesse à laquelle vous pouvez perdre de la graisse est, elle aussi, “bridée” naturellement. [/tweetthis]

 

Quantité de masse grasse que vous pouvez perdre en fonction de votre sexe et de votre pourcentage de masse grasse initial —BODYSSIME.COM

 

Perte de gras, processus lent - BODYSSIME.COMSi vous êtes un homme et que vous possédez un pourcentage de masse grasse de 18%, vous pouvez par exemple vous attendre à perdre, au grand maximum, 3,6 kilos de masse grasse au cours de votre meilleur mois de diète et d’entraînement (NDA. D’après mon expérience, ce chiffre est ULTRA-optimiste, la moitié —  1,8 kilos — me paraissant être un objectif bien plus réaliste pour la majorité des gens.). Et ceci en considérant que vous sachiez exactement comment vous y prendre pour ne perdre que de la graisse et pas du muscle (i.e. cyclage des glucides, réduction du volume d’entraînement et maintien de l’intensité, micronutrition ciblant la perte de gras, etc.)

 

 

Raison #2 : ils vous mentent sur la vitesse à laquelle il est possible de prendre du muscle sans dopage

 

Quant à la prise de masse musculaire, c’est, comme je l’ai déjà mentionné, un processus très lent.  

 

 

Il vous faut en effet compter, AU GRAND MINIMUM, six ans d’entraînement régulier et

intelligent pour réussir à maximiser votre potentiel musculaire naturel (NDA. huit à dix ans me

paraissent plus réaliste pour la majorité des personnes) !

[tweetthis url=”http://bodyssime.com/quel-est-votre-potentiel-musculaire-naturel-maximal-3/” display_mode=”box”]Il vous faut en effet compter, AU GRAND MINIMUM, six ans d’entraînement régulier et intelligent pour réussir à maximiser votre potentiel musculaire naturel. [/tweetthis]

 

Pour la petite histoire, il m’a fallu près de 9 ans pour passer des 70 kilos pour 1,82 cm que je faisais à 19-20 ans aux presque 91 kilos que je pèse aujourd’hui (avec un pourcentage de masse grasse < à 10%), et ceci en considérant que je me suis entraîné comme une véritable bête (c’est-à-dire bêtement aussi) au cours de mes cinq-six premières années d’entraînement.

 

 

Le seul moyen de gagner des muscles plus rapidement serait de vous doper,

et cela, c’est un secret que les magasines de fitness se garderont bien de vous

révéler !

 

 

 

Raison #3 : outre le dopage, ces magasines usent de multiples ruses et techniques pour vous faire croire à leurs balivernes

 

Voici, entre autre, l’une des techniques auxquels les magasines de fitness ont recours pour vous faire croire que les transformations physiques spectaculaires en x secondes sont possibles.

 

(Notez que celle-ci a été réalisée en à peine cinq heures.)

 

 

 

En vérité :

 

Tout comme une affaire prospère et rentable ne peut se bâtir en jour, un beau physique, mince et musclé, ne
peut se bâtir du jour au lendemain. C’est un processus qui prend du temps. 

 

Les physiques des modèles et culturistes que vous voyez dans les magasines de fitness sont le produit d’années de
travail, de discipline, de persévérance et souvent, de dopage aussi ; pas de semaines, ni de mois, mais d’années !

 

Quiconque prétend l’inverse — qu’il s’agisse d’un modèle, d’un chroniqueur ou d’un coach de fitness — essaie de
vous “vendre” quelque chose. Sauf tricherie (= dopage), il n’existe aucun raccourci vers le physique que vous
désirez, … ni vers le succès. 

 

 

 

 

Pourquoi est-ce-que les magasines de fitness nous mentent ?

 

manipulacion

Contrairement à ce que le titre de cet article pourrait laisser entendre, les magasines de fitness ne sont pas dirigés par des rédacteurs en chef machiavéliques dont la seule motivation dans la vie serait de duper le lecteur crédule.

Ils sont dirigés par des rédacteurs en chef confrontés à un dilemme majeur, à savoir :

 

 

Problème #1 — La nature du même “business” : vendre de l’information.

 

Pour survivre et prospérer, la mission #1 d’un magasine de fitness (et de la presse en général) est de réussir à se vendre et augmenter la part de ses abonnés.

Or, quel meilleur moyen de le faire qu’en connaissant exactement ce qui intéresse son audience et de l’abreuver de sujets sur ces thématiques — toujours plus neufs, toujours plus flamboyants — afin de la tenir, ainsi, en haleine ?

