Passion

 

“It is not the things we do in life that we regret on our death bed, it is the things we do not.” (Randy Pausch)

 

“Ce ne sont pas les choses que l’on a fait dans la vie que l’on regrette sur son lit de mort, ce sont celles que l’on n’a pas faites.”

 

 

Quoi de tel en effet que la projection de sa propre mort pour remettre ses inhibitions du moment en perspective ?

Pensez-y un peu : que vaudraient vos angoisses d’aujourd’hui si vous appreniez que demain est le dernier jour de votre existence ?

Ne croyez-vous pas que vos appréhensions, vos doutes – vos excuses (?) – s’envoleraient d’un coup, trahissant enfin l’insignifiance de leur place face au caractère éphémère de la vie, de votre vie ?

Imaginez-vous sur votre lit de mort.

L’exercice n’est pas aisé, nous en convenons. Mais le pratiquer est libérateur. Cathartique même.

Car la mort a cela de paradoxal qu’en nous condamnant, la conscience de son imminence nous libère.

Lorsque sonne le glas de notre existence, la plupart d’entre nous vivons en effet un double choc : d’abord, celui de prendre soudainement conscience de la finitude de la vie, de notre vie ; ensuite, celui de réaliser à quel point nos raisons de ne pas en avoir écrit les principaux chapitres – ceux qui nous importent le plus – sont dérisoires.

Au crépuscule de la vie, toutes ces pesanteurs qui nous limitent,  tous ces conditionnements qui nous paralysent, toutes ces angoisses qui nous aliènent volent subitement en éclat, laissant alors place à nos priorités véritables.

Décanteur ultime, l’imminence de notre propre mort nous révèle enfin quelque part à nous-même, mais il est souvent – sinon presque toujours – trop tard.

La question que pose cette vidéo est donc la suivante : pourquoi attendre que se déclenche le compte-à-rebours final pour commencer à écrire le premier chapitre de notre vraie histoire ?

 

 

“Vivez chaque jour comme si c’était le dernier”

 

“[…] all the dopey things, all the time I was embarrassed, they don’t matter.” (Randy Pausch)

 

“[…] toutes ces choses idiotes, toutes ces fois où  j’ai été embarrassé, elles n’ont aucune importance.”

 

“… For the reaper will come for all of us. The question is what do we do between the time we are born and the time he shoes up ? Cause when he shows up, it’s too late to do all the things that you always gonna kind go around to.” (Randy Pausch)

 

“… Car la Grande Faucheuse va venir pour nous tous. La question est de savoir qu’est-ce-que l’on fait entre le moment où nous naissons et celui où elle apparaît ? Parce que quand elle apparaît, il est trop tard pour faire toutes ces choses autour desquels on tourne sans jamais réellement les entreprendre.”

 

“When I was 17, I read a quote that went something like : ‘if you live each day as if it was your last, some day, you’ll most certainly be right’. And since then, for the past thirty-three years, I’ve looked in the mirror every morning and asked myself : if today were the last day of my life, would I wanna do what I am about to do today ?” (Steve Jobs)

 

“Quand j’avais dix-sept ans, j’ai lu une citation qui disait quelque chose comme : ‘si vous vivez chaque jour comme si c’était le dernier, un jour, vous aurez certainement raison’. […] Et depuis, au cours des trente-trois dernières années, je me suis regardé chaque matin dans le miroir en me demandant : ‘si aujourd’hui était le dernier jour de ma vie, voudrais-je faire ce que je m’apprête à faire aujourd’hui ?'”

 

“Remembering that you are going to die is the best I know to avoid the trap of thinking you have something to lose. You are already naked. There is no reason not to follow your heart.” (Steve Jobs)

 

Se rappeler que vous allez mourir est la meilleure façon que je connaisse d’éviter le piège de penser que l’on a quelque chose à perdre. Vous déjà totalement nu(e). Il n’y a aucune raison de ne pas suivre ce que vous dicte votre cœur.”

 

 

“N’ajoutez pas d’années à votre vie mais plutôt de la vie à vos années”

 

 “We don’t beat the [grim] reaper by living longer. We beat the reaper by living well. And living fully.” (Randy Pausch)

 

“On ne bat pas la Grande Faucheuse en vivant plus. On la bat en vivant mieux. Et en vivant pleinement.”