 

 

La réalité, c’est que les magasines de fitness savent exactement ce qui nous intéresse, nous, lecteurs.

 

 

Ils savent par exemple que dans notre écrasante majorité, nous n’en avons que faire des effets de la caséine sur l’hyperplasie des cellules souches ; en revanche, ils savent aussi que nous serions prêt(e)s à nous saigner aux quatre veines pour savoir comment obtenir de gros bras, de beaux pecs,  un beau six pack, plus d’argent, de sexe, de confiance en nous, d’intelligence et de santé. C’est donc ce qu’ils nous “donne”.

D’où la répétition de titres aguicheurs sur les couvertures de magasines tels que “Sculptez-vous Un Six Pack en Béton Armé !”, “Perdez du Poids Grâce Au Régime Chaud-Chaud Ananas !”, “Devenez Riche Sans Rien Faire !” et de la litanie d’articles vus, revus et rabâchés qui vont avec.

 

Couvertures des magasines de fitness avec titres accrocheurs - BODYSSIME.COM

 

 

Mais la vérité, chers amis, c’est qu’il ne faut pas 1500 articles pour savoir comment se tailler des abdos en béton, perdre du poids ou devenir riche.

 

Une vingtaine de bons articles, grand max, et saffi : le sujet est épuisé ! 

 

 

Or, vous vous imaginez bien que de reproduire, semaine après semaine, les mêmes articles au mot près, serait une stratégie commerciale catastrophique pour un rédacteur en chef dont l’objectif #1 est — je vous le rappelle — d’attirer un maximum de nouveaux lecteurs et si possible, les convertir en abonnés !

C’est pourquoi ces derniers se voient “dans l’obligation” de sans cesse innover — quitte à inventer des choses de toutes pièces — et de recycler les mêmes sujets dans le but de vous faire croire qu’il y en a toujours plus à savoir alors que la réalité est loin d’être aussi compliquée :

 

 

Obtenir le physique de vos rêves ne demande en effet “que” deux choses essentiellement :

 

1. une connaissance affinée des principes fondamentaux de l’alimentation et de l’entraînement ; et

 

2. … leur mise en application régulière, sur la durée. C’est tout. 

 

 

[tweetthis display_mode=”box”]Obtenir le physique de vos rêves ne demande « que » deux choses essentiellement : 1. une connaissance affinée des principes fondamentaux de l’alimentation et de l’entraînement et 2. leur mise en application régulière, sur la durée. [/tweetthis]

 

 

Problème #2 — La nature de leur source de revenue : la pub !

 

Le deuxième dilemme auxquels les rédacteurs en chef de ces magasines sont confrontés concerne la source principale de revenues de leur publication, à savoir : la publicité. 

 

 

De fait, la plupart des magasines de fitness ne sont rien d’autre que des “agences de pub” à la

solde des compagnies de suppléments qui, soit : a. les possèdent directement ; soit : b. les

contrôlent indirectement via leur budget publicitaire. 

 

 

 

Magasines de sport, fitness, musculation possédés par les compagnies de suppléments, compléments alimentaires, publicités — BODYSSIME.COM

 

Si ces magasines veulent survivre, il faut donc qu’ils offrent aux revendeurs de suppléments de bons retours sur investissement sur les pubs pour lesquels ils sont si grassement payés.

Et autant vous dire qu’ils sont très doués en la matière, usant de nombreuses ruses et techniques pour vous persuader de les acheter : sponsoring d’athlètes ou de célébrités au physique apollinien, publireportage (pubs déguisées en articles scientifiques), “méthode douce” (intégration de recommandations de suppléments dans des articles qui proposent des conseils d’entraînement et de nutrition).

 

 

Aussi, la plupart de ce que vous croyez “apprendre” dans les magasines de fitness est-il

beaucoup plus orienté vers la vente de produits et de suppléments que vers l’apprentissage

de techniques et de principes qui pourraient vous aider à atteindre vos objectifs plus rapidement ! 

 

 

Et plus vous achetez et consommez ces suppléments, plus les dividendes que ces magasines perçoivent sont fortes. Ce qui nous ramène donc au dilemme #1 pour eux, à savoir : comment réussir à se vendre et atterrir durablement dans vos mains.

 

Et c’est ainsi que le cercle vicieux perdure.

 

 

 

_____________________________________________________________________________________________________________

 

Mensonge #7 : Les glucides sont le macronutriment du Diable en personne (et les protéines sont géniales, mangez-les toutes !)

 

Afaghi A, O’Connor H, Chow CM. Acute effects of the very low carbohydrate diet on sleep indices. Nutr Neurosci. Août 2008 ; 11(4) : 146-54.

Anderson KE, Rosner W, Khan MS, New MI, Pang SY, Wissel PS, Kappas A. Diet-hormone interactions: protein/carbohydrate ratio alters reciprocally the plasma levels of testosterone and cortisol and their respective binding globulins in man. Life Sci. 4 Mai 1987 ; 40(18) : 1761-8.

Antonio, Jose, et al. The effects of consuming a high protein diet (4.4 g/kg/d) on body composition in resistance-trained individuals. J Inter Soc Spo Nutr. 2014. 11(1) : 19.

Axelsson I. Effects of high protein intakes. Nestle Nutr Workshop Ser Pediatr Program. 2006 ; 58 : 121-9 ; discussion 129-31.

Bilsborough S, Mann N. A review of issues of dietary protein intake in humans. Int J Sport Nutr Exerc Metab. Avr 2006 ; 16(2) : 129-52.

Bilsborough SA, Crowe TC. Low-carbohydrate diets: what are the potential short- and long-term health implications ? Asia Pac J Clin Nutr. 2003 ; 12(4) : 396-404.

Friedman AN. High-protein diets: potential effects on the kidney in renal health and disease. Am J Kidney Dis. 2004 Dec;44(6):950-62.

Manninen AH. Metabolic effects of the very-low-carbohydrate diets: misunderstood “villains” of human metabolism. J Int Soc Sports Nutr. 2004 ; 1(2) : 7–11.

Pasiakos SM, Cao JJ, et.al. Effects of high-protein diets on fat-free mass and muscle protein synthesis following weight loss: a randomized controlled trial. FASEB J. 5 Juin 2013.  

Phinney SD, Bistrian BR, Evans WJ, Gervino E, Blackburn GL. The human metabolic response to chronic ketosis without caloric restriction: preservation of submaximal exercise capability with reduced carbohydrate oxidation. Metabolism. Août 1983 ; 32(8) : 769-76.

 

 

Mensonge #6 : Le cardio est le meilleur moyen de perdre de la graisse !

 

Børsheim E, Bahr R. Effect of exercise intensity, duration and mode on post-exercise oxygen consumption. Sports Med. 2003 ; 33(14) : 1037-60.

Boutcher SH. High-intensity intermittent exercise and fat loss. J Obes. 2011; 2011 : 868305.

Ho SS, Dhaliwal SS, Hills AP, Pal S. The effect of 12 weeks of aerobic, resistance or combination exercise training on cardiovascular risk factors in the overweight and obese in a randomized trial. BMC Public Health. 28 Août 2012 ; 12 : 704.

Kreher JB, Schwartz JB. Overtraining syndrome : a practical guide. Sports Health. Mar 2012 ; 4(2): 128–138.

LaForgia J, Withers RT, Gore CJ. Effects of exercise intensity and duration on the excess post-exercise oxygen consumption. J Sports Sci. Déc 2006 ; 24(12) : 1247-64.

McCarty MF. Optimizing exercise for fat loss. Med Hypotheses. Mai 1995 ; 44(5) : 325-30.

Tremblay A, Simoneau JA, Bouchard C. Impact of exercise intensity on body fatness and skeletal muscle metabolism. Metabolism. Juil 1994 ; 43(7) : 814-8.

 

 

Mensonge #5 : Les femme doivent éviter la musculation pour ne pas « gonfler » !

 

Griggs RC, Kingston W, Jozefowicz RF, Herr BE, Forbes G, Halliday D. Effect of testosterone on muscle mass and muscle protein synthesis. J Appl Physiol (1985). Jan 1989 ; 66(1) : 498-503.

Herbst KL, Bhasin S. Testosterone action on skeletal muscle. Curr Opin Clin Nutr Metab Care. Mai 2004 ; 7(3) : 271-7.

Hubal MJ, et.al.Variability in muscle size and strength gain after unilateral resistance training. Med Sci Sports Exerc. Jun 2005 ; 37(6) : 964-72.

Janssen I, Heymsfield SB, Wang ZM, Ross R. Skeletal muscle mass and distribution in 468 men and women aged 18-88 yr. J Appl Physiol (1985). Juil 2000 ; 89(1) : 81-8.