 

“When you die, it does not mean that you lose to cancer. You beat cancer by how you live, why you live and in the manner in which you lived.” (Stuart Scott)

 

“Quand vous mourrez, cela ne signifie pas que vous perdez contre le cancer. Vous battez le cancer par la façon dont vous vivez, la raison pour laquelle vous vivez et la manière dont vous vivez.

 

 

Découvrez votre vraie vocation ! 

 

“And you will need to find your passion ! Many of you have already done it, many of you will later, many of you may take till your thirties or forties but don’t give up on finding it. Cause all you’re doing is waiting for the reaper.” (Randy Pausch)

 

Et vous devrez trouvez votre passion ! Nombreux sont ceux d’entre vous qui ont déjà réussi à le faire, nombreux sont ceux qui la trouveront plus tard, et nombreux sont également ceux qui la trouveront durant leur trentaine ou leur quarantaine ; mais ne cessez jamais de la chercher. Sinon, la seule chose que vous ferez est d’attendre que la Grande Faucheuse viennent vous chercher.”

 

“You will not find that passion in things. And you will not find that passion in money. Because the more things and the more money you have, the more you will just look around and use that as a metric and there will always be someone with more.” (Randy Pausch)

 

Vous ne trouverez pas votre passion dans les choses. Vous ne trouverez pas votre passion dans l’argent. Parce que plus vous posséderez de choses et d’argent, plus vous regarderez autour de vous pour comparer ce que vous avez avec ce que les autres ont et il y aura toujours quelqu’un qui a plus que vous.”

 

“I want the world to be better because I was here. If you are not making someone else’s life better, then, you are waisting your time… You life will become better by making others’ life better.” (Will Smith)

 

“Je veux que le monde soit meilleur parce que j’ai existé. […] Si vous ne rendez pas la vie d’une autre personne meilleure, alors, vous perdez votre temps … Votre vie va devenir meilleure en rendant la vie des autres meilleure.”

 

 

Si vous ne croyez pas en vous, personne d’autre ne le fera !

 

“[…] Confucius said one time : ‘he who says he can and he who says he can’t are both usually right’.” (Will Smith)

 

“Confucius a dit un jour : ‘celui qui pense qu’il peut et celui qui pense qu’il ne peut pas ont généralement tous les deux raisons’.”

 

“The first step before anybody else in the world believes is you have to believe it.” (Will Smith)

 

“La première étape avant que qui que ce soit au monde n’y croit est que vous devez y croire.”

 

“[…] and it’s gonna get hard sometimes, and you gonna wanna quit sometimes but it will be coloured by who you are and more, by who you want to be.” (Will Smith)

 

“[…] et ce sera dur parfois, et parfois, vous voudrez abandonner mais [votre quête] sera colorée par qui vous êtes et surtout, par qui vous voulez devenir.

 

 

N’ayez pas peur de rêver !

 

“Being realistic is the most commonly traveled road to mediocrity. Why would you be realistic ? What’s the point of being realistic ?!” (Will Smith)

 

‘Être réaliste’ est la route la plus communément emprunté(e) vers la médiocrité. Pourquoi voudriez-vous être réaliste ? Quel est l’intérêt ‘d’être réaliste’ ?”

 

… car en effet, qu’est-ce-que la réalité sinon ce que l’on en fait ?

La “réalité” du cynique, qui préfère resté attaché aux chaines de son propre auto-conditionnement plutôt que de prendre le pari de croire en ses chances, est-elle la même que celle de l’idéaliste, qui préfère passer son temps à rêver sa vie plutôt qu’à vivre son rêve ?

Certainement pas, et pourtant, ces deux perceptions existent et n’en demeurent pas moins “réelles” au yeux de chacun.

Car oui, la réalité n’existe pas.

Il n’existe que des perceptions de la réalité, lesquelles finissent, ultimement, par définir notre réalité.

La question est donc de savoir comment, vous, allez choisir de percevoir la vôtre car de là découlera finalement ce vous allez faire et surtout, qui vous allez devenir.

 

 

 

____________________________________________________________________

Informations sur la vidéo 

Auteur

The Journey of Purpose – TJOP Channel

Orateurs

Randy Pausch, Steve Jobs, Will Smith, Stuart Scott

Musiques

(00:00 – 03:08) Tony Anderson – Rise

(03:08 – 05:32) Tom Day – Going Home

Extraits vidéos (Clips)

Randy Pausch’s speech at Carnegie Mellon University, 40th NAACP Image Awards, Inside the Actors Studio with Will Smith, 2014’s ESPN Journey V Perseverance Award …