Vingren JL, et.al. Testosterone physiology in resistance exercise and training: the up-stream regulatory elements. Sports Med. 1 Déc 2010 ; 40(12) : 1037-53.

 

 

Mensonge #4 : Il est possible d’obtenir le physique de l’acteur X ou du modèle de fitness Y en s’inspirant de son (soi-disant) programme d’entraînement et/ou de sa diète.

 

Alén M, Häkkinen K. Physical health and fitness of an elite bodybuilder during 1 year of self-administration of testosterone and anabolic steroids: a case study. Int J Sports Med. Fév 1985 ; 6(1) : 24-9.

Bhasin S, et.al. The effects of supraphysiologic doses of testosterone on muscle size and strength in normal men. N Engl J Med. 4 Juil 1996 ; 335(1) : 1-7.

Hartgens F, Kuipers H. Effects of androgenic-anabolic steroids in athletes. Sports Med. 2004 ; 34(8) : 513-54.

 

 

Mensonge #3 : Le supplément XYZ est « révolutionnaire » !

 

Bescós R, Sureda A, Tur JA, Pons A. The effect of nitric-oxide-related supplements on human performance. Sports Med. 1 Fév 2012 ; 42(2) : 99-117.

Helms ER, Aragon AA, Fitschen PJ. Evidence-based recommendations for natural bodybuilding contest preparation: nutrition and supplementation. J Int Soc Sports Nutr. 2014 ; 11 : 20.

Kamangar F,  Emadi A. Vitamin and mineral supplements: do we really need them ? Int J Prev Med. Mar 2012 ; 3(3) : 221–226.

PBS. When It comes to supplements, what’s really in the bottle ? Retrouvé le 28 Août 2016 sur < http://www.pbs.org/wgbh/frontline/article/when-it-comes-to-supplements-whats-really-in-the-bottle/ >

William Kedia AW, et.al. Effects of a pre-workout supplement on lean mass, muscular performance, subjective workout experience and biomarkers of safety. Int J Med Sci. 2014 ; 11(2) : 116–126.

 

 

Mensonge #2 : Faire des centaines d’abdominaux est le meilleur moyen d’obtenir un ventre plat (ou une belle tablette de chocolat)

 

A Workout Routine. How to get a six pack and a flat and lose belly fat – a guide to Ab Workouts. Retrouvé le 26 août 2016 sur < http://www.aworkoutroutine.com/how-to-get-a-six-pack/ >

BuiltLean.com. Ideal body fat percentage chart: how lean should you be ? Retrouvé le 24 août 2016 sur < http://www.builtlean.com/2010/08/03/ideal-body-fat-percentage-chart/ >

Suppversity. SuppVersity EMG Series – Rectus Abdominis, Obliques and Erector Spinae: The Very Best Exercises For Sixpack Abs and a Powerful Midsection. Retrouvé le 6 Novembre 2015 sur < http://suppversity.blogspot.com/2011/07/suppversity-emg-series-rectus-abdominis.html >

 

 

Mensonge #1 : Il est possible de perdre de la graisse et/ou de prendre du muscle en un rien de temps

 

Complete Human Performance. What’s a reasonable fat loss rate ? Retrouvé le 26 août 2016 sur < http://www.completehumanperformance.com/realistic-fat-loss/ >

Kok P, Seidell JC, Meinders AE. The value and limitations of the body mass index (BMI) in the assessment of the health risks of overweight and obesity. Ned Tijdschr Geneeskd. 27 Nov 2004 ; 148(48) : 2379-82.

Frankenfield DC, Rowe WA, Cooney RN, Smith JS, Becker D. Limits of body mass index to detect obesity and predict body composition. Nutrition. Jan 2001 ; 17(1) : 26-30.

 

 

Pourquoi est-ce-que les magasines de fitness nous mentent ?

 

Legion Athletics. The 7 lies fitness magasines love to tell. Retrouvé le 21 août 2016 sur < https://legionathletics.com/fitness-magazine/ >

Decline of an Empire. How Does The Mainstream Media Work ? Retrouvé le 23 août 2016 sur < http://www.declineoftheempire.com/2011/11/how-does-the-mainstream-media-work.html >

Global issues. Media and advertising. Retrouvé le 23 août 2016 sur < http://www.globalissues.org/article/160/media-and-advertising